Les amants de Galerne arrivent au Théâtre d’Angers


Rédigé par - Angers, le Jeudi 19 Novembre 2015 à 12:15


Après le succès rencontré à Baugé, l’été dernier lors de sa création, l’opéra du compositeur angevin Jean-Jo Roux, « Les Amants de Galerne » s’installe pour deux soirées, les 28 et 29 novembre prochains, au Grand Théâtre d’Angers. Une occasion unique d’apprécier cette œuvre, réalisée en région des Pays de la Loire, par des chanteurs, musiciens et choristes ligériens.



Les amants de Galerne (Photo Aria Opéra)
Les amants de Galerne (Photo Aria Opéra)
la rédaction vous conseille
Les Amants de Galerne, c’est un peu l’histoire de Roméo et Juliette à Saint Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire), sur les bords de la Loire. Cette allusion au couple romantique le plus célèbre de l’art lyrique, enflamme Jean-Jo Roux, le compositeur et chef d’orchestre. « Évidemment c’est un amour impossible qui rappelle Roméo et Juliette, mais l’amour entre deux êtres que tout sépare et qui vont se retrouver dans la mort, c’est universel ».
 
Si l’histoire ne se déroule pas à Vérone, mais bien en Anjou sur fond de guerres de Vendée, au moment où des milliers de paysans vendéens et leurs familles traversent la Loire, à Saint Florent le Vieil justement, poursuivis par les colonnes infernales de l’armée républicaine, le fait historique n’est qu’un prétexte à l’œuvre imaginée de toute pièce par le compositeur angevin. 
 
« C’est un amour entre une petite Vendéenne de Saint Florent et un jeune conscrit républicain, que la guerre sépare », explique le compositeur. « La bataille de Cholet et la traversée de la Loire ne sont qu’un décor pour mettre en scène cette belle histoire d’amour. Dans Roméo et Juliette, c’étaient des rivalités entre familles, dans West Side Story des histoires de gangs, cette histoire pourrait se dérouler n’importe où, et se reproduire des milliers de fois, dans des contextes différents ».
 
Ce qui compte dans cet opéra, « c’est l’enthousiasme des 140 artistes bénévoles qui se sont embarqués dans cette folle aventure », poursuit Jean-Jo Roux, plutôt satisfait d’avoir pu la mener à son terme, ou presque, puisqu’il reste la présentation au public angevin. Le compositeur qui dirigea l’orchestre symphonique du Lycée David d’Angers et désormais l’orchestre Scènefonia n’en est pas à son premier coup d’essai. S’il a déjà composé plus de 250 œuvres liturgiques, chorales et symphoniques,  dont deux oratorios, ce fou de musique, ne s’attendait pas à un tel travail.
 
« Je salue l’expérience de Jean-Jo et son enthousiasme pour la musique » - Christophe Fel, soliste
 « Je pense que c’est de la folie. Si j’avais su, je ne sais pas si j’aurais osé me lancer dans cette aventure. Mais aujourd’hui je ne regrette pas », avoue le compositeur.  Mais pour que ce chef-d’œuvre musical prenne vie il a fallu tout d’abord mobiliser des musiciens, ceux de Scènefonia, l’ensemble philharmonique que dirige Jean-Jo Roux, la chorale Maîtr’onomes et le Chœur Lyrique Angevin, des solistes professionnels, et une association, Aria Opéra, créée pour gérer toute cette équipe engagée, non pas sur des centaines de barques traversant la Loire, mais bien sûr le même bateau.
 
Outre les artistes, il aura aussi fallu convaincre des donateurs, par un appel au financement participatif  (9 200 € récoltés), et obtenir le premier prix 2014 de la Fondation Mécène et Loire (20 000 €). Le budget total de cet opéra s’élève à 80 000 €, soit « 10% du budget normal d’un opéra », souligne le compositeur.
 
C'est surtout la rencontre entre Jean-Jo Roux et le Nantais René Queffelec, auteur des textes, à Saint Florent-le-Vieil, entre Nantes et Angers, sur la tombe du chef de guerre vendéen Charles de Bonchamps qui aura permis de de démarrer le projet. Bonchamps grièvement blessé, a gracié des soldats républicains faits prisonniers, dont le père du sculpteur David d’Angers.  Séduits par ce fait historique et par celui de l’exode de milliers de Vendéens qui se feront massacrer ensuite aux portes de Nantes, ils décident avec le metteur en scène Éric Krüger, de se lancer dans l’aventure de ce premier opéra entièrement interprété par des artistes locaux et bénévoles. « C’est ce qui fait la force de ce projet un peu fou », poursuit Jean-Jo Roux. « Les créations d’opéras sont rares, encore plus quand elles sont conçues par des amateurs. A mon avis il n’y a pas d’équivalent dans l’art lyrique ». 
 
Des bénévoles, certes, mais plusieurs d’entre-eux sont  professionnels dans d’autres formations. C’est le cas de Christophe Fel, soliste baryton-basse, ancien des chœurs de la Comédie Française, du Théâtre Musical d’Angers et de l’Opéra de Nice lequel joue dans Les Amants de Galerne son 103e rôle : « En participant à cette œuvre, je rends ce que la vie angevine m’a donné depuis 25 ans. Je salue l’expérience de Jean-Jo et son enthousiasme pour la musique ».
 


 

4 questions à Jean-Jo Roux, le compositeur et chef d'orchestre des amants de Galerne

"Les Amants de Galerne", samedi 28 novembre 2015 – 20h et dimanche 29 novembre 2015 – 15h30
Grand Théâtre d’Angers - Tarifs : 10 à 30 € - Réservations : Grand Théâtre au 02 41 24 16 40




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com