Lorsque le Front de gauche angevin interroge les patrons "en souffrance"


Rédigé par - Angers, le 10/12/2014 - 14:16 / modifié le 10/12/2014 - 15:43


Le comité angevin du Front de gauche n'a pas tardé à réagir à la manifestation organisée mardi après-midi par la quasi-totalité des organisations représentatives de chefs d'entreprise, en Anjou. Une "adresse aux patrons du Maine-et-Loire" mesurée, argumentée et qui pose de réelles questions de fond : c'est la raison pour laquelle nous avons décidé de la publier in extenso, à dessein de débat apaisé et de qualité...



La manifestation portée mardi par le front uni des organisations patronales du département (Medef Anjou, CGPME 49, UPA 49, entre autres) a réuni quelque 400 chefs d'entreprise devant les grilles de la préfecture.
La manifestation portée mardi par le front uni des organisations patronales du département (Medef Anjou, CGPME 49, UPA 49, entre autres) a réuni quelque 400 chefs d'entreprise devant les grilles de la préfecture.
la rédaction vous conseille
Le comité angevin du Front de gauche s'est fendu de son "adresse aux patrons qui vont manifester à Angers", à l'heure même où une délégation de  chefs d'entreprise étaient reçue par le préfet du Maine-et-Loire. En voici la teneur...

"Quelques questions au patronat « en souffrance »...  Pierre Gattaz (le patron du Medef, NDLR) nous dit que le patronat doit montrer qu'il est « en souffrance ». Doit-on pour autant sortir les mouchoirs ? Première question : de qui parle Pierre Gattaz, des patrons du CAC 40 ou des dirigeants des PME et petites entreprises ? Une confusion qui l'arrange car le sort des uns n'est pas le sort des autres. Nous ne sortirons pas les mouchoirs pour les patrons du CAC 40 qui se gavent de dividendes, de retraites chapeau et autres stock- options sans oublier les 40 milliards d'allègement de cotisation du bien mal nommé pacte de responsabilité.
 
Coté fiscalité, est-elle trop lourde ou totalement injuste quand le taux moyen réel de l'impôt sur les sociétés est de 8% pour les très grandes entreprises et de 33% pour les PME et TPE ?

A tous les autres qui sont de loin les plus nombreux, car 90% des entreprises sont sans salarié ou en ont moins de 10, nous posons aussi des questions :
- Coté fiscalité, est-elle trop lourde ou totalement injuste quand le taux moyen réel de l'impôt sur les sociétés est de 8% pour les très grandes entreprises et de 33% pour les PME et TPE ?
- En quoi la réglementation et l'épaisseur (largement exagérée) du Code du Travail sont-ils responsables du fait que les clients ne passent plus commande ?
- Pourquoi ces chefs d'entreprise n'évoquent-ils jamais la pression des donneurs d'ordre dans les cascades de sous-traitance obligeant celui en bout de chaîne à travailler quasiment à perte s'il veut emporter le marché ?
- Pourquoi être publiquement muets sur l'exigence de ces mêmes donneurs d'ordre de connaître le détail des comptes de leurs fournisseurs pour capter les réductions de cotisation dont ils peuvent bénéficier ?
- Pourquoi ne dénoncent-ils pas leurs concurrents indélicats « oubliant » de cotiser à l'Urssaf (20 milliards d'€ de cotisations impayées selon la Cour des comptes) et emportant ainsi les marchés ?
- Pourquoi sont-ils si discrets sur les banques qui refusent les crédits et multiplient les exigences de garantie empêchant ainsi tout investissement ?
- Pourquoi ne disent-ils rien des politiques d'austérité qui obligent les collectivités locales à diffèrer tout investissement, source d'activité pour bon nombre d'entreprises ? Comment le BTP va-t-il pouvoir continuer à exister dans ces conditions ?
- Croient-ils vraiment que la baisse des « charges sociales » (des cotisations est le vrai mot) est la solution ? Veulent-ils casser le système français de santé et appauvrir les retraités ?

Nous ne le pensons pas mais qu'ils sachent que les compagnies d'assurance sont en embuscade pour prendre ces « marchés » avec un coût plus élevé pour chacun. Pour que l'économie de notre pays retrouve des couleurs, nous avons besoin aujourd'hui d'un changement radical de politique. Quelques exemples de mesures qui pourraient être prises : augmentation générale des salaires,mise en place de crédits bonifiés pour les entreprises innovantes sur le plan environnemental, ,développement de l'investissement public,incitations à la création de coopératives,de circuits courts..."
            
En guise de conclusion, le Comité angevin du Front de Gauche se dit "prêt à débattre publiquement de toutes ces questions, y compris avec les chefs d'entreprises".




Journaliste Animateur du blog " Des mots à la marge " En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par sarkoèvotreami le 10/12/2014 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ah le medef ils ont raison
ils faut faire 40h et non 35h payé le même prix.
supprimer les jours féries.
le SMIC à 800 euros.
la retraite à 70 ans.
les magasins ouverts 24/24 et 7/7 jours.
y a n'a marre de ces feignants d' ouvriers vive le medef vive le roi.

2.Posté par Mémé Lanchon le 16/12/2014 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Puisque c'est si avantageux d'être un patron exploiteur du pauvre petit employé, pourquoi le petit employé ne devient-il pas patron ?
Le front de gauche a le chic pour faire des amalgames affligeants sur l'entreprise et l'économie, que je commence à mieux comprendre pourquoi Béatse a perdu sa mairie en s'entourant comme ça.
Quelques réponses au commentaire du dessus.

il faut faire 40h et non 35h payé le même prix. / aucun intérêt mais tout le monde devrait au moins être à 35h, mais avec plus d...








Angers Mag















Angers Mag : Orphée aux enfers, mais aussi au Quai: Entretien croisé avec Jean-Paul Davois (directeur... https://t.co/NJjZLJnXMH https://t.co/pTRfJd77AD
Lundi 5 Décembre - 08:00
Angers Mag : Enseignement, quand l'instruction se "fait maison": Depuis trois ans, Barbara a décidé... https://t.co/2EbbolDZYe https://t.co/q2lbjICkRQ
Lundi 5 Décembre - 07:20
Angers Mag : Le SCO passe à l’orange: Tenus en échec à Jean Bouin samedi par la lanterne rouge du... https://t.co/QADPR1iLiN https://t.co/YP52GPOoB9
Dimanche 4 Décembre - 13:50
Angers Mag : #Angers En panne d'idée de cadeaux ? @Revue_BDM #carnetsdevoyage #publicité https://t.co/VsebE5LDp8
Samedi 3 Décembre - 18:56


cookieassistant.com