Le centre d'activités Foch, ou comment renouer avec un glorieux passé ?


Rédigé par - Angers, le 14/10/2014 - 16:37 / modifié le 17/11/2014 - 08:18


Après de longues négociations avec les Monuments historiques, le permis de construire du Centre d'activités Foch a finalement été délivré au début du mois d'octobre. A l'automne 2016, le bâtiment accueillera les services recentrés du Conseil général, ceux de la Sodemel, la direction interrégionale de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et un restaurant lounge d'un nouveau genre. De quoi redonner vie au boulevard Foch ?



Image 3D, cabinet Frédéric Rolland.
Image 3D, cabinet Frédéric Rolland.
la rédaction vous conseille
A Angers, le bonheur des archéologues en même temps que les pires craintes des élus se retrouvent partout. En clair, quand tu creuses, tu trouves. C'est ce constat simple, ajouté à la période de flottement inhérente à tous les temps électoraux, qui a repoussé de loin en loin le premier coup de pelle du Centre d'activités Foch.

Depuis le 3 octobre dernier pourtant, les élus du Conseil général, son président Christian Gillet au premier chef, peuvent souffler : la mairie d'Angers a accordé un permis de construire à ce projet porté par le Conseil général depuis le printemps 2011.

Si les grandes lignes du Centre Foch sont connues depuis longtemps -regroupement partiel des services du Conseil général, accueil de la direction interrégionale de la Caisse des dépôts et consignations, déménagement de la Sodemel, commerce au rez-de-chaussée- la richesse du sous-sol angevin a repoussé de quelques mois l'obtention du précieux sésame. "Nous avons multiplié les négociations avec les Monuments historiques et les Bâtiments de France", détaille Christian Gillet. "Les fouilles archéologiques (réalisées de février 2013 à mars 2014 par les services départementaux d'archéologie en interne) ont révélé des vestiges du XIIIe siècle, le mur d'enceinte de la ville d'Angers à l'époque, qui courent jusque sous le boulevard Foch."

Un mur du XIIIe siècle mis en scène

Le centre d'activités Foch, ou comment renouer avec un glorieux passé ?
Un trésor historique, donc, mais aussi un casse-tête. "Si on garde tout ce mur en schiste ardoisier, large de 2 mètres et long de plusieurs dizaines, on ne construit rien", résume Christian Gillet. Tous se sont donc mis d'accord pour conserver 20 à 25 mètres de mur dans son état originel, mis en scène et en valeur au rez-de-chaussée du bâtiment à construire et visible jusqu'au 2e étage du centre.

"En gros, on perd 250 m2 de surface et la possibilité de faire une crèche d'entreprise", avance le patron du Département. Reste que cette concession sur l'aménagement a permis de débloquer la situation, en matière de permis de construire. Et que le futur Centre Foch propose toujours 7500 m2 de plancher répartis sur 6 niveaux.

Les deux derniers étages seront occupés par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), le 4e par la Sodemel (qui déménage de la rue Desjardins). Du 1er au 3e, le Conseil général "rapatriera" des bâtiments de la rue Haneloup -mis en vente récemment- les services "Routes et transports" et des bords de Maine les services financiers et juridiques. Christian Gillet tient en la matière le même discours que son prédécesseur au poste, Christophe Béchu. "De 11 sites, nous passerons à 3, alors oui, je répète que c'est plus que jamais le moment d'investir dans le Centre Foch, pour rationaliser les services et maîtriser les coûts de maintenance".

Du point de vue purement technique, la maîtrise d'œuvre du projet -dont l'architecte est l'Angevin Frédéric Rolland- est déléguée à la Société publique locale d'aménagement de l'Anjou (SPLA Anjou), qui cédera ensuite la propriété des lieux à une société par actions simplifiées (SAS). "Elle a été constituée le semaine dernière. La CDC abondera à hauteur de 40 % du capital, la Sodemel à 60."

La revitalisation du boulevard Foch en ligne de mire

Voilà pour la popote interne, qui correspond à la volonté affichée depuis maintenant de longs mois par le Conseil général d'être locataire du lieu, à hauteur de 800 000 € par an. "C'est plus intéressant pour nous, au regard des incertitudes institutionnelles du moment, de rester en location. Mais nous allons signer un bail de 12 ans avec option d'achat", précise Christian Gillet.

La première pierre du Centre d'activités Foch sera posée au tout début de l'année 2015 et les travaux s'étaleront sur au moins 18 mois avec deux enjeux clairement identifiés, en amont et en aval : le premier, c'est la bouffée d'air frais que peut représenter, pour les entreprises de BTP sélectionnés -les appels d'offres ont été publiées en ce début de semaine- un tel chantier.

Le second, c'est la revitalisation à terme du boulevard Foch, en terme de dynamisme, mais également en terme de circulation, avec la possibilité pour les piétons, à l'horizon 2017, de rejoindre en journée le boulevard Foch et au boulevard du Roi René par les jardins de la Préfecture.
 



Un restaurant d'un nouveau genre

Le dossier de presse indique pudiquement que le rez-de-chaussée du futur Centre Foch "a été vendu à un groupe angevin d'envergure nationale qui souhaite y implanter un nouveau concept de restaurant d'affaires."
Christian Gillet n'en dira pas plus, "car les tractations sont en cours", mais nos confrères d'Ouest France ont d'ores et déjà affirmé qu'il s'agissait du groupe La Boucherie. Sur les 500 m2 acquis, il y expérimentera une sorte de restaurant lounge, très différent des restaurants traditionnels de la marque.




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30
Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00


cookieassistant.com