Les vignobles du Layon comme décor d’une fiction TV


Rédigé par - Angers, le Mardi 22 Octobre 2013 à 10:27


Depuis une semaine la réalisatrice Marthe Sébille s’est installée avec son équipe au Domaine de Mirebeau, à Rablay sur Layon. Elle y tourne le premier opus d’une série ayant pour décor le vignoble angevin, « Quand les branches se querellent... Les racines s'embrassent », lequel sera diffusé sur France 3. Détail intéressant, c’est un jeune de la Roseraie à Angers, Mehdi Biachi, 21 ans, qui tient le rôle principal de cette fiction.



Mehdi Biachi, au premier plan, dans le rôle de Slimane (photo production)
Mehdi Biachi, au premier plan, dans le rôle de Slimane (photo production)
la rédaction vous conseille
La symétrie des vignobles de l’Anjou comme décor naturel d’un film de fiction, Julien Aouidad, réalisateur de la société audiovisuelle angevine S-TV y pense depuis longtemps. Normal, il habite à deux pas des vignes. « Le vignoble est l’un des éléments identitaires de notre département », constate le réalisateur. « Au moment où notre région souffre d’un manque de notoriété, tourner des films dans les vignes ça peut contribuer à valoriser le territoire ».

Passant du statut de réalisateur à celui de co-producteur avec la société bretonne « ILOZ productions », il décide de se lancer dans l’aventure d’une collection de films intitulée « Anjou, Terre de vignoble », exclusivement tournée dans le vignoble angevin. Le sujet intéresse les acteurs vinicoles et notamment Interloire qui voient dans l’affaire un moyen de promouvoir leur secteur économique, mais aussi France Télévisions pour sa chaine France 3.

Après un appel à scénario, les deux producteurs font appel à Marthe Sébille, une réalisatrice sensible à ce type de sujet. Son dernier court métrage, « Plus bas que le ciel », a été tourné dans le milieu ostréicole, à l’ile de Ré. « Je suis parisienne, mais j’aime beaucoup les hommes qui travaillent avec leurs mains et leur corps. C’est la gestuelle qui m’intéresse », explique la réalisatrice. « Je connais un peu le milieu vinicole pour avoir fait les vendanges dans le Beaujolais. Mais pour le sujet imposé par le scénario retenu, je voulais un vigneron humain et qui fait les vendanges à la main ».

« J’avais déjà tourné dans un clip musical, mais le cinéma, ça n’a rien à voir »

Les vignobles du Layon comme décor d’une fiction TV
La production et la réalisatrice ont jeté leur dévolu sur le Domaine de Mirebeau, à Rablay sur Layon, un vignoble géré par un jeune vigneron Bruno Rochard, avec une particularité celle de mutualiser une équipe de vendangeurs avec trois autres domaines de la région. Vigneron bio, Bruno Rochard, est également l’un des personnages de la bande dessiné « Les ignorants » d’Etienne Davodeau.

« J’ai trouvé ça très intéressant, car je ne connaissais pas le monde du cinéma », explique le vigneron. « Mais tourner en pleine vendange, c’est un peu compliqué pour nous. Si la troupe (14 personnes) s’est adaptée à nos contraintes, la récolte ne peut pas attendre. Si j’avais su ce que ça représentait comme travail supplémentaire je ne sais pas si j’aurais accepté ».

Mais l’équipe est là et bon gré mal gré, le vigneron doit attendre chaque prise, parfois très longue, d’autant plus que c’est un jeune premier, un danseur hip-hop de la Roseraie à Angers, Mehdi Biachi, 21 ans, qui tient le rôle principal, celui de Slimane dans le film.

« Ça n’a pas été facile, car la réalisatrice avait des doutes », commente Julien Aouidad. « Nous recherchions un jeune homme d’origine algérienne pour jouer le rôle de Slimane. Nous avons fait plusieurs castings et nous nous sommes arrêtés sur Mehdi. Il est danseur, mais pas comédien. Mais c’est avant tout un film poétique qui fait appel à une gestuelle importante. Mehdi est naturellement doué et passe bien à l’image ».

Pour Mehdi, c’est la consécration et l’amorce d’un nouveau métier. « J’ai déjà fait les vendanges, mais je ne bois pas de vin. C’est une bonne expérience. J’avais déjà tourné dans un clip musical, mais le cinéma, ça n’a rien à voir. Il faut répéter plusieurs fois, jusqu'à ce que la prise soit bonne ». Marthe Sébille l’a compris et elle a pris le jeune comédien sous son aile, s’armant de patience, sachant qu’il est capable d’aller jusqu’au bout comme cette scène où il doit sortir de la forêt et s’effondrer pour crier toute sa haine. Une, deux, trois prises et Mehdi trouve enfin le ton juste, celui qui plait à la réalisatrice.

Le film raconte l’histoire de Slimane, 18 ans, d'origine algérienne, lequel échappe à une descente de police dans sa cité de Rennes. Il prend la fuite vers Saumur (Rablay sur Layon) pour faire les vendanges, où il va être amené malgré lui à renouer avec ses racines. Son grand-père était vigneron en Algérie et il y a 20 ans son père est arrivé en France comme ouvrier… Sur place il nouera une relation amoureuse avec Esther. Un proverbe africain dit : « Dans la forêt, quand les branches se querellent, les racines s'embrassent » lui murmure Esther.

Le tournage s’est terminé hier soir et ce premier film tourné dans le vignoble angevin sera diffusé sur France 3 à une date qui reste à déterminer. Le film sera également présenté dans des festivals de cinéma.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag