Les cinéastes de demain passent aussi par Renoir

Festival Premiers Plans 2014


Rédigé par - Angers, le Mercredi 15 Janvier 2014 à 08:37


Ce n’est pas un hasard si ce lycée cinquantenaire, installé dans le quartier de la Doutre à Angers, a pris le nom d’Auguste et Jean Renoir, deux artistes de renom, l’un peintre et l’autre cinéaste. Depuis plus de 20 ans on y enseigne les arts plastiques et le cinéma audiovisuel, deux spécialités pour des bacheliers qui envisagent de poursuivre une carrière artistique. Ils inscrivent chaque année le Festival Premiers Plans dans leur parcours scolaire.



Les lycéens lors d'une lecture de scénarios (Photo Lycée Auguste et Jean Renoir)
Les lycéens lors d'une lecture de scénarios (Photo Lycée Auguste et Jean Renoir)
la rédaction vous conseille
Tous les ans, au moment du Festival Premiers Plans, les lycéens de « l'option cinéma audiovisuel » du lycée Auguste et Jean Renoir, à Angers, ont des fourmis dans les jambes et des idées de films pleins la tête. Préparant, de la seconde à la terminale, une spécialité cinéma pour le bac littéraire, le festival leur procure une véritable opportunité : celle de pouvoir assister aux films en compétition et rencontrer de jeunes réalisateurs européens dont certains sont certainement passés par des établissements similaires.

Pendant une semaine, les lycéens s’installent au cœur du festival et réalisent, encadrés par Anne Loiseau et Matthieu Haag, les deux enseignants de l’option cinéma-audiovisuel et Laurence Girard, assistante technique du lycée, des reportages et des analyses de films projetés pendant la semaine, ceux du concours, mais aussi des rétrospectives des grands cinéastes proposés par Premiers Plans.

Ce sont surtout les élèves de « secondes », inscrits en « exploration ciné », qui passent le plus de temps sur place. « En partenariat avec la DRAC, le Rectorat et l'association Cinéma Parlant, nous préparons le festival depuis trois mois », explique Matthieu Haag. « Nous leur apprenons à construire un parcours de festival et nous analysons ensemble les films des rétrospectives ».

Mais l’aventure n’est pas aisée pour des jeunes de 15 ans à peine sortis du collège et qui doivent, en plus d’analyser les films, interviewer des réalisateurs, pour certains étrangers. « Ils travaillent en binôme et avec une certaine autonomie. Mais nous sommes à leurs côtés pour les aider », explique Anne Loiseau. « Nous les incitons à aller au-devant des réalisateurs et des acteurs du festival, comme le font les journalistes. »


« Le Festival leur permet de gagner en maturité ».

Si l’exercice pas facile, les jeunes lycéens un peu intimidés au début, prennent vite de l’assurance. « Ce sont un peu des bébés quand ils commencent », souligne Anne Loiseau. « à la fin du festival, ils ont radicalement changé. C’est un vrai parcours initiatique qui leur permet de gagner en maturité ».

Leur travail leur permettra de réaliser des documents de synthèse dont certains sont parfois remis aux réalisateurs rencontrés pendant le festival. Pour tisser des liens qui peuvent se révéler utiles par la suite.

Plus à l’aise et plus impliqués tout au long de l’année, les « premières » et les « terminales » travailleront pendant la semaine sur la réalisation d’un journal du festival, « Plan d’ensemble », dans lequel ils publieront les reportages réalisés au cours de la semaine. Ce sont les terminales qui y passeront le moins de temps, tout au moins pour ce qui concerne leur travail scolaire.

« La plupart prennent un pass pour pouvoir y rester plus longtemps », souligne Matthieu Haag. Normal ces étudiants seront dans le vif du sujet en juin prochain, avec un travail d’analyse plus ou moins important à présenter au bac selon qu’ils ont choisi au préalable le cinéma en spécialité (coefficient 6 au bac), en option obligatoire ou facultative (coefficient 2 ou 1 au bac).

« Ils préparent surtout un bac littéraire, les terminales travaillent donc leur philo, en collaboration avec la section arts plastiques. Ils vont effectuer un parcours de réflexion sur l’art cinématographique, et participer aux conférences ».

Plus d’une centaine d’élèves (35 secondes, 40 premières et 40 terminales) passeront par le Festival Premiers Plans cette année.

Ces lycéens travailleront également avec notre magazine, produisant chaque jour des critiques de films et des reportages que nous diffuserons dans nos colonnes, comme nous le faisons tout au long de l’année. Une manière d’encourager ces jeunes en donnant une touche professionnelle à leur travail.

Pour en savoir plus sur le lycée Auguste et Jean Renoir




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30







cookieassistant.com