Les bunkers de Pignerolles, un exemple de patrimoine caché


Rédigé par - Le Dimanche 16 Septembre 2012 à 09:31


Les visiteurs du musée de la Communication, les joggers qui le traverse ou les familles qui viennent pique-niquer, n’ont peut-être pas remarqué que les arbres du parc de Pignerolles, à Saint Barthélémy d’Anjou, dissimulent des éléments qui appartiennent désormais au patrimoine français : des bunkers et un souterrain datant de la Seconde Guerre mondiale. Ces derniers sont ouverts à la visite pendant les journées du patrimoine, dont le thème de l’édition 2012 est le « patrimoine caché ».



Sous un soleil estival, il y avait foule hier pour visiter, par petits groupes de 20 personnes et casque sur la tête, ces vestiges de la Seconde Guerre mondiale
Sous un soleil estival, il y avait foule hier pour visiter, par petits groupes de 20 personnes et casque sur la tête, ces vestiges de la Seconde Guerre mondiale
Bien cachés sous les frondaisons et pour cause, d’imposants bunkers, construits pour le compte de l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, sont ouverts à la visite pendant les deux journées du patrimoine des 15 et 16 septembre 2012. Ces vestiges en béton armé, capable de résister aux bombardements aériens abritaient, selon Jean-François JEGOU, responsable technique et scénographe du musée de la communication de Pignerolles, « un centre de télécommunication allemand permettant de suivre les sous-marins allemands, les « U-Boat », sur l’ensemble du globe ».

« La plus grosse base de sous-marin était située à Saint-Nazaire, mais elle pouvait être facilement attaquée, d’où l’idée d’installer ce centre de communication en pleine campagne, non loin de la mer », précise Monsieur JEGOU en accueillant les visiteurs. « Il venait en doublon avec un autre centre situé en région parisienne ». Les Allemands ne connaissaient pas Internet, mais déjà ils avaient pris conscience qu’il fallait doubler les réseaux pour continuer à communiquer en cas d’attaque ennemie.

Ces bunkers, bien cachés, ont particulièrement intéressé les visiteurs et ils étaient nombreux hier après-midi, le compteur de visite enregistrant plus de 300 personnes à 16h. Un succès pour cette visite proposée pour la troisième année, constataient les organisateurs.

Mais ce qui intéressait aussi les visiteurs, c’est le souterrain qui reliait le château au bunker de l’Amiral situé derrière l’Orangerie du château. D’une longueur de 133 m ce boyau n’a pas été réalisé en ligne droite dans le but de couper l’effet de souffle en cas d’explosion et gêner les tirs d’éventuels assaillants.

« Nous sommes venus visiter le musée de la Communication (NDLR : gratuit pendant les journées du patrimoine) et nous en profitons pour visiter les blockhaus et le souterrain », précise un couple avec deux enfants. « Les enfants sont très intéressés par le souterrain et l’ainé qui s’intéresse à la dernière guerre, par le blockhaus ».

À la sortie les commentaires fusent : « tu as vu l’épaisseur des murs, ils sont indestructibles ». Ou encore : « les Allemands avaient tout prévu, ils étaient très forts et pourtant ils se sont fait battre ». Un petit rappel d’histoire pas négligeable pour des collégiens qui étudient la Seconde Guerre mondiale. Après l’étude du Mur de l’Atlantique, en bordure de mer, ils auront ainsi appris que des bunkers étaient aussi dissimulés dans la campagne, à Angers, à plus de 150 km de la côte.




Yannick Sourisseau
Directeur publication Angers Mag et Angers Mag Info Journaliste web suivant plus particulièrement... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Gaston Sirec le 16/09/2012 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enorme succés pour les visites du tunnel+bunker, sans oublier l'unique musée en France de la communication .Ce musée qui fête sa 20ème année (1992-2012) est un formidable lien avec le centre de commandement des meutes de sous-marins des forces de l'axe! La bataille de l'Atlantique était d'abord une guerre de communication!!!
Je serai présent à nouveau à Pignerolle cet après-midi pour vous raconter l'histoire tragique, agitée et passionnante du Parc de Pignerolle.De la déclaration de la guerre ...

On en cause ... | Actualité | Société | Politique | Culture | Economie | Sports - Loisirs | Numérique | Services | Zoom sur ... | Billet d'humeur | video | vacances | Météo Angers | Administration - Gestion | Jeux | le mensuel Angers Mag





Document sans nom