Les réactions des maliens d’Angers après l'élection présidentielle


Rédigé par - Angers, le 16/08/2013 - 16:46 / modifié le 17/08/2013 - 10:27


Ibrahim Boubacar Keïta dit « IBK » a été officiellement élu, ce jeudi 15 août, président de la République du Mali. Avec 77.61% des suffrages contre 22,39 % à son adversaire au second tour, Soumaïla Cissé, il obtient une confortable victoire. Soulagement du côté de la communauté malienne d’Angers qui considère qu’avant l’homme, c’est la démocratie qui a gagné.



Le candidat Ibrahim Boubacar Keïta pendant la présidentielle (photo site officiel IBK)
Le candidat Ibrahim Boubacar Keïta pendant la présidentielle (photo site officiel IBK)
la rédaction vous conseille
Avec l’élection de l’ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta, la situation de crise que connaît le Mali va-t-elle enfin trouver une issue favorable ? C’est ce que souhaitent les Maliens de la communauté angevine, même si la plupart d’entre-eux n’ont pas pu s’exprimer par les urnes.

Ibrehima Tamega le jeune président de l’association « Devoir de génération » et représentant local du réseau international « Fasso Denw » que nous avions rencontré à la veille des élections, affiche sa satisfaction.

« Après plus de dix ans de combat citoyen et politique pour IBK, après dix ans de fidélité qui accompagna mon engagement et mes convictions, je suis aujourd'hui comme des millions de Maliens et de Maliennes très heureux de le voir élu à la présidence de la République », déclare Ibrehima Tamega. « C'est le Mali qui gagne, c'est la démocratie qui gagne et c'est le choix du peuple qui aura été respecté. Les urnes ont parlé, mettons-nous enfin au travail, regardons ensemble l'avenir et bâtissons ensemble le Mali de demain ».

Même propos de la part de Fensé Coulibaly, le président de « Benso », l’association des étudiants maliens d’Angers. « C’est une bonne chose pour l’image du Mali et la démocratie puisque les Maliens ont pu choisir librement leur candidat. C’est avant tout une victoire du peuple malien ».

Pour le président de Benso, « IBK est l’homme de la situation puisque Premier ministre il a su fédérer les Maliens et mener à bien plusieurs crises dont celle de la scolarité ».

« La nomination du capitaine putschiste va rendre la tache difficile au nouveau président »

Mais l’homme ne fait pas l’unanimité, certains lui reprochent sa trop grande discrétion lors du coup d’État du 22 mars 2012 lequel a renversé le président Amadou Toumani Touré et précipité la chute du nord du Mali aux mains des rebelles touareg et des groupes djihadistes.

A cela s’ajoute le fait que le capitaine Amadou Sanogo, l’auteur du coup d'État a été promu au grade de général de corps d'armée trois jours après la victoire du nouvel homme fort du Mali. Cette promotion pour le moins surprenante a scandalisé une partie de la société civile malienne dont Fensé Coulibaly qui tient a préciser que cette promotion n’a pas été assurée par le nouveau président, - « il n’est pas encore investi » -, mais par Dioncounda Traoré, président de la République par intérim.

Une épine dans le pied d’IBK que ne digèrent pas Fensé Coulibaly et ses concitoyens. « On est tous choqués par cette nomination. Sanogo n’a rien fait pour obtenir ce grade. Le coup d’État était anticonstitutionnel et accepter cette situation c’est encourager un autre coup d’État ».« Ça risque de provoquer des frustrations au sein de l'armée malienne », complète Ibrehima Tamega.

Considéré comme un homme à poigne dont l’objectif principal est de réconcilier les Maliens, Ibrahim Boubacar Keïta, pourrait toutefois accepter cette nomination, le capitaine putschiste ayant fait des excuses publiques auprès du peuple malien. « Cette nomination va néanmoins rendre la tache difficile au nouveau président, car on ne connaît pas les intentions du capitaine-général », ajoute le représentant des étudiants maliens d’Angers qui compte bien mobiliser ses troupes si nécessaire.

Âgé de 68 ans, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait ses études secondaires au lycée Janson-de-Sailly à Paris et au lycée Askia Mohamed de Bamako. Il a étudié à la faculté des lettres de l’université de Dakar puis à l’Université de Paris I- Panthéon Sorbonne. Titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un diplôme d'études approfondies en politique et relations internationales il fut précédemment Premier ministre et président de l’Assemblée Nationale.

Plutôt à « gauche », IBK fut candidat aux élections présidentielles de 2002 et 2007. Désigné candidat du Rassemblement pour le Mali lors de cette dernière élection, Ibrahim Boubacar Keïta a écrasé au second tour son rival, Soumaïla Cissé. Ce dernier s’est spontanément rendu à son domicile, avec femme et enfants, pour le féliciter et reconnaître sa victoire.

Conformément à la Constitution malienne, l’investiture de celui qui sera le 5e président du Mali, devra avoir lieu dans les quinze jours qui suivent la proclamation des résultats. Ensuite le nouveau président aura du pain sur la planche. Pour en savoir plus il peut lire : "défis pour un Mali nouveau - 365 propositions pour l'émergence "




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46
Angers Mag : #Angers Le jour d'après #PSGSCO, le billet @LardeuxT. Comme quoi on peut supporter @SCO et admirer @ECavaniOfficial https://t.co/nA3Ivf5HEE
Jeudi 1 Décembre - 18:18
Angers Mag : Au musée des Beaux-Arts, l'énigme Peter Briggs: Jusqu'au 26 mars, le musée des... https://t.co/Ys4SmHHl6M https://t.co/4mARuYnceC
Jeudi 1 Décembre - 07:30


cookieassistant.com