Les poux font aussi leur rentrée


Rédigé par - Angers, le 06/09/2011 - 10:52 / modifié le 06/09/2011 - 13:36


Avec la rentrée scolaire, les poux ne savent plus où donner de la tête. Les chères têtes blondes des bambins sont un terrain favorable et ces petits parasites, pas dangereux mais très désagréables, font aussi leur rentrée. Un peu de vigilance s’impose si vous ne voulez pas qu’ils envahissent la maison.



Les poux font aussi leur rentrée
la rédaction vous conseille
Contrairement à une idée reçue, les poux ne s’installent pas sur les têtes en manque d’hygiène ou certains cheveux, pas plus qu’ils sont véhiculés par certains animaux. Il semble même que ces petits parasites infatigables et très bons reproducteurs aiment beaucoup certains savons contenus dans les shampoings. Alors cheveux pas lavés depuis une semaine ou pas, tous les terrains sont bons pour qu’ils se développent et viennent nous gratter.

Le pou, que l’on appelle le plus souvent « pou de tête » prolifère souvent dans les écoles car le nombre de têtes est important et les bambins sont souvent en contact les uns avec les autres, soit directement, soit par des objets. Les doudous par exemple, véhiculent très bien ces parasites qui, s’ils ne volent pas et ne saute pas, sont de grands voyageurs. Pour ce qui concerne les doudous, pour tuer les poux, mettez-les au congélateur pendant une nuit. Au matin ils seront tous exterminés, car le pou préfère la chaleur au froid.

Que l’on se rassure avant de lui faire la guerre, le pou n’est pas dangereux. Il ne transmet aucune maladie et n’a aucun effet sur le porteur. Son seul inconvénient c’est qu’il démange fortement et c’est en voyant les enfants se gratter la tête que l’on peut suspecter la présence de ces parasites. Il ne faut pas les confondre avec ses cousins : le pou de corps ou le pou de pubis, lesquels peuvent provoquer des allergies ou des éruptions cutanées.

Le pou aime vivre dans le confort des cheveux, près de la chaleur de la peau. Il se nourrit d’une petite quantité de sang, en piquant le cuir chevelu. Il s’agrippe aux cheveux et meurt lorsqu’il quitte ce milieu naturel très confortable. La femelle pond, au cours de sa vie, une centaine d’œufs que l’on appelle les lentes. Ils sont fixés à la base du cheveu par une substance collante et éclosent après 7 à 10 jours.

Alors comment l’éradiquer ? Un pou est très petit, de la taille d’une tête d’épingle et de couleur grisâtre. Un peigne à dents serrées, dit « peigne » à poux, vendu en pharmacie pour quelques euros peut suffire. Il faut peigner l’enfant mèche par mèche sur un papier blanc pour faire tomber les poux. Ne pas oublier de laver le peigne. Attention le poux nage et il n’est donc pas rare d’en croiser dans une piscine.

Les insecticides à base de « pyréthrine » et de « malathion » sont actuellement considérés comme efficaces (voir votre pharmacien). Ces produits devant être seulement être utilisés en présence de poux, il est donc inutile de les utiliser préventivement car ils n’empêchent pas l’installation des poux dans les cheveux. Attention à ne pas sécher les cheveux à la suite d’une application, avec un sèche-cheveux, car certains insecticides peuvent être inflammables.

Une chose est certaine, les poux ont besoin des cheveux pour s’agripper et pondre. Un crâne pelé comme un œuf n’intéressera pas ces petits parasites. Pour autant il ne s’agit pas de raser tous les enfants. Les parents devront être plus vigilants si leurs enfants ont une bonne touffe de cheveux, quelque soit leur couleur.

Enfin sur le plan réglementaire, un enfant peut être écarté temporairement de l’école, pour une durée maximale de 8 jours, sur proposition du médecin scolaire (Service de Promotion de la Santé à l’école), l’enfant revenant dès que le traitement est considéré comme efficace. Mais cette mesure est souvent difficile à appliquer, certains enseignants préférant prévenir l’ensemble des parents d’une classe lors d’une infection, afin qu’ils prennent les précautions d’usage et traitent leurs enfants le cas échéant. Cette méthode évite de jeter le discrédit sur un enfant en particulier et sa famille.





Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com