"Le numérique est l’avenir du milieu rural"


Rédigé par Etienne GLEMOT, maire du Lion d'Angers - Angers, le 20/06/2016 - 07:30 / modifié le 20/06/2016 - 16:05


Le développement du Très Haut Débit en Maine-et-Loire revient en débat au Conseil départemental en ce début de semaine. 184 M€ vont être investis -en grande partie par les intercommunalités et le Département- pour équiper le territoire en fibre optique ou, a minima, opérer une montée en débit de l'existant. Avec en toile de fond, une ambition de taille pour l'Anjou : la mise à niveau numérique de tous ses secteurs ruraux. Education, économie, santé, tourisme... Maire du Lion d'Angers, Etienne Glémot en fixe les enjeux pour son territoire dans notre [Tribune du lundi].



"Notre équipe enseignante a accepté de relever ce défi et est fortement mobilisée sur l’évolution de la manière dont elle utilise le numérique" (photo Edmond Girard).
"Notre équipe enseignante a accepté de relever ce défi et est fortement mobilisée sur l’évolution de la manière dont elle utilise le numérique" (photo Edmond Girard).
la rédaction vous conseille
"Notre population n’est pas différente de celle qui habite les agglomérations. Elle a seulement fait des choix ou subi des contraintes qui font qu’elle réside en zone rurale. Les habitants déterminent les territoires où ils s’installent en fonction des réponses qui sont apportées à leurs besoins. Qu’ils soient personnels ou professionnels. N’oublions pas que la manière de vivre évolue en parallèle des progrès technologiques. Le numérique est donc l’avenir du milieu rural en alliant modernité et qualité de vie. C’est la fin d’une distance aux services, c’est l’ouverture au monde et l’accès à son potentiel d’épanouissement par le travail, l’accès au savoir ou à la culture, aux échanges dans tous leurs aspects.
 
Les écoles primaires sont la première des compétences des communes. Nous voulons le meilleur pour nos enfants. Depuis 4 ans, nous avons un vidéo projecteur interactif avec accès internet immédiat dans chaque classe. Cela change la manière de transmettre le savoir : En cas de besoin d’explications, l’enseignant trouve immédiatement une petite vidéo qui vient en soutien de son propos d’une manière efficace et ludique. Il vit en direct, au sein de ses élèves, la manière dont eux navigueront dans tout ce savoir qui n’était pas à notre disposition il y a quelques années. Nous constatons qu’il est facile de s’y perdre. Notre équipe enseignante a accepté de relever ce défi et est fortement mobilisée sur l’évolution de la manière dont elle utilise le numérique. Elle a d’ailleurs mis en place pour la fête de l’école des ateliers de présentation aux parents pour qu’eux aussi soient en capacité de ne pas être trop dépassés !
 
"Nous avons pris la décision de passer de 5 à 8 millions le financement de la première tranche de travaux sur nos fonds propres. Ceci dans l’objectif de connecter le maximum de foyers." 
La fibre optique est obligatoire pour de très nombreuses entreprises. Que ce soit pour permettre à des collaborateurs précieux de suive leur conjoint muté à l’autre bout du pays tout en restant à l’effectif. Ils travailleront en contact direct sur le Cloud. Cela sert aussi à piloter en direct des machines qui ont besoin de maintenance dans le monde entier. Par exemple, nos garagistes connectent nos voitures aux plateformes de dépannage nationales et ont des réponses immédiates : fini les très chères valises spécifiques à chaque véhicule et aux nombreux jours de formation. C’est de la productivité pour tous ! 

Etienne Glémot (photo Mairie du Lion d'Angers).
Etienne Glémot (photo Mairie du Lion d'Angers).
La santé est un des défis des prochaines années. Nous venons d’ouvrir au Lion d’Angers un pôle Santé Social. Les médecins ont besoin d’avoir accès à des fichiers très lourds qui sont spécifiques aux patients. Nous travaillons également  à la mise en place d’un pôle pour un orthoptiste: Les médecins ophtalmologistes sont rares. Avoir une équipe avancée en territoire rural qui fait passer les examens requis avec l’envoi des fichiers au médecin qui se trouve en agglomération permet de cibler chacun sur le cœur de ses compétences spécifiques et optimise le modèle économique. Le patient est gagnant, la Sécu aussi.
 
La France est la première destination touristique mondiale. Notre patrimoine est formidable et envié. Il est nécessaire qu’il soit habité pour trouver une justification économique. Comment voulez vous que des maisons qui n’ont pas la fibre non seulement aient la même valeur que les autres mais trouvent un intérêt auprès d’un acheteur ? Déjà, nous refusons d’aller dans des hôtels où il n’y a pas internet alors vivre dans une maison sans un bon débit, la question ne se pose pas pour beaucoup.
 
Ces quelques exemples montrent que tous les aspects de la vie sont concernés par le numérique. C’est d’ailleurs pour cela que les élus sont très mobilisés par la question. Sur notre intercommunalité, c’est le projet du mandat. Nous avons pris la décision de passer de 5 à 8 millions le financement de la première tranche de travaux sur nos fonds propres. Ceci dans l’objectif de connecter le maximum de foyers. C’est notre contribution à l’aménagement du territoire et nous permet de formuler le vœu du succès de notre travail quotidien."

Le déploiement du Très Haut Débit

Dans le monde merveilleux du numérique, deux réalités cohabitent sur le territoire : d'un côté, celle des opérateurs privés, qui ont répondent aux besoins des zones Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement (AMII), dans le cadre du programme national Très Haut Débit -en gros les villes (Saumur) ou les agglomérations (Angers et Cholet) ; de l'autre, le reste du territoire, qui ne doit compter que sur l'investissement public s'il veut satisfaire à l'exigence Très Haut Débit.
C'est à cette dernière ambition que répond le syndicat Anjou Numérique, qui réunit le Conseil départemental et l'ensemble des intercommunalités du département, moins la Communauté urbaine d'Angers.
"C'est un réel enjeu d'aménagement du territoire", résume Philippe Chalopin, le vice-président en charge des ces questions au sein de la collectivité. Un enjeu, et donc une priorité parmi les priorités, puisque le plan d'aménagement numérique présenté ces jours-ci en session départementale entend équiper en fibre optique 53 % des départements (hors zone AMII), d'ici à 2020.

Coût de l'opération : 184 M€. Ce sont les intercommunalités qui fournissent l'effort principal, avec un investissement de 83 M€, mais également le Département, qui a choisi de quintupler son investissement par rapport au projet initial (25 M€ contre les 5M€ prévus). Viennent en suite la Région, à hauteur de 23 M€, les fonds européens (Feder), pour 3,5 M€ et l'Etat, par le biais d'un dossier déposé au Fonds national pour la société numérique (FSN), à hauteur de 50M€.
"La question est celle de l'équilibre et du développement du territoire", poursuit Philippe Chalopin, pour justifier un tel investissement. Le déploiement de la fibre optique devrait débuter en 2018. Il s'appuiera notamment sur l'armature et les 920 km de fibre optique de Melisa (65 M€ déjà investis), le réseau départemental équipant les zones d'activités et ayant servi au dégroupage de certains centres bourgs.
Au préalable, dès 2017, des opérations de montée en débit des zones qui ne seront pas couvertes par la fibre optique seront menées.



















Angers Mag











Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30



cookieassistant.com