Les artistes ont fait salon au Quai


Rédigé par Florence Macquarez - Angers, le 11/04/2011 - 15:00 / modifié le 12/04/2011 - 10:39


Vendredi dernier se tenait la 3e édition des Arts du Spectacle à Angers. Un salon initié il y a six ans par le Pôle emploi spectacle pour mettre en relation les compagnies du département et les programmateurs occasionnels comme les mairies, associations ou festivals. Ambiance mi-figue, mi-raisin...



Mlle Orchestra, fanfare de filles
Mlle Orchestra, fanfare de filles
Lieu approprié s’il en est, le Forum du Quai a abrité tout ce petit monde dans une atmosphère printanière. Aussi lumineux et chaleureux en cette saison que glacial en hiver, ce vaste cube s’est transformé le temps d’une journée en un espace de rencontres entre programmateurs de spectacles et artistes.

Des artistes sagement assis derrière leurs stands respectifs, décorés pour l’occasion de moult accessoires. Exit le saucisson d’Auvergne ou l’affiche des Bermudes, ici, ce sont des autruches en plumes, ballons et guitares qu’on expose pour attirer le chaland. Ce que y vend ? Des histoires, de la musique, de la danse, du rire, du théâtre ou tout simplement du rêve. Depuis les Clowns Recto-verso au Thé à la Rue en passant par Mlle Orchestra, les soixante-dix compagnies présentes expliquent, Mac à l’appui, le contenu de leur spectacle. Certains livreront même en soirée des extraits de leur création. Fébriles ou fièrement circonspects, les acheteurs potentiels* découvrent la nature des spectacles et leurs prix. En une seule visite, ils peuvent ainsi faire leur marché en discutant avec les intéressés.

Il faut être connu pour se faire connaître !

Un univers merveilleux donc ? Pas si sûr… Lors d’une conférence organisée pendant ce salon, « acteurs et enjeux de l’organisation de spectacle vivant dans les petites collectivités », Amédé Renou, fondateur de la Rue du Milieu, explique que le rapport entre artistes et acheteurs est souvent biaisé : Plus tu joues, plus on te voit, et plus on achète ton spectacle. Pour les jeunes, c’est vraiment galère. Il faudrait jouer partout gratuitement pour se faire connaître ! Il faut se démener, faire partie de réseaux. Il n’y a pas une solution, chacun a sa propre histoire. Un salon comme celui-ci est une opportunité parmi d’autres.

Ingrid Monnier, chargée de diffusion pour sept compagnies, loue le travail du Pays d’Angers dont une des missions est de faire connaître le travail des artistes auprès des programmateurs occasionnels : ils ont réuni plusieurs compagnies un après-midi à la Paperie de St Barthélémy d’Anjou, et présenté des extraits de leur spectacle aux élus locaux. Leur prix, leurs conditions de travail, tout était exposé. Au bout du compte, les acheteurs ont une vue d’ensemble qui leur a permis de nouer des contacts avec ceux qui correspondaient le mieux à leur budget et leur projet.

Pour les chargés de missions culturelles, la programmation est un exercice ardu, car il faut s'adapter à un budget minimal, faire preuve de nouveauté, d’originalité, tout en séduisant un large public. Un casse-tête qui ne semble pas toucher la responsable de la Loge à côté de Beaupreau : s’il y a une réelle volonté politique, on peut avoir une offre culturelle riche et variée. Mais c’est sûr, il y a des risques à prendre de la part des élus .

Il suffit d'un élu pour faire pencher la balance

Francis Jauvain et Tony Baker
Francis Jauvain et Tony Baker
La plupart des artistes rencontrés sur les stands approuvent ce constat, avec plus ou moins d’amertume. Francis Jauvain, du duo Jauvain Baker, ne mâche pas ses mots : de toute façon, on nous serine la même chose depuis quinze ans, qu’on va faire des choses pour mieux nous promouvoir, mais on ne peut même pas jouer librement ! Si je sors mon accordéon à côté du Quai ce soir, je suis sûr de me faire embarquer. Il faut des autorisations partout, tout le temps. Comment voulez vous qu’on se fasse connaître ? Et puis franchement, la culture du spectacle, ce n’est pas ce qui branche le plus les élus, non ? .

Moins revendicatives, deux jeunes femmes de Mlle Orchestra avouent bien vendre leur fanfare de filles, en France comme à l’Etranger. Pour autant, elles reconnaissent aussi que souvent, c’est dur, cela se passe au coup de cœur, qu’il suffit d’un élu pour faire pencher la balance ». Pour elles, pas de mystère, ce sont les festivals comme Aurillac, les fichiers (qu’on s’échange entre compagnies), et surtout le bouche à oreille qui marchent le mieux.

Georges attend dans sa caravane

Côté novices, comme pour Antoine et Erwan de la compagnie A Brule pour Point , à St Léger des Bois, ça rame côté commandes… Malgré l’embauche d’une chargée de diffusion et un public qui les encourage depuis belle lurette, on leur répond souvent que « tout est bouclé pour la prochaine saison ». Formule consacrée, bien connue des artistes.

A quinze euros le stand loué par le pôle emploi pour ce salon, les deux amis espèrent se faire connaitre sans trop dépenser ; leur spectacle de rue, « Georges, ou l’idylle pittoresque d’un homme et de sa caravane » n’a pas encore été «  acheté  » par leur commune. Ironie du sort, l’adjoint à la culture de leur village longe les allées à la recherche d’un spectacle qui peut se jouer... à l’extérieur ! Pas de quoi rendre les deux amis amers : on voudrait juste un bureau pour être de vrais pros, lance Antoine, sourire aux lèvres.

Avec 600 visiteurs comptabilisés en fin de journée par Pôle Emploi Spectacles, leur rêve prendra peut-être forme dans quelques jours ou quelques mois…

Pour beaucoup, ce salon est tout de même un vrai plus. Céline Gorria et Régis Mareau, de Pôle emploi spectacle, regrettent juste que les collectivités ne se soient pas plus déplacées en masse. Peut-être dans deux ans ?

Pôle emploi spectacle à Angers : 02 41 21 37 01. Culture-spectacle.49@pole-emploi.fr

* La liste des acheteurs occasionnels de spectacles (hors programmateurs professionnels) est longue : mairie, associations, festivals, mais aussi crèches, entreprises, centre de loisirs, maisons de retraite, maisons familiales, etc.
Antoine Meunier présente
Antoine Meunier présente


















Angers Mag