Leurs vies de château : Jan et Gerdie Liebreks à Cheman (1/6)


Rédigé par Sébastien ROCHARD - Angers, le 05/08/2013 - 08:00 / modifié le 09/08/2013 - 17:47


1 200 soit trois par commune en moyenne. Ne cherchez pas, aucun département des Pays-de-la-Loire n'en concentre autant que le Maine-et-Loire. Des forteresses de Foulques Nerra (970-1041) aux constructions néogothiques de l’architecte René Hodé (XIXe), les châteaux de l'Anjou restent un marqueur identitaire fort du territoire. Et continuent de faire rêver. Régisseurs et chefs d’entreprise autant que conservateurs, nous sommes allés à la rencontre de ceux qui les habitent et les font vivre pour sonder leurs passions.

Première étape de cette série : le château de Cheman à Blaison-Gohier où les Néerlandais Jan et Gerdie Liebreks ont posé leurs valises il y a six ans. Une histoire de changement, de quiétude et de partage.



Propriétaires du Château de Cheman depuis 2007, Jan et Gerdie Liebreks font partie de l’association Bienvenue au Château.
Propriétaires du Château de Cheman depuis 2007, Jan et Gerdie Liebreks font partie de l’association Bienvenue au Château.
la rédaction vous conseille
Grande stature, regard clair, français impeccable… Jan aurait presque de quoi énerver s’il ne dégageait pas autant d’ondes positives. Sans fioriture, en tenue de bricoleur, le bonhomme accueille avec le sourire, malgré la météo pluvieuse. Blaison-Gohier est à deux pas, les vignes en bout de bras, le silence à portée d’oreille : bienvenue au Château de Cheman.

« C’est un havre de paix », se délecte Jan Liebreks, la cinquantaine bien sonnée, sujet du royaume des Pays-Bas et châtelain heureux. Derrière lui, le charme du bâtiment médiéval ne tarde pas à opérer, unique, anarchique, « avec sa toiture qui part dans tous les sens. On ne retrouve pas ici le côté très géométrique des demeures du XIXe. Il y a à Cheman des racines profondes. J’ai tout de suite eu un coup de cœur. Et ma femme aussi », se souvient Jan.

Son épouse Gerdie, partenaire de toutes les audaces. Bibliothécaire, c’est elle qui accompagne Jan financièrement lorsqu’il décide à 20 ans de monter un supermarché. Un deuxième verra bientôt le jour, puis d’autres commerces au sud des Pays-Bas, pas loin de Maastricht. « Déjà à l’époque nous venions tous les ans en famille nous ressourcer dans le Morvan, en France, ce pays où l’on prend le temps de vivre », ajoute Jan.

Trop étroits, si attendus, les Pays-Bas n’arrivent bientôt plus à contenir les envies d’ailleurs du couple. En 2000, ils décident de tout vendre et de changer de vie, avec leurs trois enfants (leurs filles avaient alors 5, 14 et 15 ans). Une destination ? La France bien sûr ! « Un endroit calme, pas envahi par les touristes, mais avec de bonnes infrastructures pour les enfants », résume Jan.

Pas freiné par l’argent, le couple jette son dévolu sur le domaine de Cop-Choux, à Mouzeil (Loire-Atlantique). « J’ai commencé à faire du vin là-bas, sous le regard amusé des vignerons du coin ! » Pas question pour autant de goûter à une retraite anticipée. Les deux quadras montent une chambre d’hôtes, et ouvrent dès leur arrivée les portes du château à qui veut bien les franchir.

"En chambre d’hôtes, nous faisons ce que nous avons toujours fait, accueillir les clients. Peu importe le métier, ce qui compte, c’est l’attention portée aux gens". Jan Liebreks, propriétaire du château de Cheman.

C’est la perspective d’une voie rapide à 300 m, menant à Notre-Dame-des-Landes, qui les fera bouger… et atterrir à Blaison-Gohier. Un an de travaux – confiés à des petits artisans du coin, « parce qu’avec eux, il n’y pas de problème, mais que des solutions » – pour tout remettre en état, « retrouver l’esprit des anciennes pièces », avant que Jan et Gerdie n’emménagent avec leur plus jeune fille, Elsemieke.

« Les deux autres sont restées dans la région nantaise, mariées à des Français », précise Jan. Pas de quoi déstabiliser ces « citoyens européens » à l’état d’esprit étonnant. « En chambre d’hôtes, nous faisons ce que nous avons toujours fait, accueillir les clients, assure l’ancien commerçant. Peu importe le métier, ce qui compte, c’est l’attention portée aux gens »… Et à ses vignes, une passion dévorante. « J’ai construit un chai et équipé le domaine, pour vinifier au plus vite », explique Jan. Trop prenant, trop coûteux, il confie pourtant la vinification à la coopérative de Brissac en 2010, « un véritable crève-cœur ».

Toujours investi dans ses vignes – « j’ai le statut de négociant » – Jan et Gerdie goûtent chaque jour « le plaisir de vivre ici, et de faire partager ce plaisir ». Pas de doute, à Cheman, les seigneurs sont de retour.


Demain : Marion, 29 ans, à la tête d'une forteresse (Durtal)












Angers Mag















Angers Mag : RT @IncroyableSCO: Angers SCO à la pêche aux points face aux Merlus du @FCLorient ce soir (20h) à Jean-Bouin ! #SCOFCL #VibrezSCO https://t…
Samedi 3 Décembre - 12:56
Angers Mag : ChroniK'Ô Noir - #18 : "Plateau", de Franck Bouysse: Chaque mois, la journaliste Martine... https://t.co/V0soKdy4ie https://t.co/07YeiZrSfq
Samedi 3 Décembre - 09:00
Angers Mag : Report'Cité : portez la plume, s'il vous plaît !*: Un an et demi après son lancement, le... https://t.co/Qf1FyGW1iJ https://t.co/P8YYlZPYdm
Vendredi 2 Décembre - 19:06
Angers Mag : #musique De Macao à Pergolèse,la riche actualité de l'ensemble Amarillis @Angers https://t.co/hAW8WkdOUw
Vendredi 2 Décembre - 10:46


cookieassistant.com