Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Mardi 2 Septembre 2014







Le handicap s’invite au Conseil Municipal d’Angers


Rédigé par - Le 28/10/2012 - 09:33 / modifié le 28/10/2012 - 16:10


Les personnes en situation de handicap sont des citoyens comme les autres. La Ville d’Angers qui s’investit depuis plusieurs années dans une démarche du « mieux vivre ensemble » et de partage du handicap a invité vendredi dernier, les représentants des différentes familles d’handicapés pour un conseil municipal aussi exceptionnel qu’émouvant.



Le maire et les adjoints écoutant attentivement la présentation des différents types de handicap
Le maire et les adjoints écoutant attentivement la présentation des différents types de handicap
On ne le dira jamais assez, les handicapés sont des citoyens à part entière dont la différence ne se situe pas dans la modification physique qui les affecte, mais bien dans le regard que la société porte sur eux. Et pourtant chacun, valide aujourd'hui, peut se retrouver dans la même situation à un moment ou l’autre de sa vie.

Vivre ensemble, en parfaite harmonie, où chacun puisse échanger, discuter, comme tous citoyens acteurs de leur ville, sans exception, c’est ce que souhaite avant tout le maire d’Angers, Frédéric Béatse et son adjointe à la santé et au handicap, Rose-Marie Veron. Un souhait qui n’a rien de démagogique et qui dépasse largement les clivages politiques

D’où l’idée d’inviter les personnes en situation de handicap et leurs familles et amis, à la réunion du Conseil Municipal qui se tenait ce vendredi à Angers. Pour cela cinq d’entre eux, représentants des associations du Conseil Local du Handicap, s’étaient installés face au maire et ses adjoints, en lieu et place des adjoints de quartier afin d’expliquer leur situation et comment il la vivait au quotidien.

« C’est pour moi un grand moment d’émotion », déclarait Rose-Marie Veron en ouvrant la séance, visiblement ravie d’avoir pu réaliser cet exploit. Pour cela la salle du conseil, globalement accessible depuis plusieurs années aux personnes à mobilité réduite avait dû subir quelques modifications au niveau des accès des élus concernés. Le dispositif était complété par une boucle magnétique, nécessaire aux sourds et malentendants et la participation d’assistants. Le Conseil était donc accessible à tous les citoyens, sans exception.

Changer le regard sur le handicap

Les représentants des associations du Conseil Local du Handicap pendant leur intervention
Les représentants des associations du Conseil Local du Handicap pendant leur intervention
« Nous travaillons actuellement à la formation du personnel municipal pour que l’accessibilité soit intégrée systématiquement à tous les projets et aux actes posés au quotidien », affirmait Rose-Marie Veron, démontrant si besoin était que dans cette ville, l’accessibilité n’est pas un vain mot, même si certains écueils subsistent encore.

Selon l’élue, cette démarche portera sur la partie réglementaire imposée par la loi 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Elle portera aussi sur « l’accessibilité citoyenne et relationnelle qui résulte d’une politique municipale volontariste de la Ville d’Angers ».

Des actions sont d’ores et déjà menées pour permettre l’accès des personnes en situation de handicap à tous les actes de la vie quotidienne, mais aussi à l’offre culturelle et événementielle à l’exemple de la semaine Louis Braille à Angers, reconnu comme un événement d’importance nationale. En clair la Ville d’Angers met tout en œuvre pour que ces citoyens soient parfaitement intégrés et ne soient plus traités à la marge. Dernièrement une action visant à référencer les espaces commerciaux accessibles a été conduite à Angers par une association nationale : JACCEDE.

Reste que la prise en compte est quotidienne et ne concerne pas uniquement les services publics, mais bien chacun de nous. Au-delà de ce Conseil au cours duquel chacun, élus et représentants des familles d’handicapés ont pu échanger librement, mais avec émotion, cette situation est bien l’affaire de tous.

Outre ce conseil municipal, c’est à une véritable prise de conscience qu’élus et personnes concernées appellent. « Il faut éveiller les consciences et investir le champ de la communication pour que ce pétillement de joie et de vie qui nous parcourt tous contribue à nous rapprocher davantage », déclarait une aveugle, formatrice de personnes atteintes du même handicap. Même si le rapport s’est amélioré ces dernières années, il reste du travail à faire, chaque jour, pour que nos concitoyens, déjà très touchés dans leur chair, puissent vivre comme tout le monde.

« Je crois que le plus grand chantier à mener dans le domaine du handicap est celui du changement de regard », a conclu Rose-Marie Veron avant de lire une phrase affichée sur l’écran de la salle du conseil et passer la parole à ses collègues : « Mon handicap je m’en arrange, mais le premier des handicaps c’est le regard des autres ».




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

6.Posté par Barreau le 30/10/2012 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ces "handicapés du cerveau" pour reprendre votre jolie formule même si leur nombre est en régression, pourrissent la vie de la grande majorité de leurs concitoyens par leur comportement.
Ces comportements, quand ils ne sont pas réprimés, donnent des idées à d'autres ou alors contribuent à développer, de par leur impunité, un sentiment d'injustice chez ceux qui se comportent correctement (je ne suis pas "récompensé" et l'autre n'est pas puni).
Or, rien n'est pire que l'injustice et c'est pour ce...

5.Posté par Jacques le 29/10/2012 08:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Autre exemple d'incivilités qui croissent dans Angers et que la municipalité ne semble pas prête à punir: les cyclistes sur les trottoirs ou dans n'importe quelle position (interdite) sur la chaussée. C'est très perturbant pour les personnes handicapées, pour les personnes âgées, pour les très jeunes enfants, et c'est très dangereux.

4.Posté par Yannick Sourisseau le 28/10/2012 20:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hé oui, vous avez raison, je suis un optimiste de nature et je crois en l'être humain. Je vois toujours le verre à moitié plein, je sais ça me perdra peut-être un jour.
Certes il y a et il y aura toujours des individualistes qui ne pensent qu'à leur petite personne. Ce qui est important c'est de vérifier si ces handicapés du cerveau sont en augmentation ou en régression. Selon les associations d'handicapés, le nombre de ces écervelés serait en baisse. Alors ça me rassure.
Quant à la répression...

3.Posté par barreau le 28/10/2012 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Monsieur Souriceau,
je vous trouve bien optimiste et vous avez grande foi en l'être humain.
"Fumer tue" : ça c'est de l'éducation et pourtant les gens fument toujours autant !
il y a malheureusement une catégorie de personnes, à qui on a beau dire, expliquer voire démontrer, cela ne change rien. Il en va de même pour le tri sélectif et autres domaines où l'on demande aux gens de changer de comportement et de penser aux autres (générations à venir ou handicapés..).
je n'ai pas vu le fil...

2.Posté par Yannick Sourisseau le 28/10/2012 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Barreau,

J'ai bien écrit que le handicap était l'affaire de tous, et donc pas seulement des politiques. Et ne suffit pas de constater, mais de le faire. Dire qu'il y a des incivilités et dire que c'est toujours de la faute des autres, ne fait pas avancer le problème. Rien ne sert de verbaliser, c'est une question d'éducation, il faut le dire et le redire pour que ceux qui se garent sur les bateaux ou les places réservées aux handicapés comprennent que ce sont peut être eux les premiers ha...

1 2























Instagram


A PROPOS