Les fiancées en folie : ou la folie des fiancées


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Mercredi 26 Janvier 2011 à 22:17


Jimmie Shannon, fou amoureux de Mary, n’ose malheureusement pas lui avouer son amour. Un jour, il apprend que son oncle lui a légué sept millions de dollars et qu’il va hériter de la somme seulement s’il se marie le jour même, avant 7 heures du soir. Il n’a plus que quelques heures pour trouver une femme et l’épouser…



Jimmie Shannon (Buster Keaton), à la recherche de l’amour.
Jimmie Shannon (Buster Keaton), à la recherche de l’amour.
la rédaction vous conseille
S’inscrivant à merveille dans l’âge d’or du burlesque, ce long-métrage de Buster Keaton traite avec humour et décalage des sujets qui sont toujours d’actualité : argent, mariage, réussite sociale… Chacun peut se reconnaitre en ce personnage de Jimmie, à la recherche du bonheur. Mais pour le trouver, ce dernier doit allier argent et mariage : s’il n’épouse pas une femme le jour même, lui et son associé feront faillite. Cet argent lui est donc nécessaire, au risque de perdre son véritable amour, Mary. Son associé ainsi que son avocat vont alors se lancer dans une course contre la montre à la recherche d’une hypothétique fiancée.

S’ensuit alors une scène impressionnante, et sans doute la plus culte du film, où une vague de milliers de mariées déferle sur l’écran, laissant un spectateur abasourdi. Cette scène tournée en plongée renforce l’effet de masse, et les mariées sont alors comparables à des fourmis s’agglutinant autour du personnage. Celui-ci va d’ailleurs être poursuivi dans une course effrénée à travers la ville. On assiste également à de longs travellings révélant les prouesses acrobatiques de Buster Keaton, où son corps, tel un pantin désarticulé, roule, saute, et tombe, tout en évitant une avalanche de rochers et une ruée de femmes.

A la différence de Chaplin, Keaton n’affiche aucune expression sur son visage : il ne pleure pas, ne rit pas, cependant, les gags travaillés et réfléchis avec précision n’en sont pas moins drôles. Toute la beauté du film réside dans le plaisir que ces gags procurent aux spectateurs.

De plus, on peut penser que le réalisateur accorde beaucoup d’importance au chiffre 7 : le titre original, « Seven Chances », annonce cette symbolique. Dans ce film, Jimmie Shannon fête ses 27 ans, mais pour hériter de 7 millions de dollars, il doit se marier avant 7 heures du soir ; et parmi ses connaissances, sept femmes sont de possibles prétendantes. Le chiffre 7 peut être ainsi assimilé à la chance, pourtant, celle-ci ne semble pas être avec le personnage, jusqu’aux dernières minutes du film, où il trouvera enfin l’Amour.

Son épopée se termine sur une question que tout le monde se pose : l’argent fait-il vraiment le bonheur ?

Marie et Typhaine


LES TAGS : keaton










Angers Mag