Laurent Garnier : "Il faut rendre le moment magique"


Rédigé par Tristan LOUISE - Angers, le Mercredi 26 Novembre 2014 à 06:50


C’est un maître, un pilier, que disons-nous… un pape du dance floor depuis plus de deux décennies. Maître Garnier sera sur la scène du Chabada ce samedi 29 novembre, avec l’énergie de ses vingt ans. Sans surprise, le concert affiche complet depuis longtemps.



Laurent Garnier électrisera le Chabada ce samedi 29 novembre.
Laurent Garnier électrisera le Chabada ce samedi 29 novembre.
la rédaction vous conseille
Dans « Electrochoc » (Flammarion, 2003), écrit avec David Brun-Lambert, vous dîtes : « A 10 ans […] je n’avais qu’une seule envie : faire danser les gens ». Comment expliquez-vous cette envie aujourd’hui ?

« C’est compliqué. Il n’y avait pas de DJ à l’époque, ou alors, s’il y en avait, peu de gens les connaissaient. Mon frère, un peu plus âgé que moi, fréquentait Le Palace et autres boîtes parisiennes. Mais il y voyait surtout des groupes. Je crois que la musique m’a permis d’approcher plus facilement les autres. J’arrosais tout le monde de K7. Et puis, très vite, je me suis retrouvé derrière les platines. La musique a donc été très vite synonyme de danse pour moi. Et la danse, c’est du plaisir ! On danse quand on est bien. Alors faire du bien aux gens en les faisant danser, c’est une jouissance unique ».

En voyant une vidéo avec Boys Noize et vous lors des « Plages électroniques » en août dernier à Cannes, on ressent encore cette excitation…

« Oui, c’est la même euphorie. Que ce soit à Cannes devant 10 000 personnes ou devant 50 personnes dans une cave, c’est la même sensation. Et, il ne faut pas le nier, il y a aussi un jeu de domination. L’enjeu est que les gens s’abandonnent ; quand vous parvenez à cela, vous pouvez les emmener plus loin. Cet instant où la salle bascule est magique. C’est un voyage que l’on fait ensemble, avec le public. On veut tous la même chose ».

Vous parlez de voyage. Cela signifie aussi un mix dans la durée, à l’opposé des sets d’une heure dans les festivals parfois richement dotés…

« Que je ne fais et que je ne ferai jamais ! Je rends mes potes dingues avec ces refus. J’ai eu des propositions de stars du foot ou de la chanson mais ce type de performance ne me correspond pas du tout. Ce qu’il y a de beau dans le métier de DJ, c’est la recherche et le fait de raconter des histoires. Ce n’est pas balancer des tubes et faire lever les bras. C’est tout le truc spirituel qui se joue avec le public qui est passionnant. Il faut rendre le moment magique ».

Vous évoquez qu’avec la profusion de sons disponibles aujourd’hui, la musique devient un produit jetable.

« Oui. J’ai sorti cinq disques en six mois cette année (le projet « Garnier ») qui ont eu un bon accueil critique et public. Un mois après, tout était oublié. Ce n’est pas grave mais cela traduit quelque chose de notre époque. Un jour, quelqu’un m’a dit : « Tu ne fais jamais un disque pour t’amuser ». Je comprenais mal cette phrase à l’époque mais il avait complètement raison. Que laisse-t-on après sa mort ? Des traces. Mes traces à moi, ce seront mes disques. Je fais en sorte de laisser la meilleure trace possible. C’est une question d’éthique. Attention, je ne dis pas que cette profusion est nuisible. Elle engendre beaucoup de musiques insipides, mais aussi, et c’est mathématique, beaucoup plus de bonnes musiques. Et la nouvelle génération, celle des vingt / vingt-cinq ans, rachète des vinyles et donc réinvestit dans des artistes. Celle d’avant réclamait la musique gratuite… »

www.lechabada.com












Angers Mag












Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30







cookieassistant.com