Li Kunwu : un crayon habile pour un véritable travail de mémoire


Rédigé par - Angers, le Dimanche 27 Septembre 2015 à 11:36


De passage à Angers en début d'année, le dessinateur chinois de BD et de presse, Li Kunwu, est de retour pour présenter une importante collection de dessins de la vie quotidienne de la province du Yunnan au sud-ouest de la Chine. Cette exposition d’une grande richesse picturale est installée pour deux mois au Grand Théâtre, place du Ralliement.



Li Kunwu devant une place du village de son enfance
Li Kunwu devant une place du village de son enfance
la rédaction vous conseille
Li Kunwu, est passé à Angers en janvier dernier, à l’Institut Confucius des Pays de la Loire, pour présenter quelques une de ses œuvres. Il se rendait au festival de la BD d’Angoulême où il était l’un des invités d’honneur.
 
« En janvier, je présentais plutôt des dessins humoristiques tirés de mes bandes dessinées », précise l’artiste en commentant son exposition de dessins à l’encre (de Chine …), installée au rez-de-de chaussée du grand théâtre. Intitulée  « la Chine du sud au fil du crayon », elle est installée jusqu'au 29 novembre. En 80 pièces dont certaines de grand format, l’artiste y présente une œuvre majeure, un travail de mémoire sur la province du Yunnan telle qu’il l’a connue dans son enfance et ce qu’elle est devenue aujourd'hui, parfois à son grand regret.
 
« La Chine se développe rapidement, je ne veux pas que ce développement fasse oublier la Chine du passé », précise Li Kunwu, l’indispensable casquette Mao (de marque Adidas ...) vissée sur la tête. C’est d’ailleurs avec une certaine nostalgie qu’il parle de cette époque. « Dans mon enfance on allait se baigner dans les rivières, l’environnement était agréable et pas pollué. Les gens discutaient entre-eux, échangeaient, maintenant ils sont devenus plus individualistes. Le développement effréné que connaît mon pays a compliqué les choses ».
 
C’est ce rapport entre la passé et le présent que s’est attaché à mettre en dessin Li Kunwu, en comparant, au fil de ses dessins entre l’esquisse et l’encrage, "la vie tranquille d’avant" et celle de maintenant, à force de détail et de rapports à l’histoire de son pays.
 
« Il ne faut surtout pas oublier les valeurs du passé. C’est ce que je veux montrer »
 
« Si la nouvelle production artistique de Li Kunwu n’est pas complètement détachée, en terme de trait, de sa production de bandes dessinées, l’ampleur de cette exposition et son ambition s’inscrivent en marge de la BD, à travers les sujets, les formats et des factures d’expression qui sont totalement différentes », précise Philippe Pataud Célérier, scénographe de l’exposition et commissaire (et traducteur) avec  Geneviève Clastres, de l’exposition angevine.
 
« L’idée motrice c’est de confronter le visiteur à plusieurs factures artistiques différentes », ajoute Philippe Pataud Célérier. « La facture sociologique de la Chine contemporaine à travers des personnages clés, ce que l’on retrouve dans ses bandes dessinées. La facture plus expressionniste avec la transmission de la connaissance à travers des références historiques. Une facture où l’expression de visages, ou plutôt leur manque d’expression, prime sur la composition du tableau ».  
 
Tout au long de cette exposition assemblée sous formes de triptyques, voire plus, l’artiste s’attache à faire des comparaison entre ce qu’était la Chine plus rurale avec le rapport des paysans à la ville et ce qu’elle est aujourd’hui avec sa population urbaine, désinvolte ou écrasée sous le poids de différences sociales.
 
Une image de la Chine, particulière à cette région du sud, mais qui traduit bien ce que nous Occidentaux, pouvons imaginer de cette Chine nouvelle où le fossé entre les générations et les classes sociales se creuse au fil des années.
 
Et au travers de cette exposition Li Kunwu lance comme un cri, pour que la course économique dans laquelle s’est lancé son pays n’efface pas ces traces d’un passé dans lequel chacun doit pouvoir continuer à puiser des références. « Il ne faut surtout pas oublier les valeurs du passé. C’est ce que je veux montrer », confirme l’artiste.


« Li Kunwu, La Chine du sud au fil du crayon / 李昆武,中国西南风景写意 »
Une exposition présentée par l’Institut Confucius des Pays de la Loire d’Angers. Commissariat : Geneviève Clastres et Philippe Pataud Célérier.
Grand Théâtre d’Angers, Place du Ralliement, 49100 Angers.
Du 17 septembre au 29 novembre 2015. Entrée libre et gratuite.
Horaires : de 12h à 18h30 du mardi au samedi et de 14h à 18h le dimanche.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag












Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46







cookieassistant.com