Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Le SCO en quête d’un podium


Rédigé par Jérémy Cherbonnier - Le Dimanche 29 Mars 2009 à 00:00


Après une défaite face à Strasbourg, il y a une semaine, le SCO voulait et se devait de bien faire vendredi pour rester dans la course au podium, et ainsi obtenir une place pour une 1ere division, abandonné il y a 15 ans maintenant.



Le SCO en quête d’un podium
Un retour parmi l’élite, Strasbourg, Ajaccio, l' absence de joueurs internationaux, une nouvelle formation voilà tous les sujets de conversation et autant d’interrogations que vous auriez pu entendre en allant rejoindre votre siège hier soir au stade Jean Bouin. La pression commence à être forte autant pour les joueurs que pour leur supporteurs (si ce n’est plus !). A quelques mois de la fin de saison, on y croit, tout le monde voudrait revoir Angers à son apogée. Les anciens, comme les jeunes se déplacent à présent pour voir cette équipe du SCO impressionnante depuis le début de saison mais en grande perte de vitesse alors que la fin de l'année sportive se profile.

Au bout de deux minutes l’espoir est là, après un petit mouvement de jeu collectif. Diers est au coup franc et Rivière à la réception, mais les filets ne tremblent pas. Durant les dix premières minutes, les angevins mettent du cœur à l’ouvrage et le jeu revient. Mais Ajaccio fort de ses 7 points en 3 rencontres se crée sa première occasion, Diabaté très bien lancé dans l’axe n’est arrêté dans sa course que par un tacle appuyé d’Ongoly. Sans appel : expulsion, pénalty, but…

Angers réduit à dix, mais poussé par ses supporteurs, ne baisse pas de rythme. Une maîtrise du jeu, mais aucune occasion franche, il nous faut même un grand Padovani à quelques minutes de la mi-temps pour éviter le pire.

Après la pause, la mission reste la même : courir après le score, encore. Un petit espoir de voir Angers remporter la victoire se dessine après l’expulsion de N’Diaye pour une faute de main (48’). A dix contre dix, la physionomie du match est tout autre, du moins c’est ce que tout le monde croit. Mais Angers malgré une possession de ballon évidente tarde à se créer des occasions, ce n’est qu’après 15 minutes de jeu que les premières occasions font trembler le stade. Mais rien ni fait, durant plus de 25 minutes, Angers aura essayé, mais ni Auriac, ni Rivière, ni Deblé n’auront réussi à faire trembler les filets ce soir. Et c’est avec une grande déception que tout le monde quitte le stade, et pour une fois sans le sourire.

Jérémy Cherbonnier