Maison d'arrêt, un nouveau voeu pour soutenir Trélazé


Rédigé par - Angers, le 13/12/2012 - 20:41 / modifié le 13/12/2012 - 23:58




A défaut d'un calendrier précis puor sa réalisation, le remplacement de l'actuelle maison d'arrêt d'Angers a recueilli de nouveau le soutin unanime des élus angevins
A défaut d'un calendrier précis puor sa réalisation, le remplacement de l'actuelle maison d'arrêt d'Angers a recueilli de nouveau le soutin unanime des élus angevins
Les prises de position politiques se succèdent mais le constat est là : le projet de construction d'une nouvelle maison d'arrêt sur le Maine-et-Loire n'avance pas. Non retenue dans le budget 2013, programmé dit-on désormais pour 2017, il reste, en attendant, suspendu aux bonnes intentions. Jeudi soir, les élus de l'agglomération d'Angers ont donc voté un nouveau vœu pour appuyer leur soutien à la candidature de Trélazé pour accueillir le futur équipement.

Histoire que ce vœu ne reste pas sans retour, Jean-Claude Antonini, le président d'Angers Loire Métropole, et le député-maire de Trélazé, Marc Goua, vont demander rendez-vous auprès de la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Et l'inviter, pourquoi pas, à venir prendre la mesure de l'état de vétusté de l'actuelle maison d'arrêt du Pré-Pigeon.

Sur la question du financement, Marc Goua a fait part de son hostilité au principe des partenariats-privé-public (PPP) qui ont été choisi pour certaines constructions pénitentiaires récentes : "Ce sont des bombes à retardement. La plupart du temps, ce sont des grands groupes du BTP qui trouvent le financement, mais qui se rémunèrent avec de confortables marges sur les loyers."



Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur















Angers Mag