"Les Sons des confins" : une Marche sonore pour "aller au delà de la parole ordinaire"


Rédigé par Tiphaine CREZE - Angers, le Mercredi 4 Mai 2016 à 07:30


Pendant cinq ans, Pierre Redon a travaillé à l’élaboration de sa 6e Marche sonore. Une expérience qui convoque hypnose, cérémonies au tambour, travail sonore et photographique, rapport au territoire. Angers Mag a voulu y voir plus clair avant l’arrivée des Marches sonores aux Ponts-de-Cé et au Thoureil ce vendredi.



"On part dans des univers oniriques qui sont le résultat de nos expériences, de nos héritages et de notre vécu par rapport au territoire", Pierre Redon.
"On part dans des univers oniriques qui sont le résultat de nos expériences, de nos héritages et de notre vécu par rapport au territoire", Pierre Redon.
la rédaction vous conseille
C’est à un drôle de voyage qu’invite Pierre Redon : celui qui mène aux « Sons des confins ». Une expérience questionnante, pour le moins troublante voire – osons l’avouer – inquiétante.

Artiste, musicien, compositeur et chercheur de sons, Pierre Redon a créé le concept de Marche sonore en 2007. « Je marchais beaucoup, je faisais de l’alpinisme, de la randonnée et j’ai rencontré des danseurs comme Christine Quoiraud, Oguri – qui ont beaucoup travaillé avec Min Tanaka au Japon, avec un rapport très présent à la nature, à l’environnement. Il y a la question de l’empathie aussi : comment se mettre à disposition de l’environnement pour pouvoir créer des formes artistiques ? Les Marches sonores sont venues un peu comme la synthèse de toutes ces disciplines ».

Les Sons des confins, sa sixième Marche sonore (troisième sur le thème de l’eau), prend sa source sur le plateau de Millevaches, que Pierre Redon a parcouru jeune puisqu’il y a grandi. De ce « paysage très ensauvagé, aux confins des sources », la Marche sonore suit la Vienne puis la Loire, jusqu’à son estuaire, jusqu’à l’océan. « Plus ça va et plus on rejoint la civilisation, jusqu’au abords des centrales nucléaires, des grands pôles urbains. C’est une traversée de la civilisation ». Une traversée en huit étapes, qui s’arrête donc ce vendredi aux Ponts-de-Cé et au Thoureil. Une traversée qui a demandé des années d’apprentissage, d’études, de recherches et d’expériences obscures et déroutantes : Pierre Redon parle de « cérémonie de hutte de sudation », de « quête de vision ».

Pendant cette longue phase préparatoire, l’artiste est allé à la rencontre des habitants le long du parcours, à pied ou en canoë, pour collecter « les Sons des confins ». Mais aussi en Guinée-Conakry et en Amazonie « auprès d’habitants des fleuves. J’ai travaillé avec eux, j’ai fait des interviews sur leur rapport aux rituels, au syncrétisme ». De ces rencontres, Pierre Redon dégage cinq grands thèmes, autour desquels il travaillera tout au long de cette Marche sonore : Source, Anima, Logos, Thanatos et Léthé. « L’idée c’était de travailler sur de grands archétypes qui traversent un peu tous les peuples. »

Mais le mystère ne s’arrête pas là. Le long de la Vienne et de la Loire, Pierre Redon s’adonne à de drôles de cérémonies pour collecter une parole. « C’est un peu un voyage dans les confins. C’est aller au delà de la parole ordinaire ». Pour atteindre cette parole « extra » ordinaire, l’artiste a provoqué cinq cérémonies avec peintures corporelles, transe collective au tambour et, même, séances d’hypnose individuelle.
 
"Mettre en perspective des formes narratives issues de l’inconscient avec le territoire"

« L’enjeu c’est de mettre en perspective des formes narratives issues de l’inconscient avec le territoire. Il se recompose des choses qui sont plus de l’ordre de l’instinct, du surréalisme, de la psyché des gens, plutôt qu’une mise en illustration classique ou patrimoniale du territoire. L’hypnose a beaucoup aidé à cela. A un moment donné, on n’est plus dans un rapport concret, ou d’auto-fiction par rapport au territoire ou à ses modes de vies. On part dans des univers oniriques qui sont le résultat de nos expériences, de nos héritages et de notre vécu par rapport au territoire. »

A chaque étape, un travail photographique a été réalisé en parallèle du collectage sonore. Pierre Redon y a installé également des cloches en terre cuite de façon pérenne. Aux Ponts-de-Cé, elle est positionnée sur les bords de Loire, à côté de Rives d’arts. «  J’ai travaillé avec un potier à Loudun, à partir de l’hypothèse de Georges Charpak, prix Nobel de physique, qui a émis l’idée que dans les cloches puissent être enfermés les sons environnementaux et les voix des potiers. La poterie est un matériau mou, qui tourne et les mains des potiers sont comme l’aiguille qui gratte le vinyle. Les pressions acoustiques de la voix laisseraient des micro-informations qui pourraient être lisibles et entendues. J’ai donc, dans chacune de ces poteries, chanté ou joué le tambour pendant qu’elles étaient tournées. La voix et le tambour sont enregistrés dans cette poterie. Il faut se mettre à disposition et écouter  « Les Sons des confins ». C’est un travail sur soi. » Mystérieux jusqu'au bout.
"Les Sons des confins" : une Marche sonore pour "aller au delà de la parole ordinaire"

6 mai : "Les sons des confins" Le Thoureil & Les Ponts-de-Cé
10h • Marche Sonore « Les Dolmens ». RDV au port du Thoureil cale Yves Cailleau,
17h • Signature de l’édition et tirage de tarot par Pierre Redon à Rive d’Arts aux Ponts-de-Cé.
18h30 • Marche Sonore « Les Réminiscences ». RDV Les Ponts-de-Cé à Rive d’Arts.
www.lessonsdesconfins.com

Vous pouvez télécharger gratuitement l'application correspondant à votre parcours. Elle prend la forme d'un jeu de tarot réalisé par Pierre Redon qui permet, à chaque carte tirée, de constituer le parcours de votre Marche sonore.

 












Angers Mag












Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56
Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06







cookieassistant.com