Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Le Mans, vainqueur à l’usure d’Angers-sco 3-1


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Mercredi 20 Octobre 2010 à 00:01


C’est une équipe du Mans patiente et extrêmement usante, qui l’a emporté hier à Jean BOUIN, 3 buts à 1, malgré une superbe première mi-temps d’Angers-sco.



David LERAY, titulaire sur le flanc droit, a pallié efficacement les absences de FALL et DEROFF (*)
David LERAY, titulaire sur le flanc droit, a pallié efficacement les absences de FALL et DEROFF (*)
Après une brève visite de manifestants contre la réforme des retraites, venus, notamment de la ville d’Angers, lesquels ont accueilli les joueurs, le match s’est déroulé tout à fait normalement. Un regret, une assistance insuffisante pour ce genre d’affiche, qui plus est, quand il s’agit d’un derby.

Difficile de reconnaître, en cette première période, les anciens pensionnaires de Ligue1, tant les angevins ont maitrisé la première mi-temps. La domination d’Angers-sco débutait dès la 1ère minute, Gaëtan CHARBONNIER était trop court à la réception d’un centre de Loris ARNAUD, tandis que ce dernier, bien place, enlevait trop sa reprise de la tête (4’). Au terme d’une bien jolie combinaison, Charles DIERS sollicitait les gants d’OVONO, à la 7ème minute.

Angers-sco ne lâchait pas la pression. Les angevins pressaient haut, récupéraient le ballon dans le camp manceau, et se procuraient encore une situation très dangereuse. Sur un corner, difficilement repoussé sur Charles DIERS à nouveau, allumait un nouveau pétard, détourné en corner par un défenseur. Claudiu KESERÜ frappait le corner sur la tête piquée-smatchée de Nicolas GILLET (13’).
Angers-sco ouvrait la marque et ce n’était que justice.

Côté manceau ? Rien ou si peu. Une frappe de Roland LAMAH, qui finit près du poteau de touche (33’), un ballon échappé et repris par Jérôme HIAUMET sur corner (27’). En fait, la seule vraie frayeur angevine survint, à la 37ème minute, où LAMAH centrait en profondeur. Jérémy HENIN était trop court pour intercepter d’une pointure, comme, fort heureusement, l’attaquant manceau HELSTAD, idéalement placé.

De son côté, Angers-sco multipliait les mouvements bien construits, en plaçant des banderilles à l’occasion. Ainsi, à la 34ème, KESERÜ sortait la « spéciale Claudiu » : L’attaquant roumain du sco bottait un coup-franc des 40 mètres pour la tête, trop bien frappée, d’Olivier AURIAC, à qui il suffisait d’effleurer le ballon. Angers-sco avait joué une première période solide, parfaitement maîtrisée.
Le Mans, deuxième équipe au classement, à l’extérieur, avait été mis sous l’éteignoir. Seul bémol, la sortie sur blessure musculaire de Nicolas GILLET, à la demi-heure de jeu.

A chacun sa mi-temps!

Nicolas GILLET, héros maudit: Buteur, blessé, exclu (*)
Nicolas GILLET, héros maudit: Buteur, blessé, exclu (*)
C’est une autre chanson qui attendait les angevins au retour des vestiaires. Par choix, ou par obligation, Angers-sco reculait et laissait la possession du ballon aux manceaux. La pression s’accentuait sur la cage angevine, Karim DJELLABI concédait un corner sous la pression (53’).

Puis la sanction arrivait vite. Thorstein HELSTAD, le renard des surfaces norvégien, slalomait dans la défense angevine et décochait une frappe de mule qui s’écrasait sur la barre de Jérôme HIAUMET.
A la réception, Ludovic BAAL reprenait de la tête à 10 mètres avant que le portier angevin ait pu se replacer. 1 but partout 54ème.

Cinq minutes plus tard, le réalisme sarthois payait à nouveau. Sur une combinaison consécutive à un corner, Roland LAMAH centrait au cordeau pour la tête plongeante au premier poteau de Thorstein HELSTAD. 2-1 pour Le Mans.

Angers-sco tentait de réagir, en contre, face à des adversaires installés dans son camp.
Ainsi, Claudiu KESERÜ se lançait dans un raid solitaire et servait Loris ARNAUD, qui d’une demi volée, obligeait OVONO, le gardien du Mans, à s’employer à terre (63’).

La soirée de Nicolas GILLET tournait, ensuite au cauchemar. Le banc angevin, sur lequel il était revenu, demandait une faute pour Angers-sco. Monsieur MILLOT expulsait du banc le défenseur angevin, pour des mots déplacés. Dure soirée.

Angers-sco tentait de revenir au score, mais paraissait émoussé, probablement en raison d’une équipe du Mans, au potentiel physique impressionnant. Une équipe usante à jouer. Ainsi, Karim DJELLABI, épuisé défensivement, sur son côté gauche par LAMAH et offensivement par l’excellent Sébastien CORCHIA, commettait des erreurs techniques dues à la fatigue. Olivier AURIAC tentaient des frappes lointaines (71’, 75’).

Le Mans répondait coup pour coup. LAMAH (80’) sollicitait Jérôme HIAUMET, BAAL frappait de peu à côté. Puis, Le Mans portait l’estocade, à la 85ème. LAMAH travaillait Karim DJELLABI, fixé sur la ligne de sortie de but, et délivrait un amour de centre, déposé sur la tête de CISSE, qui, de près, ajoutait la touche finale. Malgré la fatigue le sco n’abdiquait pas. Fodé DORE (87’), puis David DE FREITAS (91'), entrés en jeu, tentaient leur chance sans succès. Angers-sco était battu. La faute à ses deux visages, mais surtout à une redoutable équipe du Mans, hors de ses bases.

Une déception qui ne doit pas faire tomber les angevins dans la sinistrose, leur première mi-temps a été, de loin, la plus aboutie depuis le début de la saison. Mais cette fois, ce n’était pas la pâle équipe de Laval, en face. Quoi qu’il en soit, c’est une défaite avant un déplacement chez des messins qu’il conviendrait de battre vendredi, avant la périlleuse réception des surprenants troyens, emmenés par les anciens angevins, Vincent CARLIER et Mounir OBBADI.

(*) Les photos servant à illustrer cet article, sont gracieusement prêtées par Angers SCO. Elles servent uniquement à montrer les joueurs concernés en action, mais n'ont pas été réalisées pendant le match faute de photographe sur place.


LES TAGS : football, ligue 2, sco