Loi Travail : la dynamique à tout prix, dans l'optique du 31 mars...


Rédigé par - Angers, le 17/03/2016 - 17:10 / modifié le 28/05/2016 - 09:51


Quelque 2000 manifestants, dont la grande majorité de jeunes, ont de nouveau manifesté à Angers, pour protester contre le projet de loi Travail -même amendé- du gouvernement. C'est moins que la semaine passée, mais l'essentiel était pour les organisateurs de maintenir la dynamique de mobilisation, en attendant le rendez-vous du 31 mars.



Loi Travail : la dynamique à tout prix, dans l'optique du 31 mars...
la rédaction vous conseille
Ils ne se trompent pas d'objectifs.

Dans les rangs -peu serrés pour l'occasion- des leaders des différentes organisations syndicales, on ne s'attendait pas à une mobilisation monstre, un peu plus d'une semaine après la première manifestation (réussie) de protestation contre le projet de loi Travail porté par le gouvernement. Autour de 4 500 personnes avaient alors battu le pavé, comme partout en France, pour dénoncer "l'inacceptable".

Ce jeudi midi, ils ne sont plus que 2 000 (3 000 au plus fort du cortège, dont la moitié de jeunes) à arpenter le bitume angevin, depuis la place Leclerc jusqu'à la place du Ralliement, en passant par un sit-in en haut du boulevard du Roi-René et et une courte prise de périph' au pied du château du même nom. "Nous sommes là pour soutenir les étudiants et les lycéens dans leur démarche, mais c'est réellement le 31 mars que nous donnons rendez-vous à tous les salariés", concède Julien, pour Sud Solidaires.
"Si le gouvernement veut montrer sa bonne volonté en la matière, il doit déjà retirer son projet"

C'est dit : ce ne sont pas les quelques concessions faites en début de semaine aux syndicats "les plus modérés" qui ont refroidi les ardeurs étudiantes et lycéennes. On passera donc vite sur les slogans hors sujet -"Le soir, c'est pour se bourrer la gueule, pas pour bosser"- pour se concentrer sur les critiques du projet de loi Travail tel qu'il sera (sans doute) proposé le 24 mars prochain. "De la poudre aux yeux" pour Stéphane Vidal, de l'Unef 49. "Prenons l'exemple de la garantie jeunes, une proposition balancée comme ça pour calmer la gronde. Il n'y a aucune précision sur le financement, le flou est total sur son universalité et en plus, c'est une proposition qui figurait déjà dans le programme du candidat Hollande, lors de la présidentielle 2012. Ces aménagements, on n'en veut pas. Nous avons des revendications à porter, avons conscience que le monde du travail évolue et va le faire plus vite que jamais dans les années à venir. Il faut donc que le Code du Travail évolue, mais pas au détriment des salariés. Si le gouvernement veut montrer sa bonne volonté en la matière, il doit déjà retirer son projet." 

Le discours est clair, bien rodé, et relayé parmi les manifestants du jour. Louise, Maëlle et Aurélie, étudiantes en tourisme à Angers, portent une pancarte explicite : "Perdre sa vie à la gagner, non merci !" "Nous sommes là pour défendre les droits qui nous restent", complètent-elles en chœur, déçues du "petit nombre d'étudiants mobilisés : nous sommes 150 dans notre promo, et seulement 4 ou 5 à manifester. Lorsqu'on en discute entre nous, la plupart nous disent qu'ils ne se sentent pas concernés. Je ne comprends pas", s'offusque Louise, 18 ans.

Résignée, la jeunesse ? "Non !" reprend Stéphane Vidal, fort des quelque 400 étudiants présents lors de la première AG sur le sujet. "Ce matin, nous n'étions que 200 en AG, mais l'important est de maintenir un rythme régulier de mobilisation d'ici au 31 mars."
Mobilisé dans le même temps par les élections à la communauté d'universités, l'Unef n'aurait ainsi pas pu se concentrer sur le rameutage massif des troupes.  Ce sera une tout autre musique le 31 mars, à en croire le syndicat étudiant et les organisations de salariés réunis autour de son panache.

Retour au cœur de la manif... Le recul relatif de l'exécutif sur le projet de loi Travail aurait-il porté ses fruits ? Dans les chants repris à gorge déployée par les manifestants, ce jeudi midi, on pourrait le croire : là où, il y a un peu plus d'une semaine, "la politique du gouvernement" faisait "3 pas en avant, un siècle en arrière", elle faisait ce jour "1 pas en avant, deux siècles en arrière". De là à y voir un progrès social... Il faudra attendre les prochains temps de mobilisation. A Angers, il est prévu a priori le 24 mars prochain, comme une grande répétition avant le 31 mars. Ce qui laisse 15 jours pour s'accorder sur les refrains...

Syndicats : y'a pas de petit profit...

Croisées en tout début de rassemblement, alors que de petits groupes de jeunes affluaient vers la place Leclerc, quatre lycéennes tout sourire distribuant à tous les badauds tracts et autocollants flanqués du sigle CGT, le tout en brandissant un drapeau rouge avec le même acronyme. Question : "Vous êtes au lycée ?" "Oui !!!!" "Pourquoi êtes-vous là aujourd'hui ?" "Parce qu'on va pas se laisser faire !!!" "Et vous êtes syndiqués à la CGT ?" "Bah non, mais on nous a filé des drapeaux et dit de les agiter, alors voilà !"
Le sens d'un recrutement militant, sur des valeurs....




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par psylo le 28/03/2016 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Trés objectif didonc l'article...








Angers Mag















Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46
Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00


cookieassistant.com