Le phénomène Isabelle Boulay sur la scène de l’Arena Loire


Rédigé par - Angers, le Dimanche 21 Juillet 2013 à 09:08


Ils étaient plus de 6000 hier soir à l’Arena Loire de Trélazé pour applaudir la chanteuse québécoise Isabelle Boulay. Les fans de l’artiste n’ont pas été déçus, elle les a fait voyager sur les routes et chemins de la Belle Province avec des chansons aux rythmes country-folk tirés de son dernier album, « Grands Espaces » et celles des meilleurs interprètes français.



Le phénomène Isabelle Boulay sur la scène de l’Arena Loire
la rédaction vous conseille
Notre Festival estival est devenu très grand », disait hier soir Marc Goua, le député-maire de Trélazé en accueillant la « plus française des Québécoises », récemment décorée de l’ordre national du Québec : Isabelle Boulay. Cette dernière que le public français a découverte dans l’opéra rock de Luc Plamondon « Starmania » en 1995, s’impose désormais comme une représentante majeure de la scène française et internationale. Elle l’a démontré hier soir sur la scène de l’Arena Loire, devant plus de 6000 spectateurs aux anges.

Avec une activité musicale plutôt féconde aux couleurs de son Québec natal, l’artiste très nature sur scène, tisse avec le public une relation qu’il n’est pas prêt d’oublier, faite de force et d’émotion. C’est presque une amie que les Trélazéens ont découverte hier soir, une copine humble et sincère qui n’hésite pas à reprendre une chanson quand elle n’est pas satisfaite ou à s’arrêter pour évoquer sa vie amoureuse ou celle de ses musiciens complices. « Quand j’étais petite, j’avais des béguins pour beaucoup de monde et notamment Jean Paul Belmondo. Si vous le connaissez, dites-lui que j’aimerai bien le rencontrer ».

Elle est comme ça Isabelle Boulay, amicale, chaleureuse, touchante, faisant voyager les spectateurs au cœur des petits villages du Québec, des forêts d’automne des Laurentides, des bords du Saint-Laurent jusqu’en Louisiane ou dans le Montana. « Ce n’est pas loin », dit-elle. « Pff, juste un petit saut d’avion et vous y êtes », ajoute la chanteuse « amoureuse des beaux garçons, des cow-boys de la chanson française et des grands espaces ».

Le phénomène Isabelle Boulay sur la scène de l’Arena Loire
Hier soir en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le temps passe vite avec elle, elle a revisité le répertoire de la chanson française, celui de ses amis et notamment Benjamin Biolay avec quelques morceaux « country » dont elle est plutôt fière, ne cherchant même pas à dissimuler son accent canadien. Et c’est justement cette pointe d’accent qui fait le charme de ce petit bout de femme à l’énergie débordante.

De « Matane à Baton Rouge », « Lui », une chanson sur son père, en passant par « Jolie Louise », l’un de ses derniers morceaux, et « Mille après Mille », Isabelle Boulay a littéralement charmé l’Arena Loire, associant même le public lors des refrains les plus célèbres. « Avec ça vous avez gagné votre passeport pour le Québec. En chantant cette chanson, vous obtiendrez tout ce que vous voulez ».

Très prolixe, l’interprète revisite également quelques chansons de la variété internationale de Dolly Parton, en passant par Amalia Rodrigues, Richard Anthony, Hugues Auffray, Johnny Halliday ou encore Alain Bashung et Elvis Presley. « J'aurais aimé être un amalgame entre Bashung et Elvis Presley » lance-t-elle au public avant de repartir sur la route, … vers le Canada pour revenir sur scène pour un ultime « Dis quand reviendras-tu » de Barbara, en signe d’au revoir.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par felipe le 21/07/2013 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur le journaliste, Baschung n'étant pas le nom de scène de l'artiste mais son véritable nom de naissance, il serait bon de corriger cette erreur. Bel article cependant.

2.Posté par Yannick Sourisseau le 21/07/2013 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Felipe,
Notre rédaction ne comprend pas votre commentaire. Nous savions tous qu'Alain Bashung était le vrai nom de l'artiste, tout comme Isabelle Boulay d'ailleurs, et le contraire pour l'un comme pour l'autre n'est pas écrit dans le sujet.

3.Posté par Stefie le 21/07/2013 22:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un bon article découvert par un ami français cependant un petit bémol, ce n'est pas Luc Flamandon mais Plamondon sans doute une erreur de frappe mais pourtant le P est loin du F sans rancune. Je suis québécoise c'est pour cette raison que je l'ai remarqué.

4.Posté par Luly le 21/07/2013 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour ce bel article et ses très jolies photos! Je vois que comme toujours Isabelle a donné des étoiles dans les yeux et les cœurs. Je ne pouvais pas venir, ça me permet d'y être un instant

5.Posté par Yannick Sourisseau le 21/07/2013 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Stefie et bonjour au Québec. Désolé pour cette erreur dans le nom de Luc Plamandon.. Elle est corrigé.








Angers Mag