Les Anti ACTA de nouveau dans la rue


Rédigé par - Angers, le 26/02/2012 - 09:51 / modifié le 26/02/2012 - 10:59


Pour la troisième fois depuis le début de l’année, les opposants au projet de traité international ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement), se sont retrouvés ce samedi, place du Ralliement à Angers. Affublés du fameux masque de Guy Fawkes caractérisant l’appartenance de certains au mouvement des « Anonymous », ils ont une fois de plus sensibilisé l’opinion des internautes à ce qu’ils considèrent comme un projet liberticide.



Les manifestants angevins, sur la place du Ralliement, ce samedi 25 février
Les manifestants angevins, sur la place du Ralliement, ce samedi 25 février
la rédaction vous conseille
À Angers, comme dans de nombreuses villes de la planète, le projet qui vise à renforcer la protection des auteurs et ayant droit appelé ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement), ne passe pas. Cette revendication, initiée sur Internet par le mouvement des internautes anonymes, les « Anonymous », c'est-à-dire monsieur tout le monde, commence à prendre de l’ampleur. De plus en plus d’utilisateurs des nombreux services disponibles sur Internet soupçonnent les gouvernements des pays signataires de la charte censée protéger les auteurs, en lien avec des grands groupes industriels, de mettre en place un véritable système de surveillance et de sanctions à l’encontre des milliards d’internautes présents chaque jour sur le réseau des réseaux.

Ce projet suscite d’autant plus l’inquiétude des internautes qu’il est préparé dans le plus grand secret sans que ces derniers soient invités à participer au débat. Mais le texte est déjà sur Internet et certains en ont analysé le contenu, à l’exemple de Nicolas GOUON, juriste en droit social.

« Au prétexte de protéger les droits des auteurs, ACTA est un véritable cheval de Troie qui va s’imposer aux internautes et qui va organiser le contrôle de l’internet au profit des multinationales de la musique, du cinéma et même du végétal et de la santé », commente Nicola GOUON, également militant Europe Écologie les Verts.

« Le champ d’action d’ACTA va bien au-delà de la protection des droits d’auteur en mettant en danger les libertés publiques, en entravant l’accès aux savoirs, aux médicaments, aux brevets. C’est un procédé anti-démocratique, une prohibition du partage de la culture initié par Internet ». Les députés européens écologistes et notamment EELV, aux côtés d’associations citoyennes, ont été les premiers à dénoncer ce traité.

Une menace pour le principe de la présomption d’innocence

Ce qui ne passe pas, ce n’est pas le fait que les auteurs puissent récupérer les fruits de leur travail, les manifestants sont plutôt d’accord sur ce principe, mais plutôt que de grosses sociétés, comme cela existe déjà dans le végétal ou la santé conçoivent un objet culturel comme une marque et qu’à ce titre puissent taxer tous ceux qui l’utiliseraient ou pire, l’emprunterait, mondialisant et formatant la culture à leur avantage financier.

« Je suis musicien et je suis plutôt d’accord pour que les artistes puissent toucher de l’argent pour leur travail, mais pas que de grosses sociétés le fassent à leur place », explique Giad MOUAKKEH, un jeune développeur informatique. « Ce qui m’exaspère c’est que l’on nous grignote chaque jour l’espace de liberté que nous avions sur Internet au profit de quelques-uns. Avec ce traité tout sera filtré, contrôlé et ceux qui passeront outre seront pénalisés. Ce n’est pas tolérable dans une démocratie ».

Pour tous ceux qui étaient présents hier, environ une quarantaine de personnes, ACTA dont le contenu peut être modifié à tout moment, véritable « chèque en blanc », pour les opposants, est une menace qui pèse sur les internautes, le contenu de ce texte remettant même en cause « le principe fondamental de la présomption d’innocence.

« En accroissant de façon exagérée les droits des grands groupes industriels et en obligeant les fournisseurs d’accès à internet à faire la police, tous les internautes sont aujourd’hui potentiellement coupables. Les moyens mis en œuvre pour sanctionner sont disproportionnés par rapport aux méfaits constatés », dénonce Lawrence DESFORGES l’un des organisateurs du rassemblement angevin, lequel compte bien réussir à sensibiliser l’opinion, surtout en pleine période électorale. Mais ce n’est pas gagné, car si le mouvement enfle sur la toile, il peine à décoller à Angers. Et pourtant, ce samedi la météo était plutôt clémente, contrairement aux précédents rassemblements.

A noter que le candidat PS à la présidentielle française, François Hollande, appelle a rejeter ACTA selon notre confrère 20 Minutes. Mais les internautes qui sentent la récupération politique ne sont pas dupes si l'on en croit les commentaires.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46
Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00


cookieassistant.com