Les herbes folles : un vent de folie dans leur vie...


Rédigé par Option Cinéma Lycée Renoir - Angers, le Mardi 24 Novembre 2009 à 18:10


Une journée commençait normalement pour Marguerite et pour Georges, deux inconnus, qui ne pensaient pas qu'un portefeuille pourrait changer leur vie et déclencher une passion absurde...



Georges et Marguerite lors de leur première rencontre.
Georges et Marguerite lors de leur première rencontre.
la rédaction vous conseille
Tout commence quand Marguerite Muir (Sabine Azéma) se fait voler son sac à main. Georges Palet (André Dussollier), un homme maniaque au passé confus, retrouve alors le portefeuille de Marguerite dans le parking d'un centre commercial. Il hésite, le prend, l'ouvre, fouille un peu et finalement tombe amoureux de la propriétaire en voyant sa photo. C'est alors que débute une histoire d'amour déroutante, avec des personnages exubérants, presque fous...

Dans ce film, Alain Resnais, grand réalisateur, qui a tout de même 87 ans, nous plonge au cœur de la paranoïa engendrée par l'obsession. Une voix off (Édouard Baer) nous accompagne tout au long du film, extérieure à toute cette intrigue. Resnais signe un film qu'on peut qualifier de « loufoque » et qui justifie parfaitement le titre. Bien que l'idée soit tirée du livre L'incident de Christian GAILLY, Resnais impose sa marque avec ses nombreux travellings, son style coloré et surprenant.

Ce film est particulier, et les avis sont contrastés. Il faut rentrer dans cet univers décalé et dans cette ambiance étrange. Les personnages sont très intéressants : Marguerite, vieille fille, dentiste, attachante par son côté adolescente attardée pleine de rêves d'aviation, et Georges, un homme ambigu, névrosé et changeant, qui s'agrippe à cette femme inconnue. Ils mettent en place un «chassé-croisé » un peu malgré eux. Ce scénario improbable et ce portefeuille à l'origine de cette histoire d'amour délirante les conduira, chacun à leur tour, à l'obsession l'un de l'autre, puis finalement à leur perte.

Magnifique interprétation de la folie qui peut pénétrer en nous, n'importe quand, n'importe comment...

Léa.











Angers Mag