"Les musulmans d'Angers sont atterrés et humiliés"


Rédigé par - Angers, le 09/01/2015 - 09:04 / modifié le 31/01/2015 - 11:07


Conseiller municipal d'Angers et chef du service d'urologie du CHU, Abdel-Rahmène Azzouzi relaye à son tour sa stupeur d'élu et de musulman après l'attentat perpétré contre Charlie Hebdo. Mais il veut voir devant et estime que les événements appellent les communautés musulmanes à s'interroger sérieusement, y compris à Angers, sur leur organisation et leurs divisions pour prévenir les dérives fondamentalistes et radicales.



"Les musulmans d'Angers sont atterrés et humiliés"
la rédaction vous conseille
Comment les musulmans d'Angers vivent-ils les événements survenus mercredi ?

"Ils sont atterrés et ils sont humiliés par ce qui s'est passé. Là où vous, en tant que Français non musulmans, vous avez été atteint une fois, nous avons vécu cette stupeur trois fois. D'abord parce que les valeurs démocratiques et de liberté d'expression auxquelles on adhère parce qu'on les aime -sinon, on aurait quitté le pays- ont été violentées. La deuxième chose, c'est que nos valeurs islamiques ont été bafouées par des gens qui prétendent le faire en notre nom. Et troisièmement, on va avoir droit à une vague d'islamophobie dont il sera difficile de se sortir parce que les arguments de ses acteurs seront plus solides qu'avant. Ca va être difficile de demander aux gens émotifs qui sont non musulmans en France et qui ont été très perturbés de faire preuve de discernement."
 
"Les auteurs sont bien des gens issus de chez nous. Dès lors, nous devons nous interroger et nous poser les bonnes questions."

Quelles leçons tirez-vous de ces événements ?

"L'attaque qui a eu lieu mercredi ne vient ni de la communauté arménienne, ni de la communauté juive ou de je ne sais quelle autre groupe, ils viennent de chez nous. Même si ce sont des gens qui sont sortis du cadre de l'islam par leur action, nous ne pouvons pas nier nous les musulmans, qu'ils en viennent d'une manière ou d'une autre. Et ce n'est pas moi qui fera d'amalgame. Qu'ils se soient radicalisés, qu'ils ne soient pas représentatifs de l'islam de France patati, et patata..., on va entendre ça pendant des semaines. Nonobstant, ce sont bien des gens issus de chez nous. Dès lors, nous devons nous interroger et nous poser les bonnes questions.

Lesquelles ?

"Comment sommes-nous organisés ? Comment se fait-il que des choses comme cela puissent sortir de nos viscères, de nos entrailles ? Aurait-on pu éviter la dérive de ces deux jeunes-là ? Quand je discute avec des intellectuels musulmans, ils me disent : "c'est un problème national". Bien sûr que c'est un problème national et que c'est un problème français, mais ça concerne de surcroît les musulmans.  La question de notre organisation est fondamentale : à Angers, c'est tout à fait illustratif de la manière dont on est embourbé dans des problématiques et des querelles stupides. Il n'y a pas de direction représentative de ce que peuvent êtres les milliers de musulmans de la ville. Forcément, quand il n'y a pas de direction, on est moins à même de contrôler les éléments les plus fragiles et ceux qui sont susceptibles de se radicaliser."
 
"Il y a un moment où il faut un minimum d'organisation et d'ordre"

Est-ce pour cela que la parole de la communauté musulmane angevine se fait rare, y compris au lendemain de cet événement ?

"Cette parole, on l'entendra quand d'autres auront votre démarche. Quand les radios, les plateaux de télévision et les grands journaux nous ouvriront leurs portes, nous pourrons commencer à faire des analyses de responsabilité partagée. Attention, je ne parle pas de l'attentat de Charlie Hebdo bien évidemment mais du climat malsain et suspicieux qui entoure l'islam en France. J'ai été interviewé par la BBC aujourd'hui, je m'étonne : pourquoi un média étranger ? Et pourquoi moi ? Les musulmans doivent pouvoir pratiquer leur religion, comme le permet la laïcité, librement, sereinement, sans chercher le conflit, sans chercher à provoquer. Mais il y a un moment où il faut un minimum d'organisation et d'ordre."

A Angers aussi donc ?

"La situation y est caricaturale de ce que peut-être l'islam en France. Je suis désolé, ça ne ressemble à rien de se demander s'il faut mettre le drapeau algérien ou le drapeau marocain, le portrait de machin dans la mosquée... En face, avec les Zemmour et compagnie, on a une machine de guerre et nous ne sommes pas en ordre de marche pour que le train islam arrive sereinement en gare France car la place de l'islam reste à trouver. Les musulmans doivent faire attention et montrer qu'ils sont une plus-value pour la société française. "




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

10.Posté par angersmaville le 09/03/2015 16:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il enseigne une nouvelle technique du traitement du cancer de la prostate par photothérapie aux États Unis, en Europe, en Amérique latine, en Afrique du Nord et en Asie...
Le monde il le connait mieux que vous (pseudo) Dr F.

9.Posté par angersmaville le 09/03/2015 16:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dr F, à la lecture de votre écrit je doute très sincèrement que vous soyez médecin.
Auquel cas vous ne declareriez pas que le Pr Azzouzi " manque clairement d''ouverture d''esprit" car "il ne se serait pas rendu en Chine, aux États Unis ou en Russie

8.Posté par Dr F le 16/02/2015 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour qui se prend cet homme, bien content d'avoir été accueilli par notre république ?

Au nom de quoi, s'exprime t'il en tant que médecin et chef de service du CHU d'Angers, et non en tant que simple citoyen ? Un salarié de Carrefour quand il exprime ses opinions ne s'exprime pas au nom de son entreprise. Moi même, je suis Dr au CHU et quand je prends la parole je m'exprime en mon nom, jamais au nom du CHU, établissement qui se doit d'être laïque et républicain.

Surtout que l’ambiguïté est gr...

7.Posté par Amine UMLIL le 18/01/2015 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"La France de 2015 : Les leçons d'un drame", un article à lire (à travers le lien ci-dessus : un blog).
Il vous montre aussi le traitement réservé depuis 10 ans à un pharmacien hospitalier (d'origine marocaine et à l'"apparence" arabo-musulmane). Malgré son "bac+10" au moins...

6.Posté par Angersmaville le 11/01/2015 22:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Angerscfou déjà pour pouvoir "combattre les idées" d'autrui il faudrait d'abord les connaitre.
Le fantasme vous envahi.
Vous pensez beaucoup. Continuez à penser. Peut être un jour vous comprendrez. Visiblement on part de loin avec vous.

1 2







Angers Mag















Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46


cookieassistant.com