Le geste de solidarité des étudiants de l’ESPL envers Bamako


Rédigé par - Angers, le 11/03/2015 - 17:02 / modifié le 31/03/2015 - 21:13


Faire fabriquer des sweat-shirts à l’effigie d’une école supérieure, lorsqu’on y est étudiant en management de projet, n’a rien de vraiment original. Ce qui l’est plus, c’est d’y associer une opération de solidarité technologique à l’attention des jeunes de Bamako (Mali). Sauf que, depuis quelques jours, il n’est plus possible de se rendre sur place pour concrétiser le projet...



Les étudiants responsables du projet (avec leur sweat-shirt), les représentants de la ville d'Angers et de l'école, lors de la remise des appareils photo, le 10 mars à l'ESPL
Les étudiants responsables du projet (avec leur sweat-shirt), les représentants de la ville d'Angers et de l'école, lors de la remise des appareils photo, le 10 mars à l'ESPL
la rédaction vous conseille
S’organiser en véritable petite entreprise chargée d’étudier le financement, la fabrication et la vente de sweat-shirts aux couleurs de l’École Supérieure des Pays de la Loire et de la Ville d’Angers, c’est le projet dans lequel se sont lancés depuis octobre 2014 des étudiants en MBA Management de projet. « Une opération qu’ils ont menée du début à la fin et qui permet de mettre en application ce qu’ils ont pu apprendre ici. Et ils savent bien le vendre, ils sont formés pour cela » se félicite Thierry Ober, le directeur général du Campus de l’ESPL.
 
« Nous passons beaucoup de temps dans cette école et nous souhaitions réaliser un projet qui permette de fédérer les étudiants, de montrer leur appartenance à l’ESPL et que l’on pourrait garder en souvenir par la suite », expliquent Pierre Trévisan, Valentin Favreau et Marie Etourmy, les trois responsables du projet.
 
« Mais nous voulions que cette opération ait vraiment du sens, d’où l’idée de l’associer à Angers et surtout à l’une de ses villes jumelles, Bamako, dont on fêtait l’an dernier les 40 ans de jumelage », poursuivent les étudiants. Environ 200 sweats ont été vendus aux étudiants, mais aussi aux enseignants, chaque vente permettant de récupérer deux euros pour l’opération de solidarité.
 
En collaboration avec le service des relations extérieures de la ville d’Angers, la somme a permis d’acheter six appareils photo numériques, lesquels sont destinés aux six CLAEC (Centres de lecture et d’animation pour les enfants des communes) que compte la ville de Bamako.
 
« Les jeunes bamakois sont très demandeurs de matériel permettant de tisser des liens avec la France ».

« Bamako est l’une des plus grandes villes d’Afrique et l’une des plus pauvres. La ville d’Angers consacre 0.5% de son budget pour aider techniquement sa ville jumelle. Nous sommes très appréciés pour tout ce que nous leur apportons, explique Alain Augelle, conseiller municipal délégué aux Sports et à la Coopération avec Bamako. « Sur place dernièrement avec le maire, j’ai pu constater que les jeunes étaient demandeurs de matériel numérique. Je salue le travail accompli par mes prédécesseurs et j’ai pu me rendre compte que les Angevins et les Bamakois étaient très proches ».
 
Reste un os pour les représentants de la Ville d’Angers : comment acheminer aujourd'hui les appareils numériques ? Depuis l’attentat perpétré la semaine dernière dans un restaurant du centre-ville de Bamako qui a notamment coûté la vie à un jeune homme d’origine angevine, les ponts entre Angers et sa jumelle, sont provisoirement rompus.
 
« Et pourtant sur place j’avais l’impression que l’activité redémarrait, que le peuple se reconstruisait. Rien ne laissait présager un tel acte, même si l’on nous conseillait déjà d’être très prudents et de ne pas sortir la nuit », poursuit l’élu angevin. « Nous ne pouvons plus nous rendre sur place et la Maison du Partenariat, le lieu de rencontre des Angevins est fermée jusqu’à nouvelle ordre. Il se peut même que nous soyons obligés de rapatrier le personnel installé sur place. Quant aux Bamakois, avec lesquels nous sommes toujours en relation, ils sont très attristés de cette situation ».
 
Les jeunes étudiants, ravis d’avoir pu mener l’opération à son terme, ou presque, ne pourront donc pas remettre les appareils photo en main propre, comme cela aurait pu être envisagé. « Les dernières nouvelles ne sont pas rassurantes, car les autorités sur place craignent l'installation d'un réseau terroriste dans la ville même de Bamako », ajoute  Alain Augelle . « J’espère que vous aurez l’occasion d’y aller plus tard. C’est une expérience à vivre, car sur place vous serez touché par les petits moyens dont ils disposent ».
 
Si pour des raisons de sécurité, il n’est plus conseillé de se rendre sur place, la Ville d’Angers continue à acheminer des conteneurs de matériels à destination des structures locales. Les appareils photo devraient donc faire partie d'un prochain voyage.
 




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Anthony Bourasseau le 12/03/2015 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne initiative mais qui aurait encore pu être améliorée par l'achat sur place des appareils photos par une personne de confiance : Cela aurait permis de développer le commerce local. Le développement d'un pays, la lutte contre la pauvreté passe notamment par le développement du commerce, et on trouve presque tout à Bamako...

2.Posté par Javernaud le 12/03/2015 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme Anthony B, je trouve l'initiative louable. Concernant l'idée d'acheter sur place, cela supposerait d'envoyer de l'argent sur place. Même s'il existe des moyens sécurisés, la personne sur place doit être réellement de confiance. Or, je pense que ces élèves n'ont pas de réseaux digne de ce nom, et les contacts plus "diplomatiques" que peuvent avoir la collectivité d'Angers doit probablement avoir des préoccupations autres en cette période troublée. De plus, pour avoir été dans un autre pa...








Angers Mag















Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06


cookieassistant.com