Le Layon, une balade bucolique entre coteaux et vallons


Rédigé par - Angers, le 30/06/2013 - 09:30 / modifié le 01/07/2013 - 11:55


Tel un tortillard sur ses rails, le Layon roule au fond du vallon, sans bruit ni tourmente quand il ne franchit pas l’une de ses nombreuses écluses. Il pose au passage sa signature sur de nobles coteaux, bordés d’innombrables et prestigieux vignobles qui font la fierté de son val.



Le Layon   FB©angersmag.info
Le Layon FB©angersmag.info
Long de quatre vingt dix kilomètres, le Layon prend sa source à Saint-Maurice-La-Fougereuse dans les Deux Sèvres et se jette dans la Loire a Chalonnes. C’est une rivière au débit peu abondant comme la plupart des cours d’eau des régions de plaine du bassin de la Loire.

Afin de favoriser le commerce du vin doux, on entreprit de canaliser le Layon a partir de 1774. La rivière bénéficia ainsi de cette canalisation pendant une quinzaine d’année seulement, et le trafic s’arrêta juste avant la révolution. Aujourd'hui le cours d'eau est redevenu calme et ne sert plus guère de cause économique si ce n'est que d'accompagner de son nom les prestigieux vignobles.

Le cépage chenin planté a flanc de coteau
Le cépage chenin planté a flanc de coteau
Onze villages portent le nom du Layon en Anjou. Les rives du Layon sont célèbres pour leurs vignes plantées à flanc de coteaux et le vin blanc liquoreux qu’elles produisent ; le vignoble est classé AOC depuis 1950 et couvre une superficie de 1200 hectares.

Le vin est issu du cépage connu sous le nom de chenin. Certains terroirs, plus liquoreux, peuvent bénéficier de l'appellation Coteaux-du-Layon suivie du nom de la commune, comme Beaulieu-sur-Layon, Faye-d'Anjou, Rablay-sur-Layon, Rochefort-sur-Loire, Saint-Aubin-de-Luigné et Saint-Lambert-du-Lattay.

Enfin trois anciens terroirs sont devenus des appellations à part entière. Il s'agit de Bonnezeaux, Coteaux-du-Layon Chaume et de Quarts-de-Chaume.

Le pont de Rablay   FB©angersmag.info
Le pont de Rablay FB©angersmag.info
Le Layon est riche en sandres, brochets et poissons-chats. Ces derniers sont de loin les spécimens les moins convoités par les pêcheurs.

Malheureusement le Layon, en tant que rivière, n’échappe pas a la pollution et demeure l’une des rivières les attaquées en la matière du département.

Pourtant des progrès ont été fait pour limiter les rejets de la viticulture et des produits de l’agriculture. En Septembre 2006 des milliers de poissons ont péri suite a une pollution industrielle.

Petit village typique du Layon   FB©angersmag.info
Petit village typique du Layon FB©angersmag.info
De nombreuses communes ont aménagé les rives du cours d’eau pour le rendre plus agréable a la saison, avec des sentiers pédestres et cyclables.

Rablay en est un bon exemple avec des espaces ombragés et des sentiers permettant de suivre la rivière du pont du bourg jusqu'à l’écluse de Moque-souris, puis au-delà.

Les paysages y sont bucoliques et ne peuvent qu’inciter le promeneur a poursuivre sa quête de sérénité tout le long de cette douce rivière.

FB©angersmag.info
FB©angersmag.info




François BREAU
Contributeur Angers Mag - spécialisé dans le domaine scientifique et le milieu naturel. Cinéaste,... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag