Lo’Jo et le temps qui passe sans rien dire


Rédigé par Yves BOITEAU - Angers, le Jeudi 6 Novembre 2014 à 15:55


Plus de 25 ans après ses débuts, Lo’Jo revisite son histoire dans un coffret collector regroupant deux albums inédits et 70 photographies noir et blanc de l’un de ses compagnons de route. Un objet sonore et visuel présenté sur scène ces 7 et 8 novembre au Quai.



Instants saisis de la jeunesse de Lo'Jo, immortalisés sur la pellicule de Bogdan Konopka. Crédit photo Bogdan Konopka.
Instants saisis de la jeunesse de Lo'Jo, immortalisés sur la pellicule de Bogdan Konopka. Crédit photo Bogdan Konopka.
la rédaction vous conseille
Denis Péan, le chanteur de Lo’Jo, a beau assuré qu’il ne cultive nulle nostalgie. On voit mal comment les fans de la première heure n’en éprouveront pas un peu en feuilletant le livret photos de « 310 Lunes », le beau triptyque que le groupe angevin vient de sortir chez Harmonia Mundi.

Ce titre, c’est le dessinateur Marc-Antoine Mathieu, sollicité pour travailler sur la mise en page du coffret, qui l’a soufflé aux membres de Lo’Jo. « 310 Lunes », pour marquer le nombre de celles qui les séparent de leurs débuts à la fin des années 80 dans les pas de la compagnie Jo Bithume. L’autre Jo, dont l’aventure vient, elle, de s’achever. « Ça m’inspire avant tout de la tristesse, car je ne pense pas qu’ils ont choisi cette fin. Ce sont les aînés qui nous ont mis le pied à l’étrier et donné goût au voyage. Leur aventure a profité a énormément de projets artistiques », raconte Denis Péan.

Avec Bithume, Lo’Jo a tourné quatre années durant et initié sa professionnalisation. Parmi les multiples rencontres qu’a générées ce compagnonnage, celle du photographe Bogdan Konopka, occupe une place à part dans le parcours du groupe. « C’était sur la grande place de Cracovie en Pologne en 1988. Un territoire inconnu pour nous, toujours sous domination soviétique qui plus est. Nous ne nous sommes jamais perdus de vue. »

Les germes du Lo'Jo à venir...

Denis Péan voit à travers ce coffret collector l'occasion de "raconter cette histoire qui place la nôtre dans celle du monde."
Denis Péan voit à travers ce coffret collector l'occasion de "raconter cette histoire qui place la nôtre dans celle du monde."
Konopka s’installe en France dès l’année suivante. D’Angers à Tombouctou, du festival de Châlon à la Fête de l’Huma, en passant par la Cigale, l’Elysée Montmartre, la salle Beaurepaire, le Chabada… Il va suivre régulièrement Lo’Jo sur et en dehors de la scène. Si certaines de ses images ont déjà été rendues publiques, des centaines d’autres dormaient dans ses cartons. « C’était le moment de les déclarer, de raconter cette histoire qui place la nôtre dans celle du monde, ne serait-ce que sur le fait qu’il s’agit de photos argentiques » explique Denis Péan.

Initialement baptisée « Photographie d’un objet sonore » - resté le sous-titre du coffret -, le projet s’est doublé d’un autre travail rétrospectif, musical celui-ci, dont rêvait depuis longtemps Lo’Jo : un album instrumental. Comme un écho – sans voix – à ses premiers pas artistiques. Autre compagnon de route, le clarinettiste et saxophoniste Renaud-Gabriel Pion s’est entouré d’un orchestre à vent et de quelques invités (Erik Truffaz, Magik Malik, Hasan Yarimdünia…), pour revisiter six chansons du groupe, lequel a composé trois inédits.

« On a choisi ensemble ce qui était le mieux adaptable à une orchestration qui révèle la force harmonique et mélodique des chansons », précise Denis Péan.

Les 7 et 8 novembre au Quai avec Erik Truffaz

Denis Péan et Richard Bourreau (debout au centre), deux des Lo'Jo aux côtés de musiciens associés au projet, mardi dans la yourte-expo installée à l'intérieur du Forum du Quai, pour évoquer l'histoire du groupe.
Denis Péan et Richard Bourreau (debout au centre), deux des Lo'Jo aux côtés de musiciens associés au projet, mardi dans la yourte-expo installée à l'intérieur du Forum du Quai, pour évoquer l'histoire du groupe.
Ce n’est pas tout, pour faire de ce coffret un vrai « collector », Lo’Jo y a ajouté son tout premier album, « International Courabou » (1989), pressé à 1000 exemplaires à l’époque et jamais réédité : « Une œuvre de jeunesse qui contient les germes du Lo’Jo à venir. »

Restait à partager cet événement. Ce qui sera chose faite ces vendredi 7 et samedi 8 novembre dans le grand auditorium du Quai, lors d'un double concert que préparent depuis plus une semaine les musiciens de Lo'Jo aux côtés Renaud-Gabriel Pion et son orchestre éphémère. "L'orchestre va jouer sa partition et on va se mélanger ensuite, indique Denis Péan, heureux à l'idée de cette rencontre, fruit de "pleins d'histoires tissées", qu'il voit "poignante".

Comme un clin d’œil à la relation complexe du groupe avec Angers, sa ville, faite d'un attachement et d'une affection réciproques mais aussi d'incompréhensions, c'est la première fois que Lo'Jo jouera au Quai depuis l'ouverture de l'équipement il y a sept ans. Paradoxal pour le groupe angevin le plus exporté dans le monde ? "Parce qu'il fallait une occasion particulièrement bien trouvée" explique Christian Mousseau, le directeur du Quai, qui voit dans la longévité de Lo'Jo, "la preuve d'une exigence" et dans sa venue, une "valeur symbolique".

"On aime bien jouer où on nous invite, prolonge, plus stoïque, Denis Péan. Je ne suis pas fier d'être Angevin mais, parce que je sais ce qu'engage l'exil, je suis heureux d'être quelque-part et d'avoir quelque-chose de solide autour de moi." Pour plus d'affinités, rendez-vous ces 7 et 8 novembre au Quai !

"310 Lunes" (Lo’Jo / Harmonia Mundi – World Village)
En concert
au Quai les 7 et 8 novembre (feat Erik Truffaz).
Au New Morning (Paris) le 20 novembre.












Angers Mag












Angers Mag : Séance critique : "Ma'Rosa" de Brillante Mendoza: Dans Séance critique, deux fois par... https://t.co/UXYZ0kjrdt https://t.co/JrsEK1vwBv
Samedi 10 Décembre - 11:00
Angers Mag : « Ces pédagogies ne sont pas ignorées »: Et l’Education Nationale ? Quel regard... https://t.co/JnPQWXILNL https://t.co/5glkXOM6T3
Samedi 10 Décembre - 07:45
Angers Mag : #JPEL "Contre le complotisme, on ne peut pas enrayer tout (...) Mais on peut entraîner les cerveaux." 👏👏JB Schmidt… https://t.co/6pn23fJUHD
Vendredi 9 Décembre - 15:01
Angers Mag : L'indépendance, un état d'esprit ? #Angers Mag bien chez soi à la journée de la presse en ligne à Paris. #JPEL https://t.co/EpAgR2dt6N
Vendredi 9 Décembre - 12:17







cookieassistant.com