Maliens d’Angers : « la lutte contre le terrorisme est l’affaire de tous »


Rédigé par - Angers, le 27/01/2013 - 10:51 / modifié le 27/01/2013 - 23:50


Environ 150 personnes ont défilé ce samedi après-midi dans les rues d’Angers, en soutien au Mali actuellement en guerre. Les membres de la diaspora malienne, accompagnés d'élus locaux et des acteurs associatifs, ont remercié la France et plus particulièrement la ville d’Angers, jumelée avec Bamako depuis près de 40 ans, pour l’aide qu’elle apporte aux populations en grande difficulté.



Enfants en tête les maliens d'Angers ont tenu à remercier la France pour son aide
Enfants en tête les maliens d'Angers ont tenu à remercier la France pour son aide
la rédaction vous conseille
Pays francophone, le Mali aime la France et ses habitants le font savoir. Ce lien fort qui unit les deux nations se ressent plus particulièrement à Angers, ville jumelée depuis près de 40 ans avec Bamako, la capitale. Hier, les ressortissants maliens qui ont défilé dans les rues, à l’appel de leurs associations, ont chaleureusement remercié le gouvernement français pour son aide militaire, arborant même un portrait du lieutenant Damien Boiteux, le pilote d’hélicoptère tué au Mali, au début de l’intervention française.

Soutenus par le Maire d’Angers, Frédéric Béatse et plusieurs membre du Conseil Municipal, Joël Bigot, le maire des Ponts-de-Cé, représentant la métropole angevine pour la coopération franco-malienne, ainsi que le président du Conseil Général, Christophe Béchu, les représentants des associations œuvrant pour la coopération entre la France et le Mali et les membres de la communauté malienne se sont rendus à la préfecture de Maine et Loire, sous l’œil de badauds, visiblement plus préoccupés par les boutiques des commerçants que par la situation difficile de ce grand pays d’Afrique.

« La lutte contre le terrorisme est l’affaire de tous », déclarait Fanse Coulibaly, le président de l'association Benso devant la préfecture en citant la France et tous les pays qui soutiennent l’armée malienne dans son combat contre les islamistes et les bandes armées qui sévissent dans le nord du Mali.

«La communauté malienne vivant à Angers lance un appel en faveur de la paix, pour l’intégrité territoriale du Mali, la laïcité, la tolérance, l’unité, la sécurité et la stabilité démocratique », poursuivait le président Coulibaly. « Nous appelons à une grande campagne nationale et internationale pour aider le Mali à supporter les conséquences de l’après-guerre ».

« C’est le peuple malien qui a demandé l’aide de la France »

Les élus locaux étaient au coeur de la manifestation, afin de montrer leur solidarité envers le peuple malien
Les élus locaux étaient au coeur de la manifestation, afin de montrer leur solidarité envers le peuple malien
« Nous sommes, depuis le début du conflit, très préoccupés par la situation au Mali », déclarait à son tour le maire, Frédéric Béaste. Ce dernier a rappelé sa rencontre avec la communauté malienne d’Angers dès le début de l’offensive afin de réaffirmer le soutien de la ville et de l’agglomération d’Angers.

« Lors de cette soirée, nous avons été profondément marqués par la relation forte et la solidarité sans faille entre Angers et Bamako, entre Angers et le Mali. C’est dans les moments difficiles que l’on reconnaît ses amis, la ville et la métropole n’ont pas cessé leur collaboration », soulignait le maire, satisfait d’apprendre par la presse et les autorités maliennes que le premier volet de l’aide apportée par la ville aux populations déplacées a été effectivement distribué. « Nous sommes à vos côtés, nous partageons vos craintes, mais aussi le formidable espoir que cela représente pour le Mali ».

Ibrahima Tamega, le président de l’association Devoir de génération a tenu à souligner que l’intervention militaire française ne doit pas être considérée comme une ingérence ou un retour vers le colonialisme : « C’est notre Président de la République, au nom du peuple malien qui a demandé l’aide de la France. Nous tenons à le préciser ici et en France. L’armée française nous aide à chasser les terroristes pour éviter le chaos. Nous sommes des citoyens francophones et nous avons apprécié cet accompagnement qui devrait nous permettre de retrouver la paix et la stabilité démocratique».

Le président Tamega a également affirmé que le peuple malien voulait un pays uni et indivisible, laïque et démocratique, interculturel et multiethnique. « Il n’y a pas de guerre au Mali contre nos compatriotes Touaregs, mais contre des groupuscules terroristes, soutenus par d'autres dans le monde, qui ont pris les armes pour détruire leur propre nation », appelant ainsi à l’unité avec les populations nomades de la zone saharienne du Nord Mali, ces dernières réclamant depuis des années l’indépendance de la zone touarègue.




Yannick Sourisseau
Web Journaliste suivant plus particulièrement les technologies digitales Formateur technologies de... En savoir plus sur cet auteur








Angers Mag















Angers Mag : RT @UnivAngers: À l'occasion du colloque #BonDroit qui se déroule auj. et demain à la Faculté de droit. Avec Félicien Lemaire @AngersCjb ht…
Jeudi 8 Décembre - 13:04
Angers Mag : Le Bastringue Général, collection automne-hiver à Montreuil-Juigné: A la fois marché de... https://t.co/wSJrT0YxQH https://t.co/uk6Li4S9nu
Jeudi 8 Décembre - 09:22
Angers Mag : Pourra-t-on un jour revendiquer le "droit au bonheur" devant les tribunaux ?: Avec cette... https://t.co/QpibQ65W2u https://t.co/6akmJkPlta
Jeudi 8 Décembre - 07:56
Angers Mag : A Coutures, les maternelles s’activent: Dans sa classe de l’école maternelle publique de... https://t.co/bJ1C27TEZX https://t.co/HH0RAzp80Q
Jeudi 8 Décembre - 07:46


cookieassistant.com