Angers Mag - information, actualités locales, politique, culture

Un autre regard sur la région angevine

- Angers Mag Mobile
   





Le nul pour Angers-SCO à Tours : comme un avant-goût de vacances


Rédigé par Emmanuel Ollivier - Le Vendredi 20 Mai 2011 à 23:19


Angers-SCO a préservé son invincibilité, dans un match qui ne s’est vraiment animé que dans les 20 dernières minutes. Dommage, l'équipe angevine nous avait habitué à beaucoup mieux. Ça sentait la fin de saison.



Claudiu KESERÜ permet à Angers-SCO de préserver son invincibilité
Claudiu KESERÜ permet à Angers-SCO de préserver son invincibilité
55ème minute, LEJEUNE pénètre dans la surface et frappe. Grégory MALICKI repousse le …premier tir cadré des tourangeaux. Cet exemple démontre à quel point la rencontre a manqué d’enjeu et d’occasions franches de but.

Certes, le ballon circulait bien, mais les 22 acteurs devaient avoir l’esprit ailleurs. ils manquaient beaucoup trop de justesse dans les derniers gestes. Pourtant le match avait commencé sur un bon rythme dans des conditions climatiques idéales. Peu de temps morts, du rythme qui allait très vite retomber.

Il fallait attendre la 11ème minute, pour voir la première vraie frappe, expédiée au-dessus par BLAYAC.
La suite ? Une circulation d’un camp à l’autre avec parfois quelques situations : Un coup franc de Claudiu KESERÜ, que Gaëtan CHARBONNIER manquait d’un cheveu (27’). Une nouvelle frappe de BLAYAC hors cadre (33’).

La première alerte pour THURAM-ULIEN, le gardien de Tours, survenait sur un centre raté, qui se transformait en tir de Gaëtan CHARBONNIER (35’).

La seconde période partait, comme la première, sur un rythme élevé…qui retombait aussitôt, jusqu’à la 54ème minute où Diego GOMEZ armait une belle frappe, boxée par THURAM-ULIEN. Sur le contre, Tours allait s’offrir sa première frappe cadrée, dont nous avons déjà parlé.

C’est encore sur un contre, après un service de Claudiu KESERÜ, mal exploité par Diego GOMEZ, que Tours allait faire briller Grégory MALICKI. L’ancien angevin ONIANGUE servait BLAYAC, dont la reprise était claquée en corner par le gardien angevin (70').

Le match était enfin lancé et, trois minutes plus tard, BUENGO servait LEJEUNE, qui ouvrait la marque pour Tours. La réaction angevine était immédiate : Henri SAIVET servait Claudiu KESERÜ qui se retournait et trompait THURAM-ULIEN d’une frappe de l’intérieur du pied. (1-1, 77’)

Grégory MALICKI devait repousser, sur l’engagement, une reprise de LEJEUNE, tandis que Jérémy HENIN inquiétait, sur une frappe, THURAM-ULIEN (83’).
La dernière occasion revenait à BUENGO, qui dans les arrêts de jeu, sollicitait à nouveau Greg MALICKI, impeccable.

Au final, un match nul qui sentait les vacances. Il reste, maintenant, un match aux angevins, avec la réception de Dijon. Un match bizarre puisque Dijon a presque célébré la montée en ligue 1 ce vendredi.
Presque seulement, car les dijonnais n’ont pu faire mieux qu’un nul contre Boulogne, en Bourgogne.

Mais, comme Le Mans a perdu 4-3, à Vannes dans un match de folie, il faudrait une grosse défaite de Dijon en Anjou, associée à un gros score du Mans, pour empêcher les Bourguignons de rejoindre Auxerre en ligue 1.

Un dernier match où Jean BOUIN pourra faire honneur à son coach, Jean-Louis Garcia, qui, selon nos amis de radio Haute Angevine, devrait entraîner le Racing Club de Lens, l’an prochain. Un match, pour le plaisir et clôturer une belle saison, sans pression. Ajoutez le retour de PADO à Jean BOUIN, et vous n’aurez aucune excuse pour ne pas venir au stade. Alors, à vendredi.