Le nouvel institut de cancérologie de l’Ouest - Paul Papin ouvrira en 2015


Rédigé par - Angers, le 18/05/2013 - 09:46 / modifié le 21/05/2013 - 13:01


Les travaux de construction de l’Institut de cancérologie de l’Ouest - Paul Papin, le plus gros chantier du Maine-et-Loire en 2013, sont commencés sur le site du CHU d’Angers. Les personnalités concernées par la construction de cet équipement se sont réunies ce vendredi 17 mai sur place pour poser symboliquement la première pierre.



Le professeur Bataille entouré du Préfet de Maine et Loire et du Général Jean Loup Chrétien
Le professeur Bataille entouré du Préfet de Maine et Loire et du Général Jean Loup Chrétien
la rédaction vous conseille
Ce n’est pas une nouvelle clinique de la main, mais bien un centre de cancérologie qui se construit actuellement sur le site du CHU d’Angers, en remplacement de l’actuel (Paul Papin) devenu trop exigu. Ce qui aurait pu induire en erreur c’est qu’à défaut de première pierre, les personnalités ont marqué de leur empreinte de la main, dans l’argile, le futur site angevin et siège de l’Institut de cancérologie de l’Ouest (ICO). Une initiative originale et hautement symbolique.

« Aujourd’hui est une journée très particulière pour la reconstruction du site Paul Papin de l’ICO qui marque le passage du projet à sa phase de concrétisation », déclarait hier midi le Professeur François Régis Bataille, Directeur général de l’ICO. « C’est aussi un moment important pour les patients qui disposeront à partir de la mi-2015 d’un nouvel environnement de prise en charge pour de meilleurs traitements personnalisés, innovants, avec des équipements de haute technologie ».

En fusionnant les Centres de lutte contre le cancer, Paul Papin à Angers et René Gauducheau à Nantes, le nouvel institut de cancérologie de l’Ouest permettra à l’équipement angevin, mais aussi celui de Nantes, de se hisser sur le podium des trois plus grands centres de ce type en France. Déjà classé premier centre français de reconstruction mammaire, Paul Papin peut donc voir l’avenir avec sérénité et les patients avoir l’assurance de pouvoir se faire soigner dans les meilleures conditions.

En attendant, il faudra patienter même si pour l’heure, le centre de traitement du cancer actuel bénéficie d’une excellente réputation. C’est d’ailleurs ce qui avait conduit, entre autres, le ministre de la Santé de l’époque, Xavier Bertrand, à choisir Angers pour implanter le siège de l’ICO.

En rendant hommage aux acteurs de ce projet, le Préfet de Maine et Loire, François Burdeyron, a tenu à souligner le travail et l’abnégation des deux équipes, angevines et nantaises, qui ont permis de concrétiser le projet.

« Les contraintes de notre société laissent une marge de manœuvre qui ne permet pas toujours d’avancer. Ce que vous avez imaginé est la démonstration du contraire », déclarait le préfet lors de son discours. « En travaillant collectivement vous avez réussi à faire bouger les lignes. Vous êtes passé au-delà du vice qui voit l’intérêt pour sa chapelle, pour le collectif. Un bel exemple de ce que notre pays est capable de réussir ».

« Induit d’une mission : celle de la victoire sur le cancer »

Le préfet de Maine et Loire et l'ex-ministre de la Santé, Roselyne Bachelot-Narquin, laquelle à suivi le projet  ICO à l'origine
Le préfet de Maine et Loire et l'ex-ministre de la Santé, Roselyne Bachelot-Narquin, laquelle à suivi le projet ICO à l'origine
Propos repris par le spationaute Jean Loup Chrétien, parrain de l’institut de cancérologie. « C’est un moment important, beaucoup plus qu’une simple première pierre, celui du défi auquel vous vous êtes attelé. Vous avez gagné cette victoire en acceptant de travailler avec d’autres ». Et sur ce point, celui qui a participé à plusieurs missions franco-russes dans l’espace sait de quoi il parle.

Très engagé dans ce projet médical, mais aussi scientifique, un secteur dans lequel il est également investi, le spationaute a rappelé que ce nouvel équipement permettra de maintenir en France les élites de la recherche. « Il faudra y mettre les meilleurs moyens et les meilleurs outils pour éviter que nos élites partent ailleurs. Il faudra aussi se serrer les coudes et se convaincre que l’on est induit d’une mission : celle de la victoire sur le cancer ».

« L’ICO est honoré et fier d’avoir M. le Général de Brigade Jean Loup Chrétien comme parrain. Il a mis sa vie au service de la science et de la recherche pour le bénéfice des êtres humains », ajoutait le Pr Bataille à l’issue la cérémonie.

En remplaçant la traditionnelle pose de la première pierre par des empreintes de main dans des pavés d’argile, les responsables de l’équipement ont souhaité que par ce geste chargé de symboles, les personnalités qui ont collaboré à la concrétisation de ce projet laissent une marque individuelle qui exprime la vie, pour une fresque qui deviendra une œuvre humaine unique.

« La main est la représentation concrète et visible du corps, un moyen d’expression qui peut compléter la parole, et surtout un organe qui permet de saisir et qui apporte une contribution majeure au sens du toucher. Ces mains scellent aussi le partenariat fort et durable entre l’État, les collectivités, le CHU et l’Université d’Angers ». La fresque ainsi constituée sera installée dans le hall d’accueil de l’Institut de Cancérologie.

Le nouveau site ICO – Paul Papin en chiffres

L'esquisse de l'ICO - Paul Papin (dessin - CRR Architectes)
L'esquisse de l'ICO - Paul Papin (dessin - CRR Architectes)
- Surface du terrain : 25 000 m2
- Surface du bâtiment : 20 700 m2
- Coût de l’opération 73 Millions d’Euros financés par l’État (31 M€), la Région des Pays de la Loire (0.9 M€), le Conseil Général de Maine et Loire (0.9 M€), Angers Loire Métropole (0,9 M€) et un emprunt de 39 M€.

Réalisé par le cabinet d’architectes CRR Architectes (Clermont Ferrand) et le Bureau d’Etudes EGIS, ce nouvel équipement comprendra 4 services d’hospitalisation médico-chirugicaux (32 lit de jours et 60 lits d’hospitalisation plus longue), un blog opératoire commun avec le CHU de 9 salles, un plateau d’imagerie également commun avec le CHU, un secteur de radiothérapie, une secteur de soins et de consultations, des laboratoires de recherches et d’analyses, ainsi que des salles d’enseignement et un amphi de 150 places.

185 000 nouveaux cas de cancers ont été diagnostiqués en Pays de la Loire, en moyenne par an, entre 2007 et 2009 et 3 500 nouveaux cas en Maine et Loire en 2012.

Le nombre de patients hospitalisés au centre Paul Papin en 2012 est de 4 356 et 39 864 consultations spécialisées, celui de l’ICO (Angers et Nantes ) est de 10 168 et de 100 000 consultations spécialisées. Le nombre de salariés pour Angers est de 498 dont 65 patriciens, sur les deux sites il est de 1 174 pour 154 praticiens.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag