Le premier budget de la Communauté urbaine est adopté


Rédigé par - Angers, le 15/03/2016 - 08:54 / modifié le 15/03/2016 - 09:11


Lundi soir, le conseil communautaire d'Angers a débouché sur le vote du budget primitif, mais également arrêté différents taux et et redevances liés aux ordures ménagères, à l'eau et l'assainissement. Avec la mise en application d'un principe voté au mois de septembre dernier, dans cette même enceinte : celui de la solidarité communautaire. Explications.



la rédaction vous conseille
Volontariste, le budget primitif de la Communauté urbaine ? Oui, pour la grande majorité des élus d'Angers Loire Métropole, qui ont adopté lundi soir un document rigoureusement identique à celui présenté lors du Débat d'orientation budgétaire (DOB).

Que faut-il en retenir ? Que la fiscalité des ménages n'augmentera pas, comme les élus s'y étaient engagés lors de leurs différentes campagnes municipales. Que les dépenses de fonctionnement sont maîtrisées, à hauteur de 291,6 M€. Que la dette a reculé de 24 M€ depuis le mois de janvier 2014, "sans compter la sécurisation de nos emprunts à risque à hauteur de 40 M€", précise le président de la collectivité, Christophe Béchu.

Le chiffre qui fâche ? 108,8 M€, soit les dépenses d'investissements envisagées par la Communauté urbaine en 2016. "Avec une telle configuration financière, vous allez rendre l'avenir plus difficile", avance l'élu de l'opposition angevine, Antony Taillefait, qui observe un "volontarisme qui s'effrite à mesure que le mandat s'écoule", revenant notamment sur le choix symptomatique de reculer le début de travaux de la ligne B du tram.
Pour l'élu écologiste Gilles Mahé, "les éléments financiers présentés lors d'un budget doivent servir des politiques publiques", pointant du doigt le manque d'ambition du budget présenté et le fléchage de ces investissements. 

Passage en Communauté urbaine oblige (voir ici son incidence), c'est la voirie qui mobilise le plus importante dépense d'investissements (21,12 M€), suivi par la politique Urbanisme, logement, aménagement urbain (17,87 M€) et le cycle de l'eau (16,16 M€)... "La réalité des chiffres, c'est que, hors passage en Communauté urbaine, la collectivité investit 15 % de plus qu'en 2015 !", répond Christophe Béchu. "En plus d'une stabilisation historique des dépenses de fonctionnement, ce sont ainsi 10 M€ en plus qui vont arriver en soutien de l'emploi local".
 

Taux d'enlèvement des ordures ménagères

Aucune surprise dans la présentation des nouveaux taux de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères, concomitant au vote du budget primitif. Le 14 septembre dernier, les élus d'Angers Loire Métropole avaient répondu à une demande récurrente de la Chambre régionale des Comptes d'harmoniser un tant soit peu ces taux à l'échelle du territoire communautaire.

Quatre zones avaient été définies, qui correspondent chacune à un niveau de service. Pour chacune de ces zones, la somme des dépenses doit être compensée par la somme des recettes. Ce lundi soir, en conseil communautaire, on a donc sorti les calculettes pour voir exactement l'impact de cette "solidarité communautaire" sur les taux par commune. Au-delà des chiffres bruts, qui semblent largement favorables à des communes comme Mûrs-Erigné ou Sarrigné, et dommageables pour Béhuard ou Saint-Martin-du-Fouilloux, il faut prendre en considération les bases locatives qui servent au calcul des taux. 
En clair, une forte évolution du taux sur une commune ne signifie pas pour autant une forte augmentation de la facture...

Le prix de l'eau

C'est une autre tradition : le vote du budget correspond aussi à la fixation du prix de l'eau. Un prix qui couvre deux choses : la production -et de ce point de vue, les usines sont plutôt aux normes sur le territoire - et l'acheminement, avec là, un gros problème, celui de l'âge des canalisations. Pour le président de la Communauté urbaine, Christophe Béchu, l'objectif est clair : "En fin de mandat, il faut avoir retrouver à peu près un rythme de renouvellement conforme".
Une ambition qui se traduit par une augmentation moyenne de 2%/ an sur le prix de l'eau, "pour intensifier le renouvellement", avec un effort plus soutenu (+3,6 %) sur la redevance assainissement que sur la redevance eau potable (+1,8 %). La "bonne" nouvelle, c'est que, dans le même temps, les redevances dues à l'Agence  de l'Eau Loire Bretagne baissent sensiblement. Au final, sur la facture, le m3 d'eau augmentera, au 1er avril, de 1,6 % (de 3,35 € à 3,40 €).

L'échange entre Christophe Béchu et Gilles Mahé a été vif sur le sujet récurrent de Biopole.
L'échange entre Christophe Béchu et Gilles Mahé a été vif sur le sujet récurrent de Biopole.
Quand le président se fâche tout vert...
Franchement, on ne s'y attendait pas. Que l'adoption du budget principal et des budgets annexes de la collectivité provoquent quelques explications de texte, rien de plus logique. Mais  c'est (encore une fois) le sujet toujours pas enterré de Biopole qui a mis le feu aux poudres. Ou plus justement enflammé le président de la collectivité lui-même... Lors de son intervention sur la présentation du budget, l'élu écologiste Gilles Mahé a regretté, comme il l'avait déjà fait à plusieurs reprises le choix du démantèlement de Biopole, arrêté l'été dernier par l'assemblée. Surtout, il a insisté sur le fait que les élus n'avaient selon lui pas tous les éléments en main pour se positionner, interrogeant notamment le président sur le non-alotissement du nouveau marché de traitement des déchets accordé à Véolia.

Pour Christophe Béchu, c'en était trop : délibérément rassembleur dans l'enceinte communautaire, l'élu Les Républicains est littéralement sorti de ses gonds sur la question : "Chacun ici a pris soin depuis deux ans de n'égratigner personne, ni sur la forme ni sur le fond (du dossier Biopole). Je vous rappelle que nous sommes toujours en contentieux avec un groupe (Vinci NDLR) qui a d'autres moyens que les nôtres" a-t-il précisé en préambule, avant de monter dans les tours, qualifiant "scandaleux" et "lamentables", les propos de Gilles Mahé. "Vous pourriez au moins avoir la décence du silence sur ce dossier."
Remonté, le président d'ALM, avant de se faire carrément menaçant : "Si vous persistez à vous faire le chevalier blanc ou le chevalier vert en la matière, je vous assure que la nature de ce que j'évoquerais sera d'une toute autre nature..." Avant de conclure : "Vous êtes le moins bien placé dans cette assemblée pour évoquer ce sujet." 




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag











Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51



cookieassistant.com