Le « Préjugé vaincu » remporte le prix des Compagnies


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le 11/07/2010 - 11:32 / modifié le 12/07/2010 - 19:57


Hier soir, au château de la Perrière à Avrillé (Angers), le 61ème Festival d’Anjou a éteint ses projecteurs et baissé le rideau sur un dernier spectacle : le neveu de Rameau. Juste avant, Nicolas Briançon a invité les jurés à la remise des prix des Compagnies. Sans surprise c’est « le Préjugé vaincu » de Marivaux, une mise en scène très contemporaine de Jean Luc Revol, qui reçoit le prix du jury professionnel et celui du jury jeunes.



Anne-Laure Pons et Louise Jolly lors de la remise du prix des Compagnies
Anne-Laure Pons et Louise Jolly lors de la remise du prix des Compagnies
la rédaction vous conseille
Même si elles avaient mis toute leur énergie dans ce spectacle haut en couleurs, en musique et en danse, et espéraient recevoir ce prix très convoité par les compagnies concourant au Festival d’Anjou, les comédiennes Louise Jolly et Anne-Laure Pons apprécient la surprise avec un plaisir non dissimulé. 20 000 € attribués par le Jury de Professionnel du cinéma, du théâtre et de l’écriture auxquels s’ajoutent les 5 000 € du Jury des étudiants, il y a déjà de quoi envisager l’avenir avec une certaine sérénité.

Quelle est la recette de ce succès ? « C’est une longue histoire, je travaille avec Jean Luc Revol depuis 22 ans. Je l’ai eu comme élève chez Florent et maintenant je suis l’une des comédiennes », déclare avec amusement Louise Jolly. « Je joue avec mes petits camarades au sein de la maison de la Culture de Nevers depuis 2003. Nous nous connaissons bien, nous travaillons avec un metteur en scène qui a beaucoup d’idées. Il distribue bien les rôles, tout en donnant la place aux jeunes et en respectant les acteurs. La réussite d’un spectacle, c’est toute cette alchimie. »

Ce qui fait la force du « Préjugé vaincu » de Revol, c’est sa transposition dans les années 50, au moment de l’émancipation de la femme. « Je joue la marquise, la mère, alors que dans la pièce d’origine, c’est un père. Ça change tout et notamment les rapports entre les personnages », poursuit Louise Jolly. « On a pris plaisir à la jouer, on s’est beaucoup amusé. Pour nous c’est une véritable bulle de champagne, car c’est un spectacle pétillant et très coloré. »

Et pour preuve, dans cette reprise très contemporaine de Marivaux on se paye même le luxe de danser le Mambo pour rendre l’interprétation encore plus joyeuse. Et le public apprécie, les jurys aussi d’ailleurs. « C’est très léger mais en même temps ça a du sens. Ca reste du Marivaux avec ses rapports hommes-femmes, ses situations inversées, ses imbroglios sans fin. C’est ce mélange qui est très bien mis en scène par Jean Luc Revol, lequel n’en fait pas quelque chose de lourd », affirme à son tour Anne-Laure Pons. « C’est tout le talent de Jean Luc. Si l’on joue Marivaux comme c’est écrit on passe à coté. Jean Luc a monté cette pièce avec beaucoup de finesse, sans jamais se laisser aller à l’évidence et en pratiquant le marivaudage (NDLR : Style précieux utilisé pour exprimer les sentiments amoureux), ce qui permet de conserver humour et subtilité ».

Les deux comédiennes qui représentaient la MCNN de Nevers et de la Nièvre, le Théâtre du Caramel et surtout la compagnie du Temps Pluriel sont de toute évidence ravies d’avoir obtenu ce prix, lequel va leur permettre de mener à bien un autre projet. « Pour nous le Festival est un super tremplin qui favorise la création, avec un apport financier non négligeable, surtout en temps de crise », conclue Anne-Laure Pons.

La prochaine création de la compagnie s’appellera « Dernier remords avant l’oubli » de Jean Luc Lagarce, une pièce qui n’a rien à voir avec Marivaux. Si la compagnie avait passé commande à Jean Luc Revol pour le Préjugé Vaincu, cette fois-ci c’est le Directeur Artistique et metteur en scène Olivier Broda, lequel a obtenu le prix d’interprétation pour Dorante, qui assurera la mise en scène. Celle-ci devrait être présentée au Festival d’Anjou l’an prochain.




Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag