Le festival du Scoop quitte Angers pour Lille


Rédigé par Coralie Ganivet - Angers, le Mercredi 16 Novembre 2011 à 21:56


25 ans que le festival du Scoop, dont la réputation n’est plus à faire, était établi à Angers. 25 ans de passion pour le journalisme, d’appétit pour les rencontres et d’intérêt pour l’éveil du public au décryptage de l’information. Alors quand Jean-Claude Antonini, le Maire d'Angers, a annoncé qu’il ne subventionnerait plus le « Scoop » d’Angers, l’équipe du festival a réagi. La 26e édition aura bien lieu, non pas en novembre comme les Angevins en avaient l'habitude, mais en décembre, à Lille sa nouvelle ville d'adoption. Rencontre avec le président, Alain Lebouc.



Alain Lebouc, président du festival du Scoop, à coté de l'affiche de la dernière édition angevine
Alain Lebouc, président du festival du Scoop, à coté de l'affiche de la dernière édition angevine
la rédaction vous conseille
Angers Mag Info: Aujourd’hui vous n’éprouvez plus d’amertume envers le maire d’Angers, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Alain Lebouc : " On part la tête haute dans la mesure où l’on a créé à Angers une manifestation qui n’existait nulle part ailleurs et qui n’a jamais été déficitaire. J’ai dû surmonter beaucoup d’obstacles ici, car à partir du moment où quelqu’un devient un peu connu on lui tape dessus. À Lille, on a reçu un accueil incroyable. En plus, c’est là que se trouve l’école de journalisme la plus réputée d’Europe. Alors c’est une aubaine aussi bien pour nous que pour eux. Le président de l’ESJ (École supérieure de journalisme de Lille NDRL) nous apporte tout son soutien. Il y a beaucoup de choses à faire avec cette école, comme notamment récupérer les documents des étudiants pour les inclure dans le concours."

Justement, la prétention du festival n’était-elle pas d’instaurer une formation journalistique à Angers ?

" Absolument pas ! C’est un gros mensonge ! Comment j’aurais pu prétendre à cela alors qu’à l’époque je ne connaissais rien au milieu journalistique ? Je suis un scientifique, un docteur en chimie qui a travaillé pour le CNRS. Et la grande majorité des membres de l’équipe n’étaient pas plus avertis que moi sur le sujet. Alors je ne sais pas comment on en est arrivé là, mais ce qui est sur, c’est que l’on n’a jamais eu la prétention d’être les instigateurs d’une école de journalisme à Angers. Bien sûr, ça aurait été une grande chose puisque dans l’Ouest, il n’y en a que très peu. Mais l’unique vocation du festival était de donner une scène et un espace à des journalistes pour qu’ils puissent rencontrer leurs lecteurs et leurs spectateurs dans la mesure où cela n’existait pas encore."

Et 25 ans après, la réputation du festival n’est plus à faire …

" Il faut savoir rester humble dans ce que l’on fait. Il ne s’agit pas de minimiser le travail accompli pour en arriver là, mais il ne s’agit pas non plus de se dire qu’on est les meilleurs. Pour le festival, c’est un gros risque de quitter Angers pour Lille. La nouvelle a été accueillie avec succès dans le milieu, mais on ne peut pas savoir à l’avance si le public va répondre présent. "

Justement, si cette édition ne remporte pas le succès escompté, que se passera-t-il ?

" S’il n’y a pas de réussite au festival, on arrête. On est un peu dans le flou pour le moment. La préparation avance certes à grand pas et tout sera prêt à temps, mais c’est comme lorsque l’on fait des manipulations en laboratoire : ça marche cinq fois de suite, mais pas la sixième alors qu’on a pourtant fait la même chose. Et bien là c’est pareil. Lille est une ville magnifique avec des gens charmants qui sont là pour nous, qui veulent faire les choses comme il faut. Mais sont-ils capables de les faire ? C’est tout nouveau pour eux. Ce qui est sûr, c’est que tout le monde s’investit et fait preuve de volontarisme, mais ce n’est pas simple, c’est une autre ambiance et le fait de ne pas être constamment sur place complique beaucoup les choses. "

Est-ce que « nouvelle ville » va rimer avec « nouvelle formule » ?

" Le « Scoop » n’est pas un festival du rire, pas du festival d’images du cinéma, mais un festival sérieux qui a vocation à ajouter une pierre à l’édifice. Il faut que le public en sorte avec l’envie d’aller voir plus loin, avec l’envie de lire le journal différemment et de regarder la télévision autrement. En cela ça ne changera pas. La seule chose qui va évoluer cette année, c’est que le festival va se dérouler dans plusieurs villes et que l’équipe de bénévoles sera différente. "

Comment envisagez-vous votre avenir au sein de l’association ?

" A l’avenir, ça se fera sans moi, car je ne vais plus trop tarder à décrocher. Je ne sais pas si cette 26e édition sera la dernière pour moi. Ma décision se prendra dans les semaines à venir, mais quoiqu’il arrive, je n’abandonnerai pas complètement. Est-ce que je deviendrai président d’honneur ou conseiller technique ? On ne sait pas encore. Dans tous les cas, je n’aurais jamais imaginé qu’on en arriverait là. C’est une belle réussite qui a bouleversé notre vie. Et la plus belle des choses, c’est quand il est 23 heures, au moment du Palmarès qui se déroule lors de la Nuit du Scoop, et que je prends la main de ma femme Danielle, qui m’a toujours soutenu, pour lui dire : « Regarde, on l’a fait ! »"

Le SCOOP Grand Lille, du 1er au 11 décembre

www.scoopgrandlille.com













Angers Mag












Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01







cookieassistant.com