Les agriculteurs de Maine-et-Loire ont joué avec le feu... à moindre risque


Rédigé par - Angers, le 18/02/2016 - 10:05 / modifié le 28/05/2016 - 09:49


Comment maintenir la pression sur le gouvernement en minimisant les risques d'incidents ? Trois semaines après leur dernière manifestation à Angers, les deux principaux syndicats agricoles du Maine-et-Loire ont invité leurs adhérents à allumer des feux aux bords des routes mercredi, un peu partout dans le département. Une action symbolique et surtout moins impopulaire. Manuel Valls, le chef du gouvernement, a annoncé dans la soirée des baisses de charges.



Plusieurs feux ont été allumés aussi dans l'agglomération d'Angers, comme ici non loin du centre commercial Atoll à Beaucouzé.
Plusieurs feux ont été allumés aussi dans l'agglomération d'Angers, comme ici non loin du centre commercial Atoll à Beaucouzé.
la rédaction vous conseille
Chat échaudé craint l'eau froide. Faute d'avoir pu contenir quelques débordements lors de leur dernier rassemblement à Angers le 27 janvier (lire notre article "Agriculteurs, de colère plein les bottes" 28/01/2016), les responsables de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de Maine-et-Loire (JA49), les deux principales forces syndicales agricoles du département, n'ont pas pris de risque mercredi.

Alors que plusieurs centaines de leurs collègues bretons, normands et mayennais bloquaient la rocade de Rennes avec leurs engins agricoles, ils ont invité leurs adhérents à une action nettement moins contraignante pour les automobilistes, comme pour eux. Sur une centaine de sites en Maine-et-Loire, des feux ont ainsi été allumés sur les bords de route par des petits groupes d'agriculteurs, organisés par zone géographique.

"Il y a des symboles qui peuvent marquer tout autant qu'une grosse manifestation. Ca a fait du bien aux gars de se retrouver et ça ne les a pas empêché de travailler" commente Sylvain Piet, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs de Maine-et-Loire, d'autant plus satisfait que c'est sans doute dans son canton de Chemillé que le nombre d'actions a été le plus important.  Aucun incident n'a été à déplorer selon la gendarmerie de Maine-et-Loire. Seules quelques perturbations de circulation ont été enregistrées du côté de Cholet.

Le mot d'ordre de l'action du jour - "Y'a le feu dans les campagnes" - n'est pas qu'un slogan. Face à la chute des prix agricoles, nombre de producteurs, tout particulièrement en production animale, ne vivent plus de leur métier et croulent sous les dettes. Attendu au tournant, le Premier Ministre, Manuel Valls, a pris mercredi le relais de son ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, pris pour cible par l'opposition, en annonçant à l'Assemblée Nationale une baisse de sept points des charges sociales de tous les agriculteurs et, pour les plus faibles revenus d'entre eux (sur la base des revenus 2015), un report automatique d'un an de toutes les cotisations sociales. Ce qu'on appelle une "année blanche".
"Je suis intimement convaincu que la seule voie de sortie est structurelle."  Sylvain Piet, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs de Maine-et-Loire
"C'est une chose qui va nous aider un peu, c'est indéniable, mais le fond du problème reste la valorisation de nos produits. On voudrait ne plus être dépendant de ce type de décision mais vivre de prix réellement rémunérateurs" commente Sylvain Piet. Aussi, ce dernier attend-il plus encore des négociations menées actuellement à l'échelle régionale avec les acteurs de la grande distribution (GD), seuls à même selon lui de faire avancer la question des prix : "Je suis intimement convaincu que la seule voie de sortie est structurelle." Trois tables-rondes en ce sens ont eu ou vont avoir lieu cette semaine en Pays-de-la-Loire : à Laval sur le lait, ce mercredi; à Angers sur le porc, jeudi; à Nantes sur la viande bovine, vendredi. 

En amont, la FRSEA et Jeunes Agriculteurs ont prévenu les entreprises de transformation, les distributeurs et les pouvoirs publics : « Vous détenez la clé de la sortie de cette crise globale ; que ce soit sur l’amélioration des relations commerciales, sur l’étiquetage de l’origine des produits, la mise en place concrète d’une contractualisation équilibrée, l’organisation pour l’export, l’approvisionnement de proximité pour la restauration hors domicile, une Europe plus cohérente, …, vous devez venir mercredi, jeudi et vendredi avec des propositions concrètes ! ». Une autre manière de mettre la pression...




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : #Angers Le directeur de Keolis Angers a été licencié pour fautes graves https://t.co/n6HJqX081U
Lundi 5 Décembre - 15:10
Angers Mag : Keolis Angers : Christophe Reineri a été licencié pour fautes graves: Trois semaines... https://t.co/d3ujV5hSiJ https://t.co/cPMN0twREP
Lundi 5 Décembre - 15:01
Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20


cookieassistant.com