"Locomotive" : un tiers-lieu à mi-chemin


Rédigé par - Angers, le 24/05/2016 - 07:15 / modifié le 24/05/2016 - 12:23


Collaboratif, novateur et créatif, le projet "Locomotive", qui s'appuie sur une étude d'opportunités réalisée au début de l'année, pourrait déboucher sur la création d'un tiers-lieu dédiée à l'économie locale, au premier trimestre 2017. Présentation.



Le 26 avril dernier, une réunion d'information publique a permis la présentation au plus grand nombre de la démarche, des résultats de l'étude d'opportunités et des étapes à venir du projet Locomotive.
Le 26 avril dernier, une réunion d'information publique a permis la présentation au plus grand nombre de la démarche, des résultats de l'étude d'opportunités et des étapes à venir du projet Locomotive.
la rédaction vous conseille
C'est un lieu "qui n'est pas purement dédié au travail", mais pas récréatif pour autant ; un lieu "hybride où l'on porte la question du bien-être au travail" et "ou l'on retrouve une dynamique de développement économique et social". Bref, une troisième voie à mi-chemin entre le maison et le lieu de travail pour développer son activité.

Les Anglo-saxons appellent cela "a third place". Francisé, ça donne "tiers-lieu". Et c'est cela que qu'un groupe composé d'identités et de compétences diverses, initié par l'Iresa (Inter-réseau de l'économie sociale et solidaire en Anjou), a commencé à mettre sur les rails, à Angers, sous le nom de "Locomotive".
 
Freelance, auto-entrepreneurs, libéraux, salariés ou collectivités... les horizons divers qui composent le collectif moteur de cette Locomotive nourrissent pour l'heure un projet qui n'est pas né de rien. "Déjà, l'idée du tiers-lieu est un phénomène émergent dans beaucoup de pays", note Michel Akkaoui, le coordinateur de l'Etabli. "Il faut prendre le train en marche, dans un moment où chacun a besoin de recréer du lien, alors que le monde du travail peut créer de l'isolement."

Mais au-delà du "phénomène de mode",  c'est bien "à un besoin local identifié" que répond ce projet de tiers-lieu.
Une étude d'opportunités a ainsi été adressée à un vaste panel de personnes ou d'entreprises gravitant dans le réseau de l'économie sociale et solidaire (ESS). "Une cinquantaine de réponses nous sont revenues, et 33 se disent intéressés, ce qui équivaut à une centaine d'emplois", résume Clémence Ménard, co-directrice de la coopérative Oz.

Des réponses qui ont également ciblé trois besoins précis, dans l'hypothèse d'un tiers-lieu : des espaces de travail, des espaces de réunion, des espaces de stockage.

Un triptyque de base autour duquel peut s'articuler la réflexion tant sur le lieu d'implantation de Locomotive que sur ce qu'on pourra y trouver. "Il s'agit de construire ce lieu collectivement", appuie Sébastien Boudaud, qui porte la création d'une structure d'insertion par l'activité économique.

Que pourrait-on trouver dans ce tiers-lieu idéal, à la lumière de l'étude d'opportunité ? Un accueil commun, des achats qui le seraient aussi, des bureaux individuels, des espaces de coworking, de détente, de restauration et de stockage... et pourquoi pas "un espace ouvert au public, un repair café, un fab lab ou une boutique éphémère ?", s'enthousiasme Michel Akkaoui. "Nous en sommes encore à l'étape où l'on peut rêver."
 
Une étape qui s'achève ces temps-ci puisque le groupe de travail Locomotive est passé au stade de l'étude de faisabilité. Jusqu'en janvier 2017 aura lieu une sélection de scénarii basés sur les besoins prioritaires, puis secondaires. C'est là qu'il s'agira de trouver le petit "supplément d'âme" du tiers-lieu, ce qui le rendra singulier, comme le Solilab a su le faire à Nantes.

Une chose paraît acquise : si Locomotive arrive à quai, ce sera dans le centre d'Angers, "au cœur de la cité, là où il y a de la mixité, de la transversalité."
 
L'étude de faisabilité se déroule jusqu'au mois de novembre et une réunion d'information et de première restitution est d'ores et déjà prévue le 3 octobre 2016. Avant une mise en œuvre espérée dès le début de l'année 2017.
 
Pour tout renseignement complémentaire : contact@locomotive49.fr, 02 41 88 91 07 ; Facebook : Locomotive49




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com