Angers Mag Info

Un autre regard sur l'actualité d'Angers et sa région

Document sans nom

Vendredi 31 Octobre 2014







Les Andécaves, la flamme du rugby


Rédigé par - Le 24/02/2013 - 08:38 / modifié le 24/02/2013 - 11:15


Ils partagent une même passion : l’ovalie. Et même si l’Anjou n’est pas (vraiment) une terre de rugby, pour certains, ça fait longtemps que ça dure.



La section loisir du SCO rugby existe depuis 1983.
La section loisir du SCO rugby existe depuis 1983.
Les Andécaves aiment le sport et la troisième mi-temps, le tout dans un esprit de franche camaraderie dont seuls les joueurs de rugby ont le secret. Finis la compétition et les classements, cette association indépendante de rugby loisir, rattachée au SCO Rugby club d'Angers, permet à la soixantaine de joueurs licenciés de pratiquer un sport qui reste physique, mais sans prise de tête. Mais attention, cela ne veut pas dire pour autant que ces sportifs, dont certains auraient largement atteint la limite d’âge dans d’autres disciplines, se reposent sur le banc de touche et ne plaquent plus leurs adversaires. L’esprit du rugby est toujours là.

« Au-delà de 30 ans, on est classé dans la catégorie vétéran. Mais depuis la Coupe du monde 2008, cette catégorie est remplacée par le rugby loisir. C’est un peu plus tranquille, même si parfois, nous prenons des coups. On joue de manière plus décontractée, sans esprit de compétition. C’est surtout plus convivial et pas seulement réservé aux vieux », explique le 2e ligne
Philippe Giquel, la soixantaine bien sonnée, mémoire vivante du club. Plus convivial, certes, mais sur le terrain, la rage de vaincre est toujours intacte dès que ces joueurs, un peu bedonnants pour certains, réceptionnent le ballon ovale. Pas de quartier durant les matches, en attendant la troisième mi-temps.

Bons mangeurs mais sportifs…

Car, en plus d’avoir les muscles encore solides, il faut aussi avoir l’estomac bien accroché pour engloutir choucroute, cassoulet et autres tripoux arrosés de quelques pintes de bière au club house de la rue de la Barre, non loin du Lac de Maine à Angers. « Pour se dépenser sur le terrain et avoir la force nécessaire pour affronter l’adversaire, il faut bien manger. Surtout quand il fait froid dehors », explique Etienne Perrin, un Vosgien taillé comme un bûcheron, pilier sur le terrain et trésorier des Andécaves.

« Chaque club de rugby loisir à un nom en rapport avec le lieu. Nous avons choisi Andécaves, le nom des Gaulois qui habitaient la région (Andégaves) et caves, parce que nous sommes dans une région de vin. D’ailleurs, nos maillots sont violet, couleur lie de vin », ajoute Philippe Gicquel avec un plaisir non dissimulé. Ce régime conserverait même, puisque le plus vieil Andécave affiche 74 printemps. Jean Pierre Termeau, moustache gauloise, accuse 50 cm et autant de kilos de moins que son voisin Etienne. Petit gabarit capable de se faufiler partout, il est demi de mêlée et éducateur à l’école de rugby du SCO rugby club.

« Le rugby loisir, ce n’est pas que pour les plus vieux, explique Michel Colas, le président des Andécaves. Nous accueillons tous ceux qui veulent pratiquer ce sport, sans les contraintes de la compétition. Il suffit d’aimer l’ambiance ». Mais on y adhère vite. L’état d’esprit est sain, même lorsque les plus jeunes moquent sans méchanceté le petit ventre rond des plus vieux. « Parfois les jeunes cassent du vieux sur le terrain, mais c’est le rugby », poursuit Michel Colas. Et sans nez cassé, luxation d’épaule ou fracture du poignet, le rugby, même loisir, ne serait pas le rugby.

“LE RUGBY, UN PEU COMME UNE FAMILLE”, Michel Colas, président des Andécaves

Les Andécaves, la flamme du rugby
Angers Mag : Quand sont nés les Andécaves et quel est votre parcours sportif ?
Michel Colas : « En 1983 et j’en suis le président depuis le début. Je suis un pur produit du SCO Rugby club d’Angers, j’ai eu ma première licence en 68/69 et depuis je n’ai jamais cessé de jouer. Après un séjour en Angleterre où j’ai pu jouer dans une équipe londonienne, je n’avais plus envie de jouer en championnat et pourtant l’équipe angevine s’est hissée en finale en 1979. J’ai fait revenir les copains cette année-là et nous avons créé le club. »

Comment adhère-t-on aux Andécaves et comment fonctionne le club ?
« En dehors de se retrouver entre amis pour manger et chanter (rires), il faut partager nos valeurs que sont la solidarité et la convivialité. Dans le rugby, on fait corps et on s’entraide. Le plus souvent, nous choisissons les membres, la plupart viennent des quatre coins de France et partagent cette passion du rugby. 30 ans après, l’esprit perdure, c’est un peu comme une famille, on aime bien être ensemble. »

Quelles sont les particularités du rugby loisir ?
« Le rugby loisir fonctionne comme le rugby classique à XV, XI ou X . Pour organiser une rencontre, nous appelons d’autres clubs de rugby loisir et nous faisons une tournée. Une fois par an, nous jouons contre l’équipe Ely à Cardiff. Il n’y pas d’esprit de compétition mais parfois on se prend au jeu, surtout avec les Gallois. Le rugby loisir est moins violent, mais ça reste un sport un peu difficile et parfois ça casse. »

Contact : Thibault de Vanssay (06 11 63 29 67).
Courriel : groingroin@cegetel.net

EN CHIFFRES

7
Le Maine-et-Loire compte 7 clubs de rugby, Angers, Saumur, Doué-la- Fontaine, Segré, Chemillé, Cholet et Seiches-sur-le-Loir. Mais ils n’ont pas tous de section de rugby loisir.

60
C’est le nombre de membres du club des Andécaves d’Angers. Mais le club auquel sont rattachés les vétérans est fort de 500 licenciés. Les vétérans ont un licence spéciale « non compétition ».

80
Selon les règles de la Fédération française de rugby, la durée d’un match de rugby loisir ne doit pas excéder 80 min. En général, les tournois sont organisés en deux mi-temps de 2 x 10’, 2 x 15’ ou 2 x 20’ avec ou sans temps de repos au changement de camp.

9 148
Le comité de rugby des Pays de la Loire dans lequel s’inscrivent les 7 clubs de Maine-et-Loire, comptait 9148 licenciés en 2011, soit une augmentation de 96,14 % en sept ans.]b]b]b]b




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag













Instagram



cookieassistant.com