Machine arrière pour la Coulée de Serrant


Rédigé par Rédaction Angers Mag - Angers, le 12/03/2015 - 16:07 / modifié le 31/03/2015 - 21:14


Après avoir annoncé qu’il quittait Interloire et créait son propre Organisme de défense et de gestion, le vigneron de Savennières Nicolas Joly est revenu sur sa décision.



Nicolas Joly (photo Jacques Péneau - www.bonumvinum.eu).
Nicolas Joly (photo Jacques Péneau - www.bonumvinum.eu).
la rédaction vous conseille
Faux départ pour Nicolas Joly. Le 9 février dernier, le célèbre vigneron, propriétaire de la Coulée de Serrant annonçait sa volonté de quitter Interloire et de créer son propre ODG (organisme de défense et de gestion) pour son appellation de 7 ha dont il est le seul exploitant. La communication émanait de son avocat parisien Me Eric Morain, largement reprise par de nombreux médias, y compris étrangers.

Le producteur venait d’être condamné à verser quelque 5 000 € à l’interprofession des vins du Val de Loire pour des arriérés de CVO non-réglées. Ces fameuses cotisations volontaires obligatoires que le vigneron contestait, car il estimait que la structure faisait la part belle aux « vins technologiques » au détriment des vins authentiques, produits comme les siens en bio ou biodynamie.

Entre temps, une rencontre a eu lieu à huis-clos entre Nicolas Joly et les représentants d’Interloire et de la Fédération viticole de l’Anjou, seul ODG reconnu par l’Inao (Institut national des appellations d’origine) dans le Maine-et-Loire pour la totalité des appellations d’Anjou-Saumur, dont la Coulée de Serrant. Les deux organismes ont fait valoir, « l’utilité de la mutualisation des moyens pour défendre l’ensemble des appellations et des vignerons », en matière de promotion des vins de Loire, de recherche notamment, et sont parvenus à convaincre le vigneron.

Surtout, le vigneron a pu prendre connaissance d'un projet de remise à plat des relations entre Interloire et les ODG dont le contenu semble avoir apaisé son mécontentement. "Les échanges cordiaux et constructifs qui ont eu lieu viennent de se concrétiser par un accord mettant un terme au contentieux opposant l’interprofession à Nicolas Joly, ce dernier renonçant pour l’heure à sa demande de reconnaissance de son propre organisme de défense et de gestion et à son départ de l’interprofession" précise le communiqué officiel de la Fédération Viticole.

Du coup, la communication du vigneron de Savennières via son avocat apparaît aujourd’hui comme un peu précipitée…












Angers Mag















Angers Mag : Au comptoir de Mathilde... et de Catherine: Depuis la fin du mois d'octobre, la rue... https://t.co/wkV9xA1N3F https://t.co/6yuEQFFF5o
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Angers Mag : A l’Ecole démocratique, on fait ce qu’on veut… ou presque: Basée sur la liberté... https://t.co/j0ywJZAzgI https://t.co/jEK0S9wvGs
Mercredi 7 Décembre - 07:31
Angers Mag : RT @LeQuai: N'oubliez pas d'aller voir #AdishatzAdieu ce soir. Vous nous remercierez demain. #Theatre #JonathanCapdevielle #Angers RESA 02…
Mardi 6 Décembre - 13:55
Angers Mag : A Angers, Montessori a pris racines: Porté par des éducateurs convaincus, les méthodes... https://t.co/bXNDdgyLpz https://t.co/nar3Qs6vye
Mardi 6 Décembre - 07:30


cookieassistant.com