Leurs vies de château : Marion, 29 ans, à la tête d’une forteresse (2/6)


Rédigé par Cédric SOULIÉ - Angers, le 06/08/2013 - 08:00 / modifié le 09/08/2013 - 17:47


Des forteresses de Foulques Nerra (970-1041) aux constructions néogothiques de l’architecte René Hodé (XIXe), les châteaux de l'Anjou restent un marqueur identitaire fort du territoire. Et continuent de faire rêver. Régisseurs et chefs d’entreprise autant que conservateurs, nous sommes allés à la rencontre de ceux qui les habitent et les font vivre pour sonder leurs passions.

Depuis janvier, Marion Suguenot est la gérante du château de Durtal. Une forteresse à visiter avant d’y passer la nuit…



Dans sa tâche, Marion Suguenot est épaulée par son compagnon, Jérôme Botineau.
Dans sa tâche, Marion Suguenot est épaulée par son compagnon, Jérôme Botineau.
la rédaction vous conseille
Elle n’a pas encore 30 ans et porte à elle seule une forteresse à bout de bras. Marion Suguenot est la gérante du château de Durtal, entre Angers et Le Mans, depuis janvier. Ses parents, Alain, député-maire de la ville de Beaune en Côte d’or et Isabelle, architecte, lui ont « légué » les 5 000 m2 et les 90 pièces en toute confiance. Un choix de vie tourné à 100 % vers le patrimoine, l’accueil du public et l’hôtellerie pour cette jeune juriste, dîplomée d’un Master 2 en droit et fiscalité du marché de l’Art.

« Je suis née dans les châteaux !, avoue-t-elle franchement. Mes parents et mes grands-parents ont acheté leur premier château dans les années 1980 dans la Nièvre. Mes parents l’habitent toujours aujourd’hui. Et, en 2002, ils ont acquis le château de Marcilly-Talaru à Chalmazel dans la Loire. Ma mère le restaure et y a installé des chambres d’hôtes ».

Durtal est donc la troisième pièce maîtresse de la collection familiale. En bord de Loir, surplombant le bourg, ce palais forteresse construit par Foulques Nerra et Geoffroy Martel au XIe siècle, a longtemps été propriété de la ville et du Conseil général de Maine-et-Loire. A la fin des années 1990, transformé en maison de retraite, les Durtalois y finissaient leurs beaux jours.

"En 2007, quand mes parents décident d’acheter le château de Durtal, c’est alors une coquille vide fermée au public". Marion Suguenot.

Puis, « en 2007, quand mes parents décident de l’acheter, c’est une coquille vide fermée au public, précise Marion. Il nous faut alors penser à restaurer certaines pièces pour redonner vie à cette immense bâtisse ». Deux ans plus tard, les portes s’ouvrent au public après plusieurs décennies d’abstinence. Les visites reprennent petit à petit. Et, dans l’aile donnant sur le Loir, cinq chambres d’hôtes, joliment décorées et pensées par Isabelle Suguenot, voient le jour.

Dans la foulée, deux gîtes-appartements viendront enrichir l’offre hôtelière du château de Durtal. Le concept est alors tout trouvé : « Visitez et passez une nuit au château ». « Nos clients recherchent l’authenticité et le calme. Il s’arrêtent souvent ici dans le cadre d’un périple dans l’ouest », ajoute la gérante. Ouvert toute l’année, le château s’anime lors de la saison estivale : théâtre, musique, spectacles en tous genres se posent dans la cour centrale. Un bon moyen de redonner vie aux lieux.

Avec, en moyenne, 6 000 visiteurs par an au compteur, Marion souhaiterait booster sa fréquentation. Elle s’en donne les moyens, ne compte pas ses heures et projette l’ouverture d’un troisième gîte-appartement. Avec comme cheval de bataille : « Gagner en notoriété à l’échelle du département, car beaucoup de gens pensent encore que le château de Durtal est privé et fermé au public », conclut-elle.

Plus d’infos : ici

Demain : Serrant, conte de femmes, pas de fées












Angers Mag















Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17


cookieassistant.com