Le Festival d'Anjou célèbre son retour à la maison avec une exposition rétrospective


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le Mardi 17 Mai 2016 à 08:00


"Du Festival d'Angers au Festival d'Anjou". Dans une exposition qui s'est ouverte samedi au public, l’EPCC Anjou-Théâtre, en association avec la Ville d’Angers et les Archives départementales, retrace "67 ans de théâtre". Une rétrospective installée au Grand Théâtre, désormais "Maison du festival", comme un clin d'oeil au retour du festival dans l'Athènes de l’Ouest.



Au cours de cette exposition, chacun peut essayer des costumes et s'imaginer sur la scène du festival.
Au cours de cette exposition, chacun peut essayer des costumes et s'imaginer sur la scène du festival.
la rédaction vous conseille
Pourquoi attendre un chiffre rond pour fêter l’anniversaire du Festival ? 67 ans, c’est bien suffisant ! Dans une exposition inaugurée vendredi, L’EPCC Anjou-Théâtre, en association avec la Ville d’Angers et les Archives départementales, propose aux festivaliers de remonter le temps, de 1950 à aujourd‘hui, dans une scénographie immersion signée Pascal Proust. « Nous invitons le visiteur à entrer dans les coulisses », explique Elisabeth Verry, directrice des Archives départementales.

Une fois passée la frise chronologique et vos yeux habitués à l'ombre des coulisses, ce sont trois grands actes du festival qui sont contés au visiteur. Tout d'abord, « Le temps des fondateurs », dont le premier fut le préfet Jean Morin qui, comme le raconte Elisabeth Verry, « a eu envie de faire un beau spectacle au Château de Brissac en 1950. Ce fut l'élément déclencheur : l'année suivante, on lui en a redemandé un ».

Dans ce premier espace rempli de cahiers de scène, de dessins, de programmes, c'est un mur de photographies d'acteurs, tous passés par le festival, qui retient l'attention. On y voit pêle-mêle Jean Piat, Françoise Seigner, Robert Hirsch ou Renée Faure. Rien que ça.

Elisabeth Verry face à un mur d'acteurs passés par le festival.
Elisabeth Verry face à un mur d'acteurs passés par le festival.
Deuxième acte : « La vie de château », une période qui correspond à l'ère Jean-Claude Brialy, « qui a redonné tout on prestige au Festival », pour Elisabeth Verry. Là, les travaux de celui qui fut l'affichiste du festival pendant 15 ans, Jean-Adrien Mercier, habillent les murs. Dans une vitrine, un bout de fer se porte témoin d'un événement qui aurait pu se transformer en drame en 1985 quand, à quelques heures de la représentation d'une pièce au Château d'Angers, les gradins s'effondrent.

C'est au « Festival au 21e siècle » qu'est consacré le dernier acte de cette exposition. Un 21e siècle qui s’ouvre avec Francis Perrin, directeur artistique pendant deux ans, bientôt succédé par Nicolas Briançon, à la tête du festival depuis 2004.

Dans les coulisses, chacun pourra apprécier et, chose rare, toucher de (vrais) costumes et d'accessoires : ceux portés dans « Bacchus » de Jean Cocteau, mis en scène par Jean Marais au Château du Plessis-Bourré en 1987 ou encore de « Volpone » de Ben Jonson, mis en scène par Francis Perrin en 2001. Mieux : l'exposition se clôt par une scène de théâtre où chacun pourra jouer les acteurs, costumé et armé d'un texte, ou les techniciens, derrière une console qui contrôle son et lumière.

« Du Festival d'Angers au Festival d'Anjou », une rétrospective dense donc, pour marquer l’arrivée de la billetterie au Grand Théâtre, désormais « Maison du festival » et sceller ainsi le retour définitif du festival à Angers.


Jusqu'au 30 juin, entrée libre.
Merci aux Archives départementales.












Angers Mag












Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01







cookieassistant.com