Les nouveaux visages d'Angers Télé


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 12/02/2013 - 21:51 / modifié le 05/11/2013 - 09:47


La nouvelle chaîne de télévision angevine, Angers Télé, a divulgué, ce mardi soir, les nouveaux visages de la chaîne. Deux journalistes présentatrices, un habillage coloré et un logo à la forme de l'agglomération angevine. Pour le reste, il faudra attendre le 21 février, 19 heures pétantes !



Nadège Abderrazak et Hélène Chapelet, les deux présentatices du JT d'Angers Télé.
Nadège Abderrazak et Hélène Chapelet, les deux présentatices du JT d'Angers Télé.
la rédaction vous conseille
Un peu de nouveauté ! Angers Télé, la nouvelle chaîne a fait la présentation (tant attendue) mardi soir de son équipe au grand complet, de son habillage et de son logo. On visualise donc un peu mieux les contours de ce que sera demain (le 21 février) la télé locale. Du côté de l'équipe, encadrée par le rédacteur en chef Fabrice Gasdon, "figure historique de la télé angevine", comme l'a souligné le directeur général Olivier Hamon, deux nouvelles têtes, jeunes et féminines.

Nadège Abderrazak, journaliste-présentatrice, nous arrive de la Locale, chaîne de Seine-Saint-Denis. "Elle est également passée par Africa 24", a précisé le directeur général. En alternance, elle présentera le JT du soir avec Hélène Chapelet, journaliste en radio, qui elle aussi détient une expérience en télé, notamment sur la chaîne Canal 15 de la Roche-sur-Yon et Grand Lille (59). Chaque soir dès 19 heures, hormis le week-end, elles prendront l'antenne pour un 15 min réservé à l'actualité locale.

Ce JT sera suivi d'un flash météo pour ensuite laisser place à un magazine d'une trentaine de minutes avec un thème différent chaque jour. Les sports, le lundi, animés par Thierry Lardeux, ancien collaborateur d'Angers 7 ; l'économie, le mardi, présenté par Fabrice Gasdon, les associations, le mercredi, le SCO, le jeudi, veille de match et la culture, le vendredi.

De quoi nourrir la grille d'environ 1 heure de programmes frais chaque jour, agrémentée pour le reste de productions extérieures. "Des magazines, des documentaires, des émissions… provenant d'autres chaînes locales du grand ouest", a annoncé Olivier Hamon. À terme, l'objectif d'Angers Télé sera de proposer au moins deux heures de programmes par jour, une obligation fixée par le CSA.

Une régie publicitaire… choletaise

Côté publicitaire, le nerf de la guerre, la chaîne angevine fera appel à une régie commerciale choletaise, RJ Média. "Il ne s'agit pas de Canal Cholet, comme cela a pu être dit ces derniers jours, mais bel et bien de la régie qui travaille pour cette chaîne", a précise Jean-Claude Bachelot, le président d'Angers Télé. Dont acte. Lors de cette soirée, les membres de la chaîne ont également présenté l'habillage et le logo d'Angers Télé, ce dernier reprend les contours du territoire de l'agglomération angevine (voir vidéo ci-dessous).

Enfin, et pour la première fois depuis l'annonce du lancement de cette nouvelle chaîne, le comité d'éthique a été présenté publiquement. Il veillera à la pluralité, l'équité, l'indépendance et au respect de la langue française. Il est composé de cinq membres : la présidente Michèle Favreau, doyen de la faculté de droit d'Angers, Many Camara, professeur, sociologue et militant associatif, Carole Guiard, présidente de l'association Point-y-Est, Jean Rousseau, président d'Emmaüs International et Gérard Sarazin, président du club de tennis de table de La Vaillante.

Ce comité de sages n'endossera pas le rôle de médiateur, comme sur certaines chaînes de télévision publique et ne pourra être saisi que par le conseil d'administration de la chaîne ou son comité directeur.

Après les présentations, place à l'action. Dans un peu plus d'une semaine, les nouveaux visages d'Angers Télé arriveront sur la TNT et Numéricable (Canal 30), le 21 février à 19 heures pétantes. "Nous serons prêts", a répété le directeur général. Gageons que le parrain de la chaîne, Jérôme Clément, ex-président d'Arte et président du festival Premiers Plans, sera devant son écran (comme les Angevins…) ou qui sait en régie pour l'heure du grand saut.




















Angers Mag