Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Lundi 22 Décembre 2014







Le Maire d’Angers accusé de brader le commerce du centre-ville


Rédigé par - Le 28/06/2012 - 18:02 / modifié le 08/07/2012 - 09:03


Après la décision du conseil municipal d'Angers d'augmenter les tarifs de stationnement sur les parkings du centre-ville et de mettre en place une « taxe trottoir » à l’attention des commerçants dont les clients occupent l’espace public, la minorité au Conseil municipal réagit en accusant le maire de vouloir condamner le commerce angevin.



Les commerçants angevins vont-ils être obligés de payer pour installer leurs clients sur l'espace public ou ces derniers vont-il payer les consommation en terrasse beaucoup plus cher ?.
Les commerçants angevins vont-ils être obligés de payer pour installer leurs clients sur l'espace public ou ces derniers vont-il payer les consommation en terrasse beaucoup plus cher ?.
En pleine période de soldes, le maire d’Angers aurait-il décidé de brader le commerce du Centre-ville ? C’est la question que pose la minorité au Conseil municipal, laquelle était déjà intervenue lundi soir en séance.

« Nous dénonçons vigoureusement la politique de harcèlement de la majorité municipale vis-à-vis des commerçants angevins, et plus particulièrement ceux du centre-ville », déclarent les membres du groupe « Angers, Choisir l’Avenir ».

« Après avoir subi les longs travaux du tramway, encaissé la création d’Atoll en temps de crise, ils se trouvent aujourd’hui pris en otages par deux mesures, la taxe-trottoir et la hausse des tarifs de stationnement, lesquelles ne semblent avoir qu’un objectif : signer leur arrêt de mort », poursuivent les élus.

Une autre ville française, Avignon, laquelle avait déjà délibéré en Octobre 2010 sur la mise en place d’une taxe concernant l’occupation du domaine public communal, vient de voir sa décision annulée par la cour administrative d'appel de Marseille. La minorité municipale demande donc qu’Angers prenne en compte cette décision de justice et annule sa délibération.

Dans l’immédiat, pas question de revenir sur cette décision, affirme l’adjoint au Commerce, Jacques MOTEAU, dans les colonnes de Ouest-France : « Dans ce dossier innovant Il faut prendre connaissance des conclusions des juges avant toutes modifications ».

« Le Maire reste sourd aux petits commerçants qui se battent en ville et dans les quartiers pour faire vivre Angers », poursuit la minorité qui estime que pour certains commerçants la fameuse taxe trottoir pourrait atteindre jusqu’à 10 000 €/an, soit un montant supérieur à leur propre loyer.

« Le Maire a demandé à être jugé sur ses actes. Ses premières décisions sont extrêmement inquiétantes pour l’avenir d’Angers », concluent les élus de la minorité angevine.




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com