"Maître et député Gilbert Collard, pourquoi j'écris ce livre-ouvert !"


Rédigé par - Angers, le 25/02/2017 - 07:30 / modifié le 25/02/2017 - 08:31


Docteur en pharmacie et praticien hospitalier à l'hôpital de Cholet, Amine Umlil vient de publier un petit livre en forme de lettre ouverte à l'avocat Gilbert Collard, dont il fut le client. Des mots pour raconter sa désillusion. Et contester, à travers sa rencontre avec l'un des députés et cadres du Rassemblement Bleu Marine, l'idée que celui-ci pourrait faire preuve de plus d'exigence morale que les autres s'il venait à arriver au pouvoir.



la rédaction vous conseille
Pourquoi avez-vous pris l'initiative d'écrire ce livre ? Et pourquoi à ce moment si particulier de la vie politique française qu'est l'élection présidentielle ?

"Précisément eu égard à cette folle élection présidentielle. J'ai été un peu surpris par les événements récents qui ont impliqué François Fillon mais je n'ai pas oublié non plus les affaires qui ont touché la gauche à commencer par l'affaire Cahuzac. Et j'ai trouvé important de faire état de certaines méthodes utilisées par l'un des actuels grands cadres du Rassemblement Bleu Marine."

Dans quel contexte avez-vous fait appel à Gilbert Collard ?

"A l'occasion d'un contentieux lourd avec l'ancienne direction de l'hôpital de Cholet pour des faits de harcèlement moral et de discrimination. Un contentieux qui a débuté au milieu des années 2000 et s'est terminé il y a peu. Il a été mon troisième avocat. J'avais sollicité ses diligences après avoir été déçu par mes deux premiers avocats angevins. Le cabinet du premier n'avait pas hésité à accueillir la partie adverse, sans me prévenir, alors qu'il assurait déjà ma défense. Et le deuxième avait fini par m'expliquer que mon dossier n'était plus juridique mais politique."

Comment s'est déroulée votre rencontre ?

"Je suis allé le voir à son cabinet à Marseille au tout début de l'année 2010. Nous avons signé une convention et l'essentiel de l'entretien a concerné... les honoraires. Il m'a demandé de payer à l'avance 8 400 € mais aussi les frais de déplacement, d'hébergement, de restauration. A l'époque, j'étais dans une situation douloureuse, au fond du trou, déprimé par l'enlisement de mon dossier. Comprenez-bien qu'un ténor du barreau qui accepte de vous défendre, ça ne se refuse pas. Il a accepté que je le paye sur six mois. Il a été mon avocat de janvier 2010 à mars 2012."
"Toutes les démarches auprès du magistrat instructeur, c'est moi qui les ai faites. Me Collard se contentait de jouer le rôle de boîte aux lettres : il me transmettait ce que le juge lui envoyait et transmettait au juge ce que je lui préparais"

Et l'organisation de votre défense ?

"La veille de la première audience fixée juste avant la signature de notre contrat, il a annulé sa venue à Angers arguant du fait qu'il était retenu par un dossier devant une Cour d'assises. Et qu'il était préférable qu'il s'imprègne mieux du dossier. Le problème, c'est que je ne l'ai jamais revu. Sauf à la télévision. Toutes les démarches auprès du magistrat instructeur, c'est moi qui les ai faites. Me Collard se contentait de jouer le rôle de boîte aux lettres : il me transmettait ce que le juge lui envoyait et transmettait au juge ce que je lui préparais. Il m'a même écrit un jour en m'indiquant que je pouvais rédiger le mémoire et le signer en son nom. J'ai le document en ma possession."

Vraiment, vous ne l'avez jamais revu après votre première rencontre ? 

"J'ai réussi à obtenir deux autres auditions avec la juge, extrêmement brèves, pour lesquelles Me Collard m'a envoyé des assistantes, différentes à chaque fois. Des avocates que je n'avais jamais vues, qui ne m'avaient pas appelé non plus pour préparer le rendez-vous et avec qui je faisais donc connaissance sur le pas de la porte du magistrat. J'ai réalisé qu'elles faisaient simplement acte de présence. J'étais le seul à parler. Le comble, ça été avec la deuxième dont le seule phrase efficace prononcée a été : "Excusez-moi, Madame la Juge, j'ai mon train à 17h37." Je l'ai donc vue quitter l'audition avant la fin, ce qui, au passage, a bien fait rire la partie adverse."

Pourquoi 10 ans après, ressentez-vous le besoin de dire et partager cela ?

"Je me suis senti trahi. J'ai cru en Me Collard, en qui j'avais vu vraiment l'homme de la situation. Mais j'ai découvert quelqu'un qui, malgré mes relances et mes appels au secours, ne bougeait pas. Aujourd'hui, cet homme prétend pouvoir faire mieux que les actuels partis si le sien arrive au pouvoir. Au vu de mon expérience, je n'y crois pas. Pour moi, il vend de l'illusion. Je tiens à préciser que je n'ai ni étiquette syndicale, ni étiquette politique. J'ai arrêté de voter depuis 2012 parce que j'ai perdu totalement confiance dans les pratiques politiques. Et malheureusement, les expériences actuelles nous rappellent ce fléau."

En clair, vous ne voyez pas en Gilbert Collard, qui se place plutôt hors système, un acteur politique capable de garantir la probité qui a été mise en défaut chez d'autres ?

"Exactement. Il a pris mon argent. Et je ne l'ai plus revu. Il n'y a qu'à relire le premier article de la convention que nous avons signé, il y est écrit qu'un avocat doit s'engager à expliquer par écrit toutes les voies de recours, bref, à faire son boulot, en contrepartie et seulement en contrepartie de quoi, il doit percevoir une rémunération. En ce sens, est-ce qu'on ne peut pas dire que l'avocat serait fictif ? En quoi cet avocat, devenu député, apporterait plus de garantie qu'un autre ? J'aimerai bien qu'il prenne le temps de lire le livre qui n'est à aucun endroit insultant à son égard et qu'il réponde en son âme et conscience. Pourquoi n'a t-il rien fait dans un dossier dont il pouvait ériger la cause profonde en cause nationale."
"Je ne voulais absolument pas le juger au regard de ses choix politiques - le fait qu'il rejoigne le Front National est son droit le plus absolu -, je cherchais un avocat qui prenne vraiment en main mon dossier.

Comment s'est terminée votre relation ?

"Malgré les relances, je n'ai jamais eu d'explication de sa part. J'espère que le livre permettra peut-être de provoquer celle-ci. Au bout de deux ans, j'ai fini par lui dire merci en lui expliquant pourquoi. La seule chose qu'il a trouvé à me répondre, c'est que je le déssaisissais au plus mauvais moment. Bien entendu, je lui ai demandé de me rembourser les honoraires qu'il avait perçu. Et là, il m'a renvoyé un courrier où il essayait de répartir les 8 400 € à droite, à gauche, dont 2 000 € de "temps d'indisponibilité" de ses assistantes. Si on va sur ce terrain là, il faudrait aussi facturer le temps d'indisponibilité pendant les entretiens, pendant la rédaction du mémoire, pourquoi pas pendant les pauses pipi-caca. Je pense qu'il a abusé de ma confiance."

Quand il a pris votre défense, Me Collard n'avait pas encore rejoint le comité de soutien à Marine Le Pen ?

"J'ai appris son ralliement un jour sur le marché de Cholet de la bouche d'une connaissance. Je lui envoyé un mail aussitôt pour savoir si son inertie et ses silences sur son dossier pouvaient être lié à cette décision. Curieusement, c'est la première fois qu'il m'a répondu aussi rapidement pour me communiquer son numéro de portable. Il a essayé de me rassurer. Et il y est parvenu d'ailleurs. Je ne voulais absolument pas le juger au regard de ses choix politiques - le fait qu'il rejoigne le Front National est son droit le plus absolu -, je cherchais un avocat qui prenne vraiment en main mon dossier. Quand vous mettez 8 4000 € dans la balance, vous ne pouvez pas vous permettre de rejeter un avocat comme cela. J'étais scotché. Et au final, il n'a pas fait son travail."

"Maître et Député Gilbert Collard, voici pourquoi le Front National ne peut gouverner la France" - Amine Umlil - Book on Demand - 3,99€




Journaliste, rédacteur en Chef d'Angers Mag En savoir plus sur cet auteur





1.Posté par Elisabeth Dandel le 25/02/2017 10:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C''est étonnant que ce livre sorte 10 ans après, juste avant les élections, et pourquoi ne pas nommer le premier avocat. Ce n''est pas comme ça que le fn perdra des voix, au contraire.

2.Posté par Ben Christopher le 26/02/2017 18:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo pour votre franchise ! N''y a t il pas une once de déontologie chez cet avocat? Il préfère sans doute se promener au Liban que défendre les intérêts des concitoyens quant bien même ils ne l''auraient pas élus! Un opportuniste comme bon nombre....

3.Posté par boussemart christian le 30/04/2017 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hélas....ce n'est pas un cas unique.....l'avocat demande régulièrement des chèques.....mais même si le tribunal confirme et condamne l'adversaire.....pour récupérer
ce à quoi on a droit, l'avocat réclame encore un chèque....
...je compare le système au casino.....l'avocat encaisse..
...on espère que ça va déboucher sur une récupération...
...mais, non...victime d'une escroquerie commerciale, le tribunal me donne raison sur tous les points.....Mais je ne touche rien..et mon avocat m'envoie une no...








Angers Mag















Angers Mag : #Angers REPORT'CITÉ trace sa route @Angers @MinistereCC @KeolisAngers https://t.co/5jrXBWmmjE https://t.co/dULolkaDWK
Mercredi 21 Juin - 12:33
Angers Mag : #Angers Ouest eMedia Presse (@angersmaginfo) a été placée en liquidation judiciaire https://t.co/vMG2O392Qi https://t.co/N9IyhvEjS3
Mercredi 21 Juin - 12:23
Angers Mag : « En Indonésie, le tourisme engendre des transformations profondes » #Angers https://t.co/gJQfDIqgwP https://t.co/bn8ODsUAFu
Jeudi 15 Juin - 10:03
Angers Mag : JoeyStarr, les différents visages de l'éloquence: Sur la scène du Festival d'Anjou le 15... https://t.co/9fZW6XZ2i2 https://t.co/bB4ZKtREuR
Mercredi 14 Juin - 12:03