Les compagnies locales font leur festival de théâtre


Rédigé par Michel Barini - Angers, le Mardi 3 Février 2009 à 16:29


Ça ressemble à un feuilleton en douze épisodes avec une histoire et des acteurs différents à chaque fois. C’est une série qui s’intitule « Ça chauffe en février » et qui se joue toujours dans le même cadre. Le premier « Théâtral festival » de Mûrs-Érigné va se dérouler au centre culturel Jean-Carmet, du mercredi 18 au dimanche 22 février, en matinée, l’après-midi et en soirée.



Il était une fois « Bellissima et Rondouroux » par la compagnie angevine Ergatica.
Il était une fois « Bellissima et Rondouroux » par la compagnie angevine Ergatica.
la rédaction vous conseille
À un rythme de deux, trois, voire quatre spectacles par jour, neuf compagnies théâtrales vont brûler les planches érimûroises, le temps de douze représentations et de quatre reprises. Venues des quatre coins du département (Saumur, Vihiers, Saint-Germain-des-Prés, Pouancé, Angers), elles vont présenter cinq spectacles pour enfants et sept spectacles pour le grand public. Ce festival de théâtre, premier du genre sur les rives de l’Aubance, regroupe des troupes indépendantes soucieuses de bénéficier d’un même lieu scénique, sur un temps défini, au cours d’un même événement.

Ces troupes vont se succéder au cours d’un véritable marathon qui accueillera les comédiens des compagnies Spectabilis dans « Madlenka » et « Aïe ! Love You », Mendigot dans « Les petits contes Mendigot », Piment, Langue d’Oiseau dans « « Nous les filles » et « Omelette », Ergatica dans « Bellisima et Rondouroux » et « Wroumpf ! L’écho des cavernes », Les 3 T dans « Foulque Nerra », Patrick Cosnet dans « A part ça, ça va ! », Artbigüe dans « 4, 5, 6… », Juste Milieu Production dans « Linceul de lièvre » et CRUE dans « Sacartone à la maternité ».

Regroupées au sein du S.A.A.S. (Structures artistes associés solidaires), ces compagnies se sont rassemblées afin de promouvoir des principes d’économie solidaire et de mutualisation des moyens. Tout en poursuivant leur propre travail de création et d’indépendance artistique, elles ont suivi plusieurs pistes de réflexion dont l’une a mené à l’élaboration de ce festival. En prônant ainsi la rencontre avec le public sous cette forme groupée, ces artistes affirment leur volonté de ne plus jouer systématiquement la concurrence entre les spectacles mais de se montrer ensemble.

De son côté, c’est la première fois que la ville de Mûrs-Erigné accueille un tel rendez-vous et ouvre ainsi la salle Jean-Carmet à un art jusqu’alors absent de la programmation. Dans le souci d’installer une nouvelle dynamique culturelle, elle a décidé de soutenir la création des compagnies régionales en diffusant leurs œuvres. Après les R’Culéens, au mois de janvier, dans le « Père Noël est une ordure » et avant Le Théâtre du Jeudi dans « Landru et Fantaisies » en mars, puis enfin les improvisations de la Lima en avril, le festival « Ça chauffe en février » fait entrer le spectacle vivant dans l’offre artistique érimûroise.

Le samedi, à partir de 10 h 30, une table ronde sur l’économie solidaire et mutualisée dans le spectacle vivant aura lieu avec la participation du SAAS (Structures artistes associés solidaires) tandis que la présentation du festival sera expliquée le même jour, à 20 h 30, à l’occasion d’un apéro-tartines.

Théâtral festival « Ça chauffe en février ». Du mercredi 18 au dimanche 22 février 2009. Centre culturel Jean-Carmet, route de Nantes, 49610 Mûrs-Érigné. La séance, tarif plein : 10 € ; réduit : 8 € ; moins de 12 ans : 4 €. Pass 3 séances, tarif plein : 18 € ; réduit 14 €. Tél. : 02.41.57.81.85. Programme sur le site de la commune.



Michel Barini
Michel Barini
Contributeur Angers Mag - pour le secteur des Ponts de Cé et Murs Erigné. Collabore à la rédaction... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag