Les démêlées de trois filles amoureuses du beau texte


Rédigé par Yannick Sourisseau - Angers, le Samedi 19 Mars 2011 à 08:59


Très réjouissant le spectacle organisé cette semaine, aux Greniers Saint Jean par l’Espace Femmes d’Angers en collaboration avec l’association « le P’tit Chariot ». De filles en aiguilles ou l’histoire cousue main de trois personnalités qui n’engendrent pas la mélancolie, a su séduire le public angevin. Ce spectacle était donné à l’occasion des 10 ans de l’Espace Femmes.



De filles en aiguilles, un trio à l'enthousiasme communicatif
De filles en aiguilles, un trio à l'enthousiasme communicatif
la rédaction vous conseille
De filles en aiguilles » c’est l’histoire de trois femmes, des vrais, qui ne s’en laissent pas compter, même pas par les hommes, absents, mais suggérés. Voilà de quoi éveiller les consciences et rappeler à ceux qui s’étaient aventurés dans les rangs que les femmes ne sont pas que des « boniches », sans personnalité. Bien au contraire elles donneraient du fil à retordre aux plus « machos » d’entre-nous. On aime et on en rit surtout, d’autant que pour les textes, elles nous proposent un véritable travail d’orfèvre : du cousu main, pour un spectacle haut en couleur.

Mais les trois femmes de l’histoire, Hélène Maurice, d’origine canadienne, la chanteuse du trio, Nathalie Fortin, au piano et Marie Mazille au violon et à la clarinette, ne sont pas des premières venues. On les aurait croisées dans des manifestations pour défendre la cause féministe qu’il n’y aurait rien d’étonnant. Mais pour l’heure, à défaut des brandir des banderoles, elles tissent sur scène les fils d’une histoire et des chansons où le beau texte est à l’honneur. Et la sauce prend au fil du spectacle, les 500 spectateurs installés dans la salle n’en ratant aucune cuillerée.

Car au travers de ces textes tirés de ceux de Félix Leclerc, le compatriote d’Hélène Maurice, de Clémence Desrochers, Jean Moizard, Jean Debouverie, Pablo Neruda, Julos Beaucarne et bien d’autres, la soirée se tisse avec humour et enthousiasme. Et là que l’on soit homme ou femme on trouve que ça réchauffe le cœur, ça fait du bien à l’âme. Et tant pis si certains se font égratigner, l’amour que d’aucuns pensaient qu’il avait « foutu le camp », est toujours présent.

Et toute cette petite mise en scène et en chanson fonctionne à merveille, les mimiques et l’inimitable accent chaleureux d’Hélène Maurice, l’effleurement subtil du piano de Nathalie Fortin ou les sonorités exacerbées du violon ou des instruments à vent de Marie Mazille, sont autant de bouffées d’oxygène dans un monde qui en manque un peu ces derniers temps.

Tout en tricotant, détricotant, tant dans le geste que dans la voix, les trois dames, dessinent au fil de la soirée, un univers de rêve dans lequel chacun se glisse avec merveille. D’autant que l’espace tout de pierre et de bois des Greniers Saint Jean, s’y prête à merveille. On est vraiment sous le charme de la poésie, toute en finesse, qui stimule et chasse les bleus à l’âme. On aurait aimé que ça dure toute la nuit, tellement on se sentait bien à les regarder et les écouter.

Bravos mesdames d’avoir eu cette idée géniale de nous faire partager ce grand moment de bonheur. Je vous avais promis un gâteau, fait par des hommes, je ne l’ai pas amené car il y avait trop de monde et chacun n’aurait eu que des miettes. Mais ce n’est que partie remise, car maintenant je le sais, l’Espace Femmes est aussi ouvert aux hommes qui peuvent, eux aussi, venir échanger.



Yannick Sourisseau
Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Anouk le 20/03/2011 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais quand les hommes joueront, certaine que les femmes apporteront leurs gâteaux !

2.Posté par le babel le 20/03/2011 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler








Angers Mag