Les abeilles font leur entrée dans l’entreprise


Rédigé par - Angers, le 23/03/2012 - 16:57 / modifié le 24/03/2012 - 21:27


On savait les abeilles travailleuses, mais de là à les faire entrer dans une entreprise il y a un pas que la société Apiterra, jeune entreprise innovante de l’année 2011, n’a pas hésité à franchir. Désormais les entrepreneurs qui le souhaitent peuvent installer des ruches dans leur entreprise et faire participer leurs collaborateurs à une véritable démarche de développement durable.



Initiation à l'apiculture dans une entreprise (Photo Apiterra)
Initiation à l'apiculture dans une entreprise (Photo Apiterra)
la rédaction vous conseille
Installer un rucher sur le toit ou la pelouse d’une entreprise, une idée insolite, peut-être, un symbole pour le monde économique, surement. Fonctionnant de manière très hiérarchisées, les petites butineuses ailées ont des méthodes proches de celles utilisées au sein de nos entreprises, d’où l’idée de Ronan DE KERVÉNOAËL, directeur général d’Apiterra : « C’est une démarche forte en termes de développement durable et un projet fédérateur pour les salariés ».

Si les petites abeilles peuvent fournir du miel et rapprocher les employés de la nature généreuse, c’est surtout qu’elles s’adaptent mieux à la pollution urbaine qu’aux polluants agricoles. Dans les grandes métropoles urbaines, et notamment à Paris, les ruches ont fait leur apparition, les nombreux espaces verts municipaux et ceux des entreprises permettant aux abeilles de trouver de quoi faire leur miel.

L’autre facteur non négligeable, comme le précise Apiterra, réside dans le fait que les abeilles constituent des marqueurs pour l’environnement. « Les milliers d’allers et retours qu’elles effectuent de la ruche à la fleur en font un excellent agent d’analyse de la qualité de l’environnement ». Ainsi, la vitalité des insectes et l’analyse du contenu de la ruche permettent de dresser un état des lieux de la pollution et notamment la quantité de particules métalliques et d’hydrocarbures présents dans l’environnement immédiat.


Une démarche qui engendre des bénéfices sur le plan humain

Selon Apiterra, la démarche est on ne peut plus simple. Apiterra propose d’installer les ruches, de mettre à disposition un apiculteur professionnel et de former le personnel à l’apiculture, initiant ainsi une véritable démarche de communication interne et de stimulation au sein de l’entreprise, l’abeille possédant un capital sympathie non négligeable. Le miel produit est alors propriété de l’entreprise qui peut le mettre en pot à ses couleurs. En termes d’image, la démarche est plutôt séduisante.

« Un fois le pas franchi, l’ensemble de nos interlocuteurs se montre ravi de leur décision. Ils sont d’ailleurs nos meilleurs prescripteurs », ajoute le directeur d’Apiterra, qui compte installer cette année plus de 300 ruches dans les entreprises françaises. Grâce à cette initiative, l’abeille que l’on croyait disparue de nos campagnes, à cause des produits phytosanitaires, fait ainsi un retour en force dans nos villes, pour le plus grand plaisir des gastronomes, le miel étant, depuis la nuit des temps, un met très apprécié.

Lancée en 2010, l’entreprise Apiterra, nommée jeune entreprise innovante de l’année 2011 par la CCI de Maine et Loire et lauréate de plusieurs trophées, est une structure spécialisée dans la production d’essaims d’abeille en France, ainsi que l’installation de ruches en entreprises et en collectivité et la pollinisation.

« Plus de 30 % du contenu quotidien de notre alimentation est lié à la pollinisation », explique Ronan DE KERVÉNOAËL. « La pollinisation est naturelle et les insectes pollinisateurs sont de moins en moins nombreux. Mettre en place des ruches permet le rééquilibrage naturel ».

Actuellement la France compte 57.5 milliards d’abeille et 1,15 millions de ruches, sachant qu’une ruche produit en moyenne 22 Kg de miel par an. La société Apiterra a installé de nombreux ruchers dans la région angevine, dont un dans les jardins du Conseil Général de Maine et Loire à Angers. Outre la production d’essaims, l’entreprise qui compte 8 salariés, dont 6 apiculteurs, s’implique également dans la recherche autour de l’abeille.

Pour en savoir plus : www.apiterra.fr




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par cielnature le 24/03/2012 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ruches en ville pour 22kg en moyenne ?
On est loin du compte !!!
"En moyenne, sur Paris, les récoltes peuvent atteindre 100 kg de miel par an et par ruche, contre une dizaine en moyenne à la campagne. " http://www.miel-paris.com/news/les-abeilles-produisent-plus-de-miel-sur-le-toit-des-grandes-villes

2.Posté par Yannick Sourisseau le 24/03/2012 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans le document communiqué par la société Apiterra, il s'agit d'une moyenne française, ville et campagne. Si, comme vous l'écrivez, les abeilles urbaines produisent plus que les campagnardes, c'est formidable et ça va dans le sens de l'installation de ruchers en ville.

Merci de votre contribution.















Angers Mag