Le technicien burlesque d'Eric Assous


Rédigé par - Angers, le Dimanche 23 Octobre 2011 à 08:45


Jeudi soir, la pièce d’Eric Assous, Le technicien, qui se jouait au Grand Théâtre d’Angers, a menée la vie dure aux thèmes habituellement abordés par l’auteur, dans un esprit burlesque. Entre tromperies et portes qui claquent, le personnage tenu par Roland Giraud, un technicien de surface faussement naïf, est au cœur de l’histoire.



Maaïke Jansen et Roland Giraud, mariés à la ville depuis plus de 40 ans, se retrouvent également sur scène dans cette pièce écrite pour eux par l’auteur Eric Assous
Maaïke Jansen et Roland Giraud, mariés à la ville depuis plus de 40 ans, se retrouvent également sur scène dans cette pièce écrite pour eux par l’auteur Eric Assous
la rédaction vous conseille
Particularité de cette pièce, Eric Assous l’a écrite spécialement pour ses deux comédiens principaux : Maaïke Jansen (alias Séverine Chapuis) et Roland Giraud (alias Jean-Pierre Chapuis), avec Jean-Luc Moreau à la mise en scène. Et le duo Jansen/Giraud est épatant : elle, en femme d’affaire autoritaire, se vengeant de la trahison passée de son mari, lui, en technicien de surface sans le sou, malin et curieux.

Dans le même esprit que pour ses autres pièces, Eric Assous conserve les ingrédients qui font le succès des comédies de boulevard : amour, tromperie, gags, situations cocasses et rebondissements inattendus, portes qui claquent et jeux de mots pertinents. Le rire est au rendez-vous du côté du public !

Séverine Chapuis (Maaïke Jansen), quinquagénaire dynamique, dirige avec poigne, sa propre maison d’édition. Mais un jour, Jean-Pierre Chapuis (Roland Giraud), son ex-mari qui l’a quitté 25 ans plus tôt pour une autre de 24 ans, emportant au passage tous leur argent, se présente à elle en homme ruiné, la suppliant de lui trouver un travail. « Les femmes, c’est comme les yaourts, faut pas dépasser la date de péremption », lui avait-il dit, avant de compléter, « la faiblesse des autres, c’est ma force à moi ! ».

L’idée centrale de cette histoire est : « comment va-t-elle se venger et comment lui, va-t-il réagir ? ». Et Madame Chapuis ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle le mène par le bout du nez en lui offrant un emploi de technicien… de surface, de 5h à 21h, payé 35 heures par semaine. En bonus, pour plus de discrétion, il devra désormais la vouvoyer et se prénommera Auguste Pichare.

Auguste (alias Monsieur Chapuis), poussant son chariot de ménage en bleu de travail, ses mimiques, est présent tout le long de la pièce, irrésistiblement drôle. Il se retrouve pris au milieu d’un tourbillon de mensonges et trahisons, à l’échelle de l’ensemble du personnel de la maison d’édition. Malin, saura-t-il se déjouer des secrets à garder malgré lui ou fera-t-il appel au chantage pour s’enrichir ? Qui se cache réellement derrière cet homme ruiné ? Au public de le découvrir en voyant cette pièce drôle et touchante, qui se termine par une jolie morale.

L'histoire se déroule dans une seule pièce, le bureau de Madame Chapuis, entouré de livres.
L'histoire se déroule dans une seule pièce, le bureau de Madame Chapuis, entouré de livres.


LES TAGS : Assous, spectacle, théâtre










Angers Mag