Les choix de la rédaction pour "lire local" ce mois-ci !


Rédigé par La Rédaction - Angers, le Samedi 21 Mars 2015 à 07:05


Premiers rayons printaniers ou dernières ardeurs de l'hiver ? On ne sait pas exactement ce que les prochains jours réservent au territoire angevin. Mais dans un cas comme dans l'autre, il sera toujours possible d'ouvrir un livre -bien au chaud chez soi ou à la terrasse d'un café-. Angers Mag vous soumet pour cela deux idées de découvertes, liées à l'actualité littéraire locale...



Bande dessinée et roman historique : le choix est large pour les lectures "maison"...
Bande dessinée et roman historique : le choix est large pour les lectures "maison"...
la rédaction vous conseille
Bande dessinée : Le Spirou de Téhem
 
Après Yoann –ancien de la Boîte qui fait beuh !- qui avait signé (avec Vehlmann) le premier tome de la série « Le Spirou de… » en 2006, c’est un deuxième « Angevin » qui s’y colle. Installé à l’Atelier Kawa de Mazé, à portée de traits de La Bulle, Téhem est au dessin de « La Grosse Tête », le 8e tome de la série. Sur un scénario de Makyo et Toldac, le papa de Malika Secouss imprime son style aux personnages mythiques de Spirou et Fantasio, embarqués dans une guerre d’egos (qui des deux est le véritable héros ?) et un tournage rocambolesque dans un Bretzelburg en plein coup d’état. L’un des quelques clins d’œil –avec la présence, notamment, de Seccotine- à la série mère, pour un one shot enlevé, personnel et décalé.
 
« La Grosse Tête », de Téhem, Makyo et Toldac, éd. Dupuis, 14,50 €.

Roman : Le geste de Bonchamps

17 octobre 1793. En déroute après leur défaite à Cholet qui a laissé sur le carreau Bonchamps et D’Elbée, deux de leurs chefs, les révoltés vendéens s’apprêtent à franchir la Loire à St-Florent-le-Vieil, d’où est partie leur insurrection et où règne un désordre prémonitoire. Mais avant cela, pleins de haine, des canons à mitraille attendent l’ordre de mise à feu devant l’église où ont été enfermés 5000 prisonniers républicains. Dans un dernier élan de vie, Bonchamps, à l’agonie, va ordonner leur grâce et entrer dans la légende sous les yeux d’un enfant de 5 ans, fils d’un des soldats épargnés. C’est Pierre-Jean David, le futur David d’Angers, lequel immortalisera trente ans plus cet « instant de grâce » en sculptant avec ses tripes le geste du sauveur. Dans un récit croisé magnifique, l’écrivain vendéen Yves Viollier raconte la création de cette œuvre les itinéraires de ses deux protagonistes et livre un hymne au pardon bouleversant.

« L’instant de grâce », Yves Viollier, Robert Laffont, 19€.












Angers Mag












Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de décembre signé Fañch Juteau #prevention #VIH https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/oAZR7nNURX
Vendredi 9 Décembre - 12:01
Angers Mag : #Angers Le dessin du mois de septembre signé Fañch Juteau #accrochecoeurs https://t.co/J3CxFCf8FC https://t.co/Jkrkty2UMe
Vendredi 9 Décembre - 10:51







cookieassistant.com