Le Maine-et-Loire, terre de conservatisme ?


Rédigé par - Angers, le 20/02/2017 - 18:10 / modifié le 21/02/2017 - 11:39


La carte des nouveaux territoires communaux et intercommunaux au 1er janvier 2017 reflète au premier coup d'œil une certaine forme de progressisme du territoire angevin en la matière. Mais un deuxième coup d'œil, plus attentif, renvoie le département à un conservatisme autrement plus encombrant. Explications...



La carte des communes et des intercommunalités au 1er janvier 2017, dans le Maine-et-Loire. Et le nom des 9 hommes qui sont à leur tête...
La carte des communes et des intercommunalités au 1er janvier 2017, dans le Maine-et-Loire. Et le nom des 9 hommes qui sont à leur tête...
la rédaction vous conseille
Le Maine-et-Loire, terre de conservatisme ? Il y a deux manières de répondre à cette interrogation...

Si  l'on regarde d’un peu plus près la carte de ses nouveaux territoires communaux et intercommunaux au 1er janvier 2017, en France, aucun département n’aura fait autant le ménage que l’Anjou en s’appliquant la fameuse réforme territoriale. Une réforme à deux étages qui s’est traduit d’abord par la disparition de près de la moitié de ses communes en quatre ans – 172 sur 356 exactement – au profit de 38 communes nouvelles dont 10 sur la seule année 2016. Dernières créations en dates ? Val d’Erdre-Auxence à l’Ouest d’Angers, né de la fusion de La Cornuaille, Villemoisan et Le Loroux Béconnais, et Terreanjou au sud de Brissac, issu du mariage des communes de Martigné-Briand, Chavagnes et Notre-Dame-d’Allençon.

On a déjà parlé à plusieurs reprises ici du deuxième étage, la recomposition intercommunale qui entend ramener à neuf le nombre d’établissement publics à fiscalité propre concernés en Maine-et-Loire. Avec pour Angers, l’intégration à venir de la commune nouvelle Loire-Authion.

De ce point de vue, l'Anjou est plutôt progressiste. Mais la fibre conservatrice du territoire ne semble pas avoir disparu en même temps que les anciennes frontières des intercommunalités. Et la carte publiée déjà la semaine passée par nos confrères du Courrier de l'Ouest n'a pas tardé à faire réagir la sénatrice EELV de Maine-et-Loire, Corinne Bouchoux : "Chers Christophe, Gilles, Etienne, Jean-Jacques, Philippe, Didier, Gilles, Jean-Michel et Marc", introduit l'élue dans un billet d'humeur publié sur son blog, à l'adresse des présidents récemment élus. "Je vous félicite vivement pour votre élection à la tête de nos neuf intercommunalités de Maine-et-Loire. Notre carte des territoires est plus lisible, nous allons mutualiser et souvent mieux gérer les deniers publics. Seule perdante : la mixité, sans même rêver à la parité…"
"Notre département est aujourd’hui la parfaite illustration du rapport, publié au début du mois, par le Haut Conseil à l’Egalite entre les femmes et les hommes, dénonçant le partage très inégalitaire du pouvoir local."

Et Corinne Bouchoux de conclure son billet : "Notre département est aujourd’hui la parfaite illustration du rapport, publié au début du mois, par le Haut Conseil à l’Egalite entre les femmes et les hommes, dénonçant le partage très inégalitaire du pouvoir local."

De fait, force est de constater que les neuf présidents des intercommunalités angevines sont des hommes. "Je ne critique pas leur légitimité", commente la sénatrice EELV, jointe ce lundi matin au téléphone. "Je remarque juste que dans le mouvement de concentration actuel et drastique, le naturel revient et l'emporte au galop. C'est vrai partout, mais particulièrement dans le Maine-et-Loire."
 
Depuis 12 ans et la mise en place effective des lois adoptées sous le gouvernement Jospin en 2000, "on avait pris le pli de la parité dans les scrutins de liste, notamment lors des élections départementales. Et là, la malice humaine, en une seule vague, élimine toutes les femmes des postes à responsabilité." Pour rappel, en dehors des sénatrices Corinne Bouchoux et Catherine Deroche (Les Républicains), le Maine-et-Loire ne compte aucune femme députée. Si Roselyne Bienvenue est la première vice-présidente d'Angers Loire Métropole, seules deux femmes dirigent des communes de plus de 6 000 habitants, à Bouchemaine (Véronique Maillet) et Chalonnes-sur-Loire (Stella Dupont).
 
Plus avant, le rapport présenté en début de mois par le Haut Conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes relèvent le cantonnement des femmes élues à des postes liés au social, à l'éducation et/ou à l'enfance. En clair, on ne leur confie guère les finances.
 
Alors, conservateur ou non le Maine-et-Loire ?

Le rapport cité par Corinne Bouchoux est disponible ici.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03