Le Thoureil, village aux mille lumières


Rédigé par Juliette COTTIN - Angers le Samedi 25 Avril 2015 à 09:30


La traditionnelle Fête des Bateaux de Loire se déroule dimanche au Thoureil. L'occasion, chaque année, pour ce village de 464 habitants de renouer avec son passé batelier et portuaire. Mais s'il ne vit plus des fruits du fleuve, Le Thoureil continue de vivre quotidiennement au rythme des humeurs et des couleurs de la Loire. Reportage.



Photo : Association Jeanne Camille
Photo : Association Jeanne Camille
la rédaction vous conseille
Levers de soleil dans le froid de l’hiver, brouillards opaques qui laissent seulement deviner la silhouette de l’autre rive, lumières dorées de fin de journée… Lorsque l’on vit au bord du fleuve, chaque jour apporte son lot de lumières changeantes, qui transforment doucement le paysage ligérien au cours de la journée. En cette fraîche matinée de mars, la brume fait justement lentement place au soleil.

« Grâce à la boucle que fait la Loire entre Gennes et La Ménitré, la rive est orientée nord/sud et non pas est/ouest comme souvent », souligne Michel Sire, le maire de la commune, de son bureau qui donne sur la Loire. « C’est ce qui donne tout son charme au Thoureil : toutes les façades sont illuminées le matin, et la lumière y est souvent magnifique ».

Peut-être déjà sensibles à la beauté du lieu, les hommes du néolithique avaient en tout cas repéré l’emplacement idéal du site. « Entre la Loire et le plateau, le coteau descendait en pente douce vers la Loire, jusqu’à la construction du quai au XIXe siècle », explique Francine Guitton qui préside l’association Le Thoureil, patrimoines et paysages, tout en admirant la vue depuis le chemin de crue qui donnait accès aux jardins en terrasse surplombant les maisons et la Loire en cas d’inondation de la route. « Il y a plus de 8 000 ans déjà, ces hommes cultivaient la terre sur le coteau, taillaient des silex et érigeaient des mégalithes. »

Francine Guitton, présidente de l'association Le Thoureil, patrimoines et paysages, et le maire du village, Michel Sire (photo : Juliette Cottin).
Francine Guitton, présidente de l'association Le Thoureil, patrimoines et paysages, et le maire du village, Michel Sire (photo : Juliette Cottin).
Depuis lors, la présence humaine continue sur le site est attestée par des traces de l’époque gallo-romaine, par la construction au VIe siècle de l’abbaye de Saint-Maur ou encore par la présence au VIIIe siècle d’une forteresse en haut du coteau. Les « historiens » du village, Jeanne et Camille Fraysse, ont fait des fouilles et des recherches pendant tout le XXe siècle, laissant derrière eux plusieurs livres.

« Outre leurs trouvailles datant du néolithique et des Gallo-Romains, ils ont consigné un ensemble de connaissances sur l’habitat troglodyte, sur les bateliers de Loire ou encore sur les traditions villageoises », indique Francine, en s’arrêtant devant l’une des plus belles demeures en tuffeau du Thoureil.
« Ici, on ne se promène pas, on "village" »

Aujourd’hui, leur fils habite d’ailleurs toujours la maison familiale, dont la construction remonte à l’apogée de l’histoire du village aux XVIIe et XVIIIe siècles, au temps florissant de la marine de Loire. Avec ses belles maisons blanches alignées le long du quai, le village raconte aussi cette histoire, qui s’est éteinte avec l’arrivée du chemin de fer. L’histoire du port de bateliers, du commerce triangulaire dont les denrées s’échangeaient jusqu’ici et des Hollandais qui y avaient établi leur manoir et leur comptoir… « Du nord, venaient le drap de laine, les harengs, le fromage, tandis qu’on exportait le vin, le lin et le chanvre », décrit le maire. « De Nantes, remontaient le sel, les épices, les agrumes et les bois exotiques. »

Difficile d’imaginer aujourd’hui devant ce quai calme, l’animation qui devait agiter le village à l’époque avec ses commerçants, ses pêcheurs et ses mariniers. Aujourd’hui, il invite plutôt à la contemplation et à la balade. « Ici, on ne se promène pas, on « village » selon le terme d’un habitant », précise d’ailleurs Michel Sire avec un grand sourire. « Car une simple marche sur le quai est très souvent ponctuée de nombreux arrêts au gré des gens que l’on croise. » 

Il est vrai qu’aux beaux jours, la petite cité de caractère est bien souvent envahie le dimanche, par les amoureux des bords de Loire. Certains s’installent parfois en famille, venant renforcer les effectifs de la classe unique de CM1/CM2 que compte l’école. D’autres y achètent une maison secondaire, qu’ils viendront habiter à la retraite, sensibles au charme de ce paysage qui provoque régulièrement des coups de cœur.

Plus d'infos sur la Fête des Bateaux de Loire : https://jeannecamillelethoureil.wordpress.com

Le Thoureil, village aux mille lumières
Où manger ?
La Route du sel, un retour aux racines
Même si la salle de restaurant est aménagée avec goût, c’est forcément dans le jardin, devant la vue magnifique sur la Loire, que l’on a envie de manger les plats savoureux de Marie Monmousseau. Après dix ans en Angleterre et à Dubaï, la jeune chef, fille du patron de Bouvet-Ladubay, est revenue s’installer sur ses terres natales avec son compagnon anglais. Sommelier de son état, il s’occupe de la carte des vins, tandis qu’elle concocte chaque jour une cuisine simple et fraîche, faite de produits locaux. Anguille de Loire avec œuf mollet à la crème fraîche et au raifort, côte de bœuf Rouge des prés à partager ou encore saumon marinée selon la recette de sa mère suédoise… Les plats sont fins et changent régulièrement. Une belle adresse à découvrir.

La route du sel - 55, Quai Mariniers - 02 41 45 75 31 - www.authoureil.fr

Le Thoureil, village aux mille lumières
Où se détendre ?
L'Estaminet : une tarterie comme à la maison
Situé juste en face de l’église, l’autre établissement du village est tout à la fois un café, une tarterie, un salon de thé et une petite librairie. Dominique Sauger, la propriétaire depuis début 2013, voulait créer un lieu cocooning, où l’on ait envie de s’installer pour bouquiner en buvant un thé : pari tenu. La large carte des thés, les tartes salées faites de produits de saison, les madeleines ou la tarte au citron maison invitent à s’asseoir au chaud dans le petit salon ou sur la terrasse avec vue sur l’eau. Concerts et expositions y sont organisées régulièrement. Le 29 mai prochain, c'est le duo folk Angry Beards qui s'y produira.

L'Estaminet - 2, Place de l'Église 02 41 57 95 02 - www.estaminet-lethoureil.fr
 





Actualité | Société | Economie | Politique | Culture | Sports - Loisirs | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag | Archives | Publicité | L'oeil de Fanch Juteau










Angers Mag











Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20




cookieassistant.com