Les Neiges du Kilimandjaro : Eternel combat !


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Jeudi 24 Novembre 2011 à 11:28


L'histoire de Michel et Marie-Claire, de leur combat syndical, et d'un bonheur parti en fumée. Cette histoire est librement inspirée du poème de Victor HUGO, "Les Pauvres Gens".



Michel (Jean-Pierre  DARROUSSIN) tire au sort le nom des salariés qui seront licenciés. Sous le regard de son meilleur ami et collègue Raoul (Gérard MEYLAN), il découvre son nom.
Michel (Jean-Pierre DARROUSSIN) tire au sort le nom des salariés qui seront licenciés. Sous le regard de son meilleur ami et collègue Raoul (Gérard MEYLAN), il découvre son nom.
la rédaction vous conseille
Bien qu'il soit licencié de son travail par tirage au sort avec de nombreux autres ouvriers, Michel (Jean-Pierre DARROUSSIN) vit heureux avec sa femme Marie-Claire (Ariane ASCARIDE) et avec leurs enfants et petits-enfants. Ils fêtent leur anniversaire de mariage, à cette occasion une somme d'argent et un billet d'avion leur sont offerts pour un voyage au Kenya. Jusqu'au soir où tout bascule : deux hommes masqués et armés les violentent, les attachent, leurs arrachent leurs alliances et leur volent leur argent du voyage. Leur désarroi est d'autant plus violent qu'ils apprennent que l'homme qui les a volés est un ouvrier, victime du même licenciement que Michel et invité à leur fête. Michel est déchiré par le remords d'avoir envoyé ce jeune homme en prison. Marie-Claire s'occupe discrètement des deux jeunes frères du voleur, seuls depuis son emprisonnement. Le couple décide d'accueillir les deux jeunes chez eux, ce qui semble incompris par leurs propres enfants, mais réconcilie Michel et Raoul.


Dans ce film de Robert GUEDIGUIAN, il est question de lutte sociale et d'engagement, qu'il soit politique ou affectif. C'est une histoire qui mêle fiction et réalité avec le combat syndical que mène Michel, qui est aussi celui de nombreuses autres personnes.

Les acteurs jouent formidablement bien leur rôle. DARROUSSIN incarne le syndicaliste utopiste qui malgré ses luttes contre les classes sociales est émotionnel, tendre et juste. Le couple quant à lui, met en scène la grandeur des « Pauvres Gens », c'est-à-dire des gens simples, leur générosité, leur bonté, leur gentillesse et leur solidarité.

La musique tient dans ce film un rôle très important qui donne à l'histoire un côté lyrique et rend l'émotion plus forte. La chanson "Les Neiges du Kilimandjaro" de Pascal DANEL qui est chantée par les enfants et les petits-enfants du couple lors de leur anniversaire renforce l'émotion et l'amour dégagé de cet événement qui symbolise leur bonheur et leur sincérité.

La luminosité des images renforce l'idée du bonheur et de la joie de vivre. Cet effet est rendu grâce aux paysages maritimes et au soleil de Marseille. Mais lors du braquage, les images deviennent alors sombres. Cela symbolise le côté obscur de la société, mais également un tournant de leur vie, un effacement du bonheur et le commencement d'une longue histoire pesante.


Les Neiges Du Kilimandjaro est probablement l'un des meilleurs films de Robert GUEDIGUIAN. C'est un film passionnant où les personnages perdent leurs repères et sont déstabilisés. « Comment peut-on s'en prendre à nous ? » désespère Marie-Claire, c'est un choc d'entendre cette femme syndicaliste, emblématique de l'univers de GUEDIGUAN, s'avouer découragée, ne sachant plus quoi faire et ayant une peur soudaine des autres, de la société.

En tant qu'admirateur de Jean RENOIR, GUEDIGUIAN aurait pu reprendre la citation de La Règle du jeu : « Tout le monde a ses raisons. ». Dans une telle société, personne ne peut ignorer la misère qui l'entoure, et personne n'est à l'abri de « ce qui arrive seulement aux autres ».

Ce film à la fin heureuse n'est absolument pas naïf mais juste optimiste. C'est une véritable fable humaniste rythmée par une histoire pleine d'émotions.


Marie.












Angers Mag